Qui est Hossein ? Un saint chiite qui se sacrifie pour ses idéaux religieux ? Une légende arabo-sémite inspirée du mythe avestique de Siyâvash ? Une personnalité historique qui écrit une page remarquable dans l’histoire de l’islam ? Un leader politique en quête du pouvoir califal ? Un chef de tribu qui envisage de renverser la dynastie des Omeyyades, les rivaux traditionnels des fils de Hâshem ? Un révolutionnaire qui se soulève afin de réformer la communauté de son grand-père ? Un martyr de l’honneur et de la liberté ? Un héros épique de la grande tragédie de Karbala ?

 

Qui est Hossein ? Hossein fils de ’Ali, est le troisième Imâm chiite. Son père est ‘Ali, le Prince des croyants, le premier Imâm chiite, le quatrième calife de l’empire islamique, le gendre et le cousin du Prophète. Sa mère est Fatima, la fille unique de Mohammad. Son frère Hassan est le deuxième Imâm des chiites. Sa sœur Zeynab est une figure sainte du chiisme. L’enfant d’une famille issue d’une généalogie sacrée, une généalogie qui remonte jusqu’à Ismaïl, fils d’Abraham.

 

<em>"Tous les jours sont Ashoura et toutes les terres sont Karbala !"</em>

Qui est Hossein ? Pourquoi l’Histoire ne pourra-t-elle jamais oublier Hossein ? Pourquoi la conscience sociale de l’être humain n’effacera-t-elle jamais la mémoire de cette bataille de Karbala en octobre 680, qui a eu lieu dans une plaine désertique de la Mésopotamie ? La Mésopotamie des grandes guerres, des grands conflits. Pour quelle raison cette minuscule bataille qui n’a duré qu’une demi-journée résonne-t-elle autant dans l’Histoire ? Comment le martyre de Hossein marque-t-il si profondément tous les temps et tous les espaces ? "Tous les jours sont Ashoura et toutes les terres sont Karbala !", dit-on.

Qui est Hossein ? D’où vient cet amour universel que ses fidèles lui portent ? De quoi se nourrissent cette affection éternelle, cette force incontrôlable, cette conviction constructive qui, depuis quatorze siècles, remplit l’âme des chiites ? Le Prophète ne dit-il pas que "Pour Hossein, il y a une chaleur dans les cœurs des croyants" ? Sur quelle base s’enracinent cette chaleur, cette énergie ? Pour quelle raison, chaque année, au quarantième jour de son deuil, plus de vingt millions d’hommes et de femmes se rassemblent autour de son mausolée en Irak ? En quoi consiste ce magnétisme qui rayonne depuis Karbala jusqu’aux pays les plus lointains ? D’où vient cette fraternité internationale, cette cohésion solide entre les disciples de l’école de Hossein ?

La présence de chrétiens aimant l'Imam Hossein &bull;participant à la marche d'Arbaïn

 

Qui est Hossein ? Et qui sont ses fidèles ? Que cherchent-ils ? Ces fidèles de différentes nationalités qui, chaque année, se mettent en route dans le cadre de la grande marche d’Arbaïn en vue de célébrer le martyre de Hossein. Ses fidèles qui depuis des siècles commémorent le souvenir de Karbala. L’amour de Hossein ne reconnaît ni langue, ni nationalité, ni couleur. Que cherchent-ils, ces amoureux de Hossein ? Ce Vénézuélien qui se rend chaque année à Karbala ? Ce jeune Suédois qui porte le drapeau de son pays, orné de la croix chrétienne ? Cette Nigériane voilée d’un keffieh arabe ? Ces Ouïgours chinois ? Ce professeur d’université tunisien ? Ce jeune Palestinien qui ne cache pas son admiration pour le Guide Suprême de la République Islamique ? Cette étudiante iranienne qui colle l’image du Libanais Seyyed Hassan Nassrollah sur son sac à dos ? Que cherchent ces deux millions d’Iraniens qui, chaque année, se dirigent vers les frontières irakiennes pour participer à la marche d’Arbaïn ? La plus grande marche annuelle de notre planète. Une marche de presque 80 kilomètres entre Najaf et Karbala. Une marche qui commence par Ali et s’oriente vers Hossein. Une marche depuis le courage et la résistance jusqu’au martyre et la liberté. Une marche qui coule éternellement dans le fleuve de l’histoire humaine. Qu’est-ce que cette fièvre incompréhensible des amoureux de Hossein ? Cet amour qui ne connaît aucune frontière. Cette folie contagieuse qui traverse le monde entier. Cet amour qui crée un effet unificateur dans la communauté musulmane. Le slogan de la marche d’Arbaïn de 2018 n’est-il pas la phrase significative de "Hobb-ol-Hossein yajmaona" (L’amour de Hossein nous unit !) ? Les chiites américains de diverses origines ne célèbrent-ils pas leur Hossein Day au cœur de New York ? Dans les pays du Sahel, nos chers frères africains ne fréquentent-ils pas les mosquées libanaises, pour prendre part aux cérémonies de commémoration d’« Ousseynou » ? Personnes chinoises dans la grande marche d'Arbaïn À Mashhad ou à Qom, les Iraniens ne pleurent-ils pas avec les chants arabophones dans les hosseyniyeh koweïtiens et irakiens ? Les chiites turcs, azerbaïdjanais, pakistanais, kashmiris, afghans et indiens n’expriment-ils pas leur compassion quand ils découvrent, sur Internet, les vidéos postées par les chiites opprimés de l’Arabie de l’Est, où les bulldozers saoudiens démolissent les lieux dans lesquels on parle du message libérateur de Hossein ? D’où viennent la haine et la peur que ces wahhabites éprouvent à l’égard de Hossein ? Cette haine ne fait-elle pas allusion à celle de Yazid fils de Muawiya lorsqu’il insulte la famille du Prophète dans son palais royal ? Cette peur des Saoudiens ne ressemble-t-elle pas aux craintes des Omeyyades, au VIIe siècle, au sujet de l’impact du martyre de Hossein dans la genèse de la révolution libératrice de Mokhtar en Irak ?

