N° 10, septembre 2006

L’oiseau n’était qu’un oiseau


Forough Farokhzad
Traduit par

Amir Borjkhânzâdeh


L’oiseau s’exclama : Quels parfums ! Quel soleil !

Le printemps est arrivé

Et moi, j’irai chercher mon compagnon

L’oiseau s’élança du bord du balcon

Il s’élança et pris son envol tel un message.

Petit oiseau

L’oiseau ne pensait pas

L’oiseau ne lisait pas le journal

L’oiseau ne devait rien à personne

L’oiseau ne connaissait pas les hommes.

L’oiseau planait dans le ciel

Au-dessus des feux de position

Il volait dans une altitude imprévisible

Et il éprouvait les moments bleus

Avec une passion folle

L’oiseau, oh, n’était qu’un oiseau.


Visites: 689

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.