Je remercie ma bien-aimée et m’en plains avec douleur

Connais-tu l’amour ? Ecoute ce récit qui te mettra en pleurs

Je n’attendais rien en échange de mes bonnes grâces

Que dieu nous garde des maîtres qui n’accordent leurs faveurs

Personne n’offre plus d’eau aux libertaires assoiffés

Ont-ils quitté le pays des Amis de dieu leurs connaisseurs ?

O mon cœur ! Evite de t’emmêler dans ses cheveux si longs

Où l’on trouve des têtes coupées sans crime ni erreur

Tu adores ton œillade amoureuse qui boit notre sang

O toi mon âme ! Ce n’est pas juste de protéger ces terreurs

Dans cette nuit obscure, j’ai perdu le chemin de mon amour

O Etoile qui guide les errants ! D’un coin du ciel sors !

Partout où je me suis dirigé, je n’ai vu qu’atrocités

Que Dieu sauve de ce désert, de cette voie infinie, les quêteurs

O soleil des bontés ! je suis en émoi

Garde-moi un instant à l’ombre de ton cœur

Où pourrait-on conclure cet aussi long chemin

Dont cent mille haltes habillent les premiers abords

Tu me déconsidères mais délaisserais-je ton seuil ?

Ta défaveur, je la préfère aux faveurs du revendicateur

L’amour viendrait te secourir si comme Hafez tu récitais

Le Coran, selon les quatorze récits de la tradition, par cœur


Visites: 1425

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.