 

Les fidèles de Hossein qui, depuis des siècles, commémorent le souvenir de Karbala.

Qui est Hossein ? Quelle mission avait-il ? Cet homme dont l’amour conquit le monde. À quelle nation appartient effectivement cet homme ? Aux Arabes ? Aux chiites ? Aux musulmans ? Ou à toute l’humanité ? Gandhi et Nehru, les grands leaders des Hindous, n’adressent-ils pas des éloges respectueux à Hossein ? Les Arméniens d’Iran ne font-ils pas des offrandes aux hosseynieyeh pour que leurs prières soient exaucées ? Les sunnites égyptiens ne distribuent-ils pas des sucreries et des pâtisseries le jour de la naissance de Hossein ? À qui appartient alors Hossein ? Qui bénéficie de l’héritage de Hossein ? Chaque habitant de cette planète qui entend son message et suit sa voie, depuis l’année 680, depuis les déserts de la Mésopotamie, depuis les bords de l’Euphrate où Hossein lança son appel universel de la liberté. Son appel de ne jamais céder à l’ennemi arrogant, de ne jamais s’incliner face à un pouvoir tyrannique, de ne jamais sacrifier l’honneur et la dignité pour les causes matérialistes et passagères. Depuis ce temps-là et depuis cet espace-là, chaque individu ou chaque nation qui entend le message salvateur du petit-fils de Mohammad peut se proclamer l’héritier de ce héros de la dignité. N’est-ce pas en son nom que l’Ayatolllah Khomeiny renverse la dictature monarchique des Pahlavis en 1979 pour fonder une démocratie islamique ? Khomeiny, cet Imâm de l’ère contemporaine, ne disait-il pas toujours que "Tout ce que nous avons, nous le devons à Muharram." ? N’est-ce pas au nom de Hossein que le Hezbollah, en 2000 et en 2006, chasse les Israéliens du sud du Liban et réalise la première victoire d’une armée arabe contre l’armée sioniste ? N’est-ce pas au nom de Hossein qu’en Irak, le grand Ayatollah Sistani déclare la guerre sainte contre les terroristes wahhabites de Daech ? Les Bahreïnis ne sont-ils pas les héritiers de Hossein ? Ce peuple opprimé, torturé par le régime despotique des Khalifa, dispose-t-il d’aucune arme à part du drapeau rouge de Yâ Hossein ?  Fidèles de différentes nationalités se mettant en route dans le cadre de la grande marche d'Arbaïn. Ce peuple dont les enfants périssent dans les prisons d’Etat du clan Khalifa, ce peuple dont le sort est oublié dans le mutisme honteux des médias occidentaux, ce peuple peut-il avoir une espérance pour son avenir excepté la motivation que l’amour de Hossein lui réserve ? Les parents de ces enfants innocents yéménites dont les peaux sont calcinées par les bombes américaines et européennes vendues aux Saoudiens, ne crient-ils pas le nom de Hossein pour se rassurer, pour garder au fond de leur cœur l’espoir de pouvoir un jour obtenir justice ? Ne récitent-ils pas tout bas ce verset coranique récité autrefois par la tête décapitée de Hossein sur la lance ?

"Et certes, ceux qui commirent des crimes, ils sauront bientôt quel châtiment dévastateur leur arrivera !"

 

Qui est Hossein ? L’héritier des prophètes ? Hossein n’est-il pas Noé ? Hossein ne guide-t-il pas la communauté islamique sous le déluge macabre de l’histoire ? Le prophète de l’islam ne dit-il pas que "Hossein est le phare de la guidance et le navire du salut. Les membres de ma famille sont tous les navires du salut. Celui qui y embarque sera sauvé et celui qui en débarque sera perdu." ?

