N° 157, décembre 2018

Hamedân :
Capitale du tourisme asiatique en 2018


Arash Khalili


Affiche officielle de « Hamedân 2018, Capitale du tourisme asiatique »

Lors de la deuxième réunion des ministres du Tourisme des États membres du « Dialogue pour la coopération asiatique », qui s’est tenue en juin 2017 à Siem Reap au Cambodge, la ville iranienne de Hamedân a été élue capitale du tourisme asiatique en 2018. À cette occasion, Hamedân a été hôte cette année de plus de cinquante événements culturels, sociaux, économiques, artistiques et historiques liés au tourisme.

Logo de « Hamedân 2018, Capitale du tourisme asiatique »

Le Dialogue pour la coopération asiatique (Asia Cooperation Dialogue, ACD) est une organisation intergouvernementale créée en 2002, dont l’objectif est de développer la coopération sur le continent asiatique. L’organisation compte actuellement 34 membres. [1] Le troisième sommet de l’ACD s’est d’ailleurs tenu en novembre 2018 à Hamedân, capitale du tourisme asiatique cette année.

La carte du « Dialogue pour la coopération asiatique » (Asia Cooperation Dialogue, ACD)

Selon le gouverneur de la province de Hamedân, le tourisme occupe une place centrale dans les projets de développement local de la province, et la tenue de la réunion des représentants des pays membres de l’ACD ainsi que des membres affiliés à l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) à Hamedân a constitué d’excellentes occasions de présenter le potentiel touristique de la ville au niveau international.

Une conférence de l’ACD avait été organisée en septembre à Hamedân, et la 40e session plénière des pays membres de l’OMT s’est tenue du 12 au 14 novembre 2018 dans cette ville. Cette réunion a constitué un cadre idéal pour que les participants discutent du programme de travail annuel pour 2019 et établissent des partenariats et des initiatives communes dans le domaine du développement des activités touristiques.

La ville de Hamedân se prépare depuis plus d’un an pour célébrer sa nomination en tant que capitale du tourisme asiatique en 2018.

À rappeler que l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), fondée en 1975, est une institution de l’Organisation des Nations unies dont le rôle est de promouvoir et de développer un tourisme responsable, durable et accessible à tous, en respectant l’intérêt des pays en voie de développement. L’Iran est membre depuis 1975 de l’OMT, dont le siège se trouve à Madrid (Espagne).

Dans le cadre de la session plénière, l’OMT et l’Organisation iranienne du Patrimoine culturel, de l’Artisanat et du Tourisme ont organisé conjointement un séminaire international consacré à l’utilisation du tourisme culturel par l’innovation et la technologie. Le « Séminaire international de l’OMT sur l’innovation et la technologie au service du tourisme culturel » avait pour objectif principal d’aborder le rôle de l’innovation et de la technologie dans le développement du tourisme culturel, ainsi que dans le renforcement de la compétitivité et de l’attractivité des destinations touristiques. La technologie et l’innovation, y compris les technologies de l’information et de la communication (TIC), contribuent au développement durable du tourisme culturel en améliorant la gouvernance, la rentabilité et la compétitivité tout en préservant les ressources culturelles immatérielles et matérielles.

La 40e session plénière des membres affiliés de l’OMT à Hamedân du 12 au 14 novembre 2018

À cet égard, le séminaire a fourni une plate-forme permettant d’approfondir ces sujets importants par le biais de débats en panel et du partage de bonnes pratiques. En outre, il a exploré la contribution fondamentale de l’innovation à la promotion du tourisme culturel dans le monde et en Iran.

La 40e session plénière des membres affiliés de l’OMT a eu lieu du 12 au 14 novembre 2018 à Hamedân en présence du Secrétaire général de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), Zurab Pololikashvili.

Mausolée d’Avicenne, grand philosophe et médecin iranien (980-1037) à Hamedân

Le « Séminaire international de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) sur l’innovation et la technologie au service du tourisme culturel » et la quarantième « Assemblée plénière des membres affiliés de l’OMT » ont lancé un nouvel appel à la participation des populations au processus du développement du tourisme culturel en utilisant les nouvelles technologies.

Les participants à ce séminaire ont affirmé que les ressources culturelles et le patrimoine sont une composante essentielle du développement du tourisme dans de nombreux pays du monde. Le séminaire a annoncé dans sa déclaration finale que « l’innovation et la technologie peuvent rendre ces attractions plus accessibles tout en préservant leur essence ». En outre, l’innovation et la technologie moderne doivent pouvoir offrir plus d’autonomie aux populations réceptrices (- du moins ne pas les en priver) en les aidant à conserver leur authenticité culturelle. En ce qui concerne la valorisation et la préservation du patrimoine culturel, les populations devraient faire partie intégrante des plans et projets de développement socioéconomique tant à l’échelle locale que nationale.

Zurab Pololikashvili, secrétaire général de l’OMT

« La technologie et l’innovation, dont les TIC [2], peuvent rehausser la qualité de l’expérience touristique. Elles peuvent améliorer la gouvernance, augmenter les bénéfices, et accroître le bien-être des résidents. Et elles peuvent préserver les ressources du patrimoine immatériel et matériel à des fins de développement durable du tourisme culturel », a déclaré le Secrétaire général de l’OMT, le Géorgien Zurab Pololikashvili, lors de la séance inaugurale du séminaire à Hamedân.

