N° 1, décembre 2005

L’influence des Mille et Une Nuits sur l’art et la littérature du monde


Tahmineh Sheybani


Les Mille et Une Nuits sont un recueil de récits qui porte la marque de plusieurs traditions et de différentes cultures. Il est coutume de dire que le recueil est un remède contre tous les maux infligés par les rois aux hommes de tous les temps. Les Mille et Une Nuits sont considérées comme un chef-d’œuvre littéraire qui a non seulement influencé la littérature, mais également la musique et la peinture. C’est un maître ouvrage dont on ne se lasse pas, et qui procure au lecteur un plaisir constant et toujours renouvelé.

Edmund DULAC, Illustration du conte de Sindbad le marin

Il est une habitude critique et constructive qui pousse nos critiques à chercher dans notre répertoire national, l’influence de la littérature et de l’art des pays étrangers. Ce questionnement permet en effet de mieux saisir l’originalité d’une œuvre. La littérature d’Orient (surtout l’art contemporain) a su profiter des multiples apports et influences venus d’ailleurs. A l’inverse, l’art d’Orient a souvent constitué une intarissable source d’inspiration pour les artistes étrangers. Les Mille et Une Nuits font partie de ces œuvres auxquelles les auteurs n’ont jamais cessé de se référer, directement ou indirectement, dans leurs propres créations. Voici, ci-dessous une liste certainement non exhaustive, desdites créations :

-L’Histoire des guerriers de Geoffery Chaucer :

C’est un recueil d’histoire de Canterburry qui remonte à 1380 (après J.-C.). Ce récit fait penser à l’histoire du Cheval d’ébène et à l’histoire de Taj-Ol-Molouk et La Princesse Donia. Le parallèle devient évident à la fin de l’histoire, où l’on découvre une bague magique capable de traduire la langue des oiseaux.

-L’opéra Abou Hassan de Weber :

L’histoire du Dormeur éveillé des Mille et Une Nuits a eu une influence certaine sur cet opéra.

Au début de l’histoire, le calife Harun al-Rachid intrigue pour emmener Abou Hassan (un pauvre homme inconscient) à son palais. Le calife veut s’amuser à ses dépens. Il le dupe avec un ancien jeu qui avait cours à Babel ; "Cérémonie royale". Le calife ordonne à ses partisans de berner Abou Hassan en lui expliquant qu’il était à son tour devenu calife. Après avoir réalisé au terme de l’histoire qu’il est devenu la dupe d’une supercherie royale, Abou Hassan tente de se venger du calife. La vengeance de ce dernier constitue la matière de l’opéra de Weber.

Henry MATISSE, Les Mille et Une Nuits

-Le Décaméron de Giovanni Boccaccio :

Cet écrivain italien a rédigé son texte vers 1350. Dans le Décaméron, dix jeunes gens racontent chacun une histoire pendant dix jours ; puis huit histoires pendant trois jours. Abot, le personnage principal, trompe la femme de son ami Fronde en lui affirmant que son mari a perdu la vie. Fronde est mis dans le caveau. Quand il se réveille, Abot qui s’était habillé en prêtre lui fait croire qu’il est au purgatoire. Dans cette histoire on retrouve manifestement le sujet principal de l’histoire d’Abou Hassan.

-La mégère apprivoisée de William Shakespeare :

Dans le récit intitulé La mégère apprivoisée, un aristocrate emmène un dénommé Christophe Sly (qui n’est pas dans son état normal) à son propre domicile. Ayant décidé de s’amuser aux dépens du personnage, il dépense beaucoup d’argent et lui explique qu’il est en fait un aristocrate qui vient tout juste de guérir après quinze années de démence. Dans cette histoire, on retrouve une fois de plus le thème d’Abou Hassan.

-Les Mille et deux histoires de Shéhérazade d’Edgar Allan Poe :

En 1845, Poe publie sa première nouvelle, intitulée Les Mille et deux histoires de Shéhérazade. Dans cette nouvelle, Shéhérazade, la célèbre narratrice, décide de finir le récit de Sindbad le marin dont la clairvoyance aurait, paraît-il, atteint des sommets. Choqué par le récit des événements qui menèrent Sindbad, du bateau de fer aux appareils de plongée et à l’imprimerie, le roi décide de faire exécuter Shéhérazade. Elle essaye de l’apaiser en poursuivant son histoire et en envisageant une conclusion conforme au tempérament du roi.

-L’arbre de Noëlde Charles Dickens :

En 1850, Charles Dickens écrit l’arbre de Noël. On y retrouve Shéhérazade, et la citation qui suit, calquée sur les dialogues des Mille et Une Nuits :

"…Shéhérazade lui répond : si le roi acceptait de vivre encore deux jours avec moi, non seulement je finirais l’histoire, mais aussi je commencerais un autre récit pour le calmer et ainsi nous pourrions tous vivre en paix."

-Chimera de John Barth :

En 1972, cet écrivain américain écrit Chimera.

Ce récit, écrit par l’américain John Barth en 1972, contient trois histoires construites autour de la relation qu’entretiennent Shéhérazade, Doniazade, et le roi. En 1991, il commença l’écriture d’une œuvre qui est une parfaite imitation des Mille et Une Nuits, intitulée Le dernier voyage d’un marin.

-Les sept nuits de Jorge Luis Borges :

Le célèbre écrivain et auteur de nouvelles, se dit lui-même redevable aux histoires qu’il a découvertes et lues dans Les Mille et Une Nuits.

C’était un admirateur de la traduction de Breton et en 1935, il écrivit un article à propos de cette version. Il composa également un discours au sujet des contes de Shéhérazade, et l’intitula Les sept nuits.