Hossein n’est-il pas Abraham ? Hossein ne sacrifie-t-il pas ses fils pour la volonté d’Allah ? Abraham ne voulait-il pas faire le même sacrifice avec son fils bien aimé ? Abraham ne brise-t-il pas les idoles du temple de Nemrod ? Hossein ne casse-t-il pas les idolâtries de l’hérésie et du blasphème des Omeyyades ? Sur son chemin vers Karbala, que dit Hossein à ce Bédouin qui lui demande de lapider, d’après les coutumes, les anciennes idoles du désert d’Arabie ?

Des millions d'Iraniens qui, chaque année, se dirigent vers les frontières irakiennes pour participer à la marche d'Arbaïn.

"Comment puis-je jeter la pierre à ces idoles mortes alors que des idoles sont encore en vie ?"

Hossein n’est-il pas Moïse qui, de son retour du Sinaï, brise le Veau d’or, le brule et jette ses cendres dans la mer ? Hossein ne fit-il pas disparaître l’idole de l’opportunisme des politiciens corrompus et des élites conformistes au fond de l’Euphrate ? Dans ses allocutions le jour d’Ashoura, Hossein ne compare-t-il pas les habitants de Koufa aux Israélites ingrats et infidèles qui massacrent leurs prophètes ?

Hossein n’est-il pas Saint Jean le Baptiste ? Le chiisme ne fut-il pas baptisé dans le sang de Hossein ? Les ennemis du martyr de Karbala ne mirent-ils pas sa tête sur un plateau pour l’offrir à un tyran pervers ? Que dit le Coran sur Saint Jean le Baptiste ?

Hossein n'est-il pas Mohammad ? Que dit le Prophète de son petit-fils ?<br>"<em>Hossein est de moi et je suis de Hossein.</em>"

"Salutation divine sur lui, le jour où il naquit, le jour où il meurt, et le jour où il sera ressuscité vivant."

Hossein n’est-il pas un Jésus ressuscité ? Ce Christ qui se sacrifie sur la croix de Karbala afin d’obtenir le pardon divin pour toute l’humanité. Le sang de Hossein n’est-il pas la rançon des péchés des hommes ? Hossein n’est-il pas nommé Sâr-Allah, le Sang de Dieu ? La tête du fils de Fatima sur la lance ne ressemble-t-elle pas à celle du fils de Marie ornée par sa couronne d’épines ? Quel était le miracle de Hossein ? De redonner la vie à l’islam agonisant qui, après la mort du Prophète, aurait dû périr sous les falsifications des Omeyyades. Quel était le miracle de Hossein ? De guérir et de revivifier les cœurs tristes et désespérés des croyants opprimés du monde.

Hossein n’est-il pas Mohammad ? Que dit le Prophète de son petit-fils ?

"Hossein est de moi et je suis de Hossein."

<em>Nazri </em>des Arméniens à Téhéran le jour d'Ashoura

Hossein n’est-il pas Ali ? Hossein ne possédait-il pas l’épée de son père ? Hossein n’était-il pas connu chez toutes les tribus arabes de son temps comme l’homme le plus brave de la Péninsule ? Le jour de sa bataille de Karbala, les soldats ennemis ne s’enfuyaient-ils pas devant lui comme les hyènes qui s’enfuient devant un lion ? Hossein n’est-il pas le fils du Lion de Dieu ?

Hossein est tout cela et il ne l’est pas. Hossein est Hossein. Hossein est celui qui a dit non. Non à l’oppression despotique, à la discrimination ethnique, à l’hérésie obscurantiste, à l’esclavage politique, à l’analyse matérialiste des valeurs humaines, à la négociation humiliante avec les ennemis de Dieu. Hossein est le martyr éternel de la liberté et de l’humanité. La mission universelle de Hossein n’est pas encore achevée. Sa vengeance n’est pas encore prise. Son appel s’entend continuellement dans l’oreille de l’humanité et s’adresse à tous les esprits libres de l’histoire. Hossein se trouve encore seul à Karbala, entouré par des troupes hostiles, dans les déserts d’injustice de notre planète. Ses enfants souffrent encore de la soif et ils réclament encore justice. La tente de sa famille brûle encore dans le feu de la haine des Omeyyades de notre temps. Et Hossein demande encore à ses fidèles de se joindre à lui, à sa caravane du martyre. Hossein leur demande encore de signer le pacte du sang de l’axe de la Résistance. Hossein demande encore aux nations libres de tous les continents de ne jamais se mettre à genoux devant la fausse hégémonie des alliés de l’axe du Mal. Oui, la marche des musulmans du monde au long du chemin de la caravane de Hossein vers Karbala ne s’arrêtera jamais. Cette marche éternelle continuera jusqu’à la disparition définitive de l’impérialisme liberticide des Yazids de l’histoire.

Karbala


Visites: 170

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.