N° 128, juillet 2016

Présentation de l’écrivain
Farhâd Hassanzâdeh


Samirâ Fâzel


Né le 9 avril 1962 à Âbâdân, dans la province du Khouzestân au sud-ouest de l’Iran, Farhâd Hassanzâdeh est un écrivain et journaliste qui écrit surtout pour un public jeune et adolescent, même s’il est également l’auteur de plusieurs ouvrages destinés aux adultes. Dès sa jeunesse, il commence à composer des nouvelles et des pièces de théâtre. Les années de guerre et son émigration à Téhéran le contraignent à faire une pause de plusieurs années qui contribuent à l’élaboration de son style.

Deux ans après la fin de la guerre, en 1991, il publie son premier livre intitulé Mâdjarâ-hâye roubâh va zanbour (Les aventures du renard et de l’abeille), dont il est aussi l’illustrateur. C’est le début d’une carrière qui continue jusqu’à ce jour avec 70 ouvrages publiés, dont des nouvelles, des romans et des biographies. Certains de ses romans et nouvelles ont été traduits en anglais, en chinois et en malais. Certains de ses ouvrages ont aussi été adaptés au cinéma ou en BD.

Hassanzâdeh est membre du Conseil des écrivains pour enfants, et anime la page destinée aux enfants du quotidien au grand tirage Hamshahri. Il a été lauréat de trois prix de presse pour ses contributions au monde de l’édition. Il a également été membre du jury de plusieurs festivals de littérature, de film et de théâtre en Iran. Depuis 1995, il a remporté une trentaine de prix nationaux pour ses œuvres majeures telles que Hasti (L’existence, éditions Kânoun, 2010), Aqrab-hâye keshti-e Bambak (Les scorpions du navire Bambak, éditions Ofoq, 2009), ou encore Hayât khalvat (L’arrière-cour, éditions Qoqnûs, 2003). Signalons qu’il est également l’un des principaux fondateurs de l’atelier littéraire pour enfants et adolescents : l’« Écriture créative pour les enfants ».

Livres de Farhâd Hassanzâdeh

Hasti (L’existence), qui est en quelque sorte le chef-d’œuvre de Hassanzâdeh, est un roman en quatre chapitres de 264 pages. Plutôt destiné aux adolescents, il peut également toucher un public adulte, l’ambiance nostalgique du livre pouvant leur rappeler de nombreux souvenirs. Hasti est en quelque sorte l’histoire de la vie de son auteur. Il y raconte la vie de la petite Hasti et de son père sur fond de guerre. Hasti n’aime pas vivre comme les autres filles de son âge. Elle préfère les métiers qui sont généralement destinés aux garçons : elle souhaite par exemple devenir chauffeur de camion, pilote ou gardien de but de l’équipe de football Sanat-e Naft-e Abâdân [1]. Or, la guerre et les événements qui s’ensuivent modifient la vision du monde de Hasti. Elle grandit dans des conditions de vie difficiles, et apprend au fil du temps qu’une fille peut être aussi forte qu’un garçon face aux difficultés de la vie. Ces difficultés la font grandir, et le livre se clôt sur une jeune fille devenue solide et résistante, qui sait faire face aux circonstances les plus dures et régler les problèmes inattendus qui jalonnent la vie.

Farhâd Hassanzâdeh

L’histoire racontée dans ce livre et les aventures de Hasti sont si authentiques qu’il apparaît au lecteur que l’écrivain les a lui-même vécues aux côtés de la petite Hasti. Voici un extrait du premier chapitre de ce roman : "Mon regard s’est attardé sur une poupée accrochée à un fil jaune devant le rétroviseur. Je détestais la poupée, surtout ses longs cheveux qui lui arrivaient à la cheville. Je n’ai jamais aimé les poupées. J’ai toujours détesté ces bêtises et les poupées. J’ai baissé la tête pour ne pas la voir. Au milieu du boulevard, juste en face de l’hôpital, des garçons jouaient au ballon. Quelle joie cela aurait été, si papa n’avait pas été là et que je ne m’étais pas cassé la main ! J’aurai bien joué au foot avec eux." Ce roman a été traduit en anglais et a remporté plusieurs prix, dont la plaque d’argent de « La tortue volante » [2] et celle du Conseil du Livre pour enfants. Cet ouvrage a aussi été lauréat de l’Institut pour le développement intellectuel des enfants et adolescents en 2012.

 

Le dernier recueil de nouvelles de Hassanzâdeh contient dix nouvelles satiriques à thématique sociale. Il s’agit de "Film-e tarsnâk" (Film d’horreur), "Ta’tilât dar Farânseh va homeh" (Les vacances en France et en banlieue), "Foqarâ, rofaqâ, va tchand tchiz-e koutchoulou" (Les pauvres, les amis et quelques petites choses), "Barq-e haghighat" (L’éclat de la vérité), "Bâbâ leng derâz-e azizam" (Mon cher papa longues jambes), "Ashraf-e makhlouqât dar qabrestân-e didjitâli" (La plus noble des créatures dans le cimetière digital), "Hâfez online" (Hafiz en ligne), "Moshtarak mored-e nazar qash kardeh" (L’abonné s’est évanoui), "Doust kilou’i tchand ?" (Combien le kilo d’ami ?) et "Havidj bastani" (La glace à la carotte). Les nouvelles de ce livre, racontées dans un style très simple, s’inspirent des événements quotidiens qui jalonnent l’existence de l’homme moderne et encouragent les adolescents à réfléchir aux nouveaux phénomènes qui apparaissent autour d’eux. Dans ce sens, Farhâd Hassanzâdeh est un écrivain majeur mais aussi un analyste précis de la société iranienne actuelle et des différentes tendances qui la traversent.

Notes

[1« L’industrie du pétrole d’Abâdân », le nom de l’équipe du football de cette ville.

[2Lakposht-e Parandeh, il s’agit de la liste des ouvrages établie en collaboration avec Shahr-e Ketâb et le magazine d’étude sur la littérature pour enfants.


Visites: 162

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



2 Messages