-Les jours et les nuits arabes de Najib Mahfouz :

Shéhérazade reste le sujet de ce livre écrit par l’auteur en 1982. Les événements des sept premières nuits du monarque y sont relatés. Les personnages dont il est question dans le récit de Mahfouz habitent tous une seule et même ville. Il s’agit d’hommes du Moyen Age, pour certains des rois, tous cruels et sanguinaires, que l’écrivain se plaît à comparer avec ses contemporains.

-Les cauchemars arabes de Robert Irwin :

Publiés en 1983, il s’agit des récits exaltants d’un maître religieux, personnage des Mille et Une Nuits. Les histoires se situent en 1486 au Caire, à l’époque des Mameluks (Mamelouks). Le narrateur, Yule, est un égyptien qui raconte sa relation avec Saint François mais également, avec "les cauchemars arabes".

-Mary Zimmerman :

En 1992, elle écrit une pièce de théâtre au sujet des Mille et Une Nuits, pour la compagnie théâtrale de Chicago qui à l’époque, suscita l’admiration de tous.

-Quand les rêves voyagent de Githa Hariharan :

Ecrivain féministe indienne, célèbre réformiste, elle a obtenu en 1993 le prix national de l’Inde pour son premier livre, et en 1999 pour Quand les rêves voyagent, qui raconte ce qu’il advint quand Shéhérazade termina ses récits.

-Les nuits arabes de David Ives :

Dramaturge américain, il présente en l’an 2000, Les nuits arabes. L’histoire raconte les pérégrinations d’un commençant américain à la recherche de son sosie, dans un magasin de cadeau arabe. Cette pièce a été publiée dans un livre intitulé la vie des saints.

L’impact des Mille et Une Nuits sur la musique :

Maxfield PARRISH, Ali Baba et les quarante voleurs de Bagdad- 1909

-La flûte enchantée de Mozart :

En1791, la flûte enchantée, célèbre opéra de Mozart, est présentée pour la première fois à Vienne.

-Ali Baba et les quarante voleurs de Bagdad de Lutz :

Ce chef d’orchestre allemand présenta, au théâtre de Londres, en 1880 et 1881, Ali Baba et les quarante voleurs de Bagdad.

-Ali Baba de Le Cog :

Son opéra Ali Baba, a été présenté en 1887 à Paris.

-Shéhérazade de Rimsky-Korsakov :

Ce grand compositeur russe exécuta en 1888 l’opéra Shéhérazade. Son œuvre comprend quatre mouvements : La mer et le bateau de Sinbad, l’histoire du prince derviche, celle du jeune prince, et enfin, celle de la jeune princesse.

L’impact des Mille et Une Nuits sur le Cinéma et la télévision

-Les Mille et Une Nuits de Lubitsch :

Le metteur en scène allemand présenta Les Mille et Une Nuits en 1921, et joua lui-même le rôle du clown qui projetait de se venger du cheikh pervers.

-Les voleurs de Bagdad de Walsh :

Son film Les voleurs de Bagdad (1924) raconte le récit d’un voleur nommé Ahmad, qui cherche à gagner l’amour de la fille du calife. Cette histoire est un mélange des Mille et Une Nuits et des aventures de Marco Polo.

-Les Mille et Une Nuits de Barron :

Il imagina en 2000 une libre adaptation des Mille et Une Nuits, très différente de la version originale (le personnage de Doniazade a par exemple été supprimé). Le film est composé de deux parties, et l’histoire du monarque fait allusion à l’époque des rois de la dynastie Sassanide.

Du côté des logiciels d’ordinateur

Jordan Mechner, concepteur de jeux électroniques, utilise en 1989 pour un de ses jeux, le personnage d’un prince iranien des Mille et Une Nuits.

Illustrations d’ouvrages

William Harvey a illustré Les Mille et Une Nuits d’Edward Lane en 1863.

Dulac a créé, en 1907, ses plus célèbres peintures pour Les Mille et Une Nuits.

Parish a illustré Les Mille et Une Nuits en 1906. Ses dessins ont été utilisés dans le livre Les nuits arabes de Wigginkate Douglas, et font véritablement partie des chefs-d’œuvre de Parish.

Chagall, en 1947, a choisi d’illustrer quatre histoires parmi les nombreux récits des Mille et Une Nuits. Ses dessins sont lithographiés, en noir et blanc. Ce sont des histoires d’amour arabe qui se terminent toujours par la séparation des amants ou par leur mort. C’est après la mort de sa femme, Bella, que Chagall s’est senti attiré par Les Mille et Une Nuits, et plus particulièrement, par la thématique de la mort et de la séparation.

Matisse également, a produit en 1950 des dessins pour Les Mille et Une Nuits. Les personnages dessinés par Matisse appartiennent à son époque, de même, Sanï-Ol-Molk, dessine ses personnages des Mille et Une Nuits en se référant à ses contemporains, les hommes de l’époque Qâjâr.

Marc CHAGALL, Et puis la vielle femme monta sur le dos de l’Ifrit

Les événements des Mille et Une Nuits, se produisent dans différents lieux : l’Inde, l’Iran, l’Arabie Saoudite et la Chine. On imagine donc l’importance de l’emprise qu’a pu exercer ce chef-d’œuvre sur les peuples cités. Les Mille et Une Nuits ont par ailleurs influencé de manière évidente la civilisation islamique et les autres civilisations du IXème au XIIIème siècle. La religion, les histoires, et les mythes permettent d’établir des liens entre des pays tel que l’Espagne, l’Afrique, l’Arabie Saoudite, Samarkand et la Chine. Les sorciers et les enchanteurs, les forces du bien et du mal, la vertu et la tentation, la violence et la paix, sont des thèmes universels, que l’on retrouve dans tous ces pays et qui constituent la matière même des contes des Mille et Une Nuits.


Visites: 14955

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



5 Messages