De son côté, Ali Asghar Mounessân, vice-président iranien et président de l’Organisation nationale du Patrimoine culturel, de l’Artisanat et du Tourisme, a déclaré : « La diversité des cultures et du patrimoine que l’on trouve sur notre planète est le meilleur trait d’union entre les peuples du monde, mais seulement si l’on respecte et tient compte des droits et privilèges aussi bien des populations réceptrices que des visiteurs. L’innovation et la technologie peuvent être utiles à cet égard. »

Mausolée d’Esther et de son oncle Mardochée (personnages bibliques) à Hamedân

Le séminaire a insisté sur l’importance d’une gouvernance et des « politiques éclairées » concernant l’adoption des nouvelles technologies et de pratiques novatrices pouvant guider le développement du tourisme et ouvrir des perspectives pour ce secteur, avec comme principal avantage de conserver et de faire revivre le patrimoine culturel. Dans ce sens, le changement résultant de la technologie passe, pour les autorités responsables du tourisme, par la mobilisation des populations réceptrices et la collaboration avec elles. Le développement du tourisme doit non seulement assurer le maximum d’avantages et le minimum de coûts pour une compétitivité optimale, mais aussi répondre aux attentes et aux besoins des populations réceptrices aussi bien que des visiteurs.

Bazar de Hamedân

Le « Séminaire international de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) sur l’innovation et la technologie au service du tourisme culturel » a été organisé conjointement par l’OMT, l’Organisation iranienne du patrimoine culturel, de l’artisanat et du tourisme et la société Alisadr Tourism Company. Dans le même temps, la ville de Hamedân a accueilli la 40e Assemblée plénière des membres affiliés de l’OMT. Cette assemblée a été le cadre de discussions dynamiques pour que les pays membres présentent leurs avis et suggestions sur le programme de travail de l’année 2019.

Passage piéton Bou-Ali qui relie la place de l’Imâm au Mausolée d’Avicenne

 

* * *

La situation climatique et naturelle de Hamedân a constitué un terrain favorable au développement de l’agriculture et de l’élevage depuis des milliers d’années. Elle a aussi permis l’établissement et le développement de civilisations anciennes dans cette région. L’existence d’un nombre considérable de collines préhistoriques dans la province de Hamedân en est la preuve. Les fouilles archéologiques de Guiân Tepe, près de la ville de Nahâvand, prouvent qu’il y a six mille ans, les habitants de cette région jouissaient d’une culture et d’une civilisation relativement avancées. Des inscriptions assyriennes du troisième millénaire avant notre ère citent Hamedân sous le nom d’Okasia, ce qui signifiait la « ville des Kassites ». Les Kassites étaient un peuple ancien originaire des montagnes de Zagros.

Place piétonne Imâm à Hamedân

Des fouilles archéologiques réalisées dans les montagnes près de Kangâvar ont permis la découverte d’indices attestant de la présence des Mèdes à Hamedân. Ces découvertes incluent les premiers exemples de scripts, les premières formes de pièces de monnaie, et les premiers exemples de culture et d’architecture religieuse iranienne. Selon l’historien grec Hérodote, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C., les Mèdes dirigés par Diyako ont créé une structure politique et militaire et mis en place le premier gouvernement d’envergure sur le plateau iranien. Diyako choisit Ecbatane (Hamedân) comme capitale et, sur son ordre, d’immenses fortifications composées de sept barrières chacune et décorées d’une couleur différente, furent créées autour de la ville. Au VIe siècle avant J.-C., Ecbatane devint l’une des capitales de l’empire des Achéménides. Les inscriptions de Ganjnâmeh (datant du début du Ve siècle av. J.-C.), les vestiges des palais royaux découverts à Hamedân témoignent de l’importance de la ville pendant cette période. En 330 av. J.-C., la ville fut prise par Alexandre de Macédoine, et en raison de sa position stratégique, elle devint son quartier général militaire. [3]

    Colline d’Abbâs-Abâd, à proximité de la ville de Hamedân
    Parc de loisirs Ranguin-Kamân ("Arc en ciel")

Notes

[1Afghanistan (2012), Arabie saoudite (2005), Bahreïn (2002), Bangladesh (2002), Bhoutan (2004), Birmanie (2002), Brunei (2002), Cambodge (2002), Chine (2002), Corée du Sud (2002), Émirats arabes unis (2004), Inde (2002), Indonésie (2002), Iran (2004), Japon (2002), Kazakhstan (2003), Koweït (2003), Kirghizistan (2008), Laos (2002), Malaisie (2002), Mongolie (2004), Népal (2016), Oman (2003), Ouzbékistan (2006), Pakistan (2002), Philippines (2002), Qatar (2002), Russie (2005), Singapour (2002), Sri Lanka (2003), Tadjikistan (2006), Thaïlande (2002), Turquie (2013), Viêt Nam (2002).

[2TIC, technologies de l’information et de la communication.

[3Pour plus d’informations sur l’histoire de Hamedân : Pourmazâheri, Afsâneh, Hamedân, de l’antiquité au temps présent, in : La Revue de Téhéran, n° 125, avril 2016, pp. 4-9. Accessible à : http://www.teheran.ir/spip.php?article2227#gsc.tab=0


Visites: 55

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.