N° 52, mars 2010

Les beaux paysages du Kurdistan*


Djamileh Zia


La province du Kurdistan d’Iran s’étend sur plus de 28 000 km². Elle est limitée au nord par les provinces d’Azerbaïdjan de l’ouest et de Zandjân, à l’est par la province de Hamadân et une autre partie de la province de Zandjân, au sud par la province de Kermânshah, et à l’ouest par la frontière Iran-Irak. Les montagnes, les forêts, les lacs, les chutes d’eau et les villages rustiques embellissent cette région qui accueille chaque année de nombreux amateurs d’écotourisme. Des zones protégées y ont été délimitées pour pallier à la détérioration de l’environnement.

Les villes

Le recensement de 1996 a dénombré plus de 1,3 millions d’habitants dans cette province, avec plus de 50% de citadins. Le centre administratif est la ville de Sanandadj. Les autres villes principales sont Bâneh, Bidjâr, Divândarreh, Ghorveh, Kâmyârân, Marivân, Saghez.

La montagne Ârbâbâ, Bâneh

Sanandadj se situe à 512 km au sud-ouest de Téhéran, à 1480 m d’altitude. La ville actuelle date de l’époque safavide. Elle a été construite à proximité d’une ancienne ville qui existait depuis l’Antiquité et qui fut détruite au Moyen Age, probablement à cause d’un tremblement de terre ou de l’attaque des Mongols. La ville de Bâneh est située au nord-ouest de la province, près de la frontière Iran-Irak, à 262 km de Sanandadj. La Montagne آrbâbâ et les forêts avoisinantes donnent une beauté particulière à la région avoisinant cette ville. Bâneh est devenu depuis quelques années un centre de commerce du fait de sa proximité avec la frontière. Bidjâr est situé à 140 km au nord-est de Sanandadj, sur la route qui va de Sanandadj vers Zandjân. Cette ville est surnommée « le toit de l’Iran » du fait de sa très haute altitude. Les tapis et les kilims de Bidjâr sont très réputés. Le fort Ghamtchaghây, qui date du IXe ou VIIIe siècle av. J.-C., est situé à 45 km de cette ville. Ce fort est entouré de vallées profondes et constitue l’un des attraits touristiques de cette région. La ville de Divândarreh est située à 100 km au nord de Sanandadj. La belle région de Sârâl, prisée pour la beauté de ses paysages, est à l’ouest de cette ville. La montagne Tchehel Tcheshmeh, située au nord-ouest de Divândarreh, est visitée chaque année par de nombreux touristes et alpinistes. La ville de Ghorveh, située à 87 km à l’est de Sanandadj, sur la route qui va de Sanandadj à Hamadân, compte une source d’eau minérale, de nombreuses rivières et une plaine fertile ; ces éléments naturels ont été la cause du rassemblement de la population et de la fondation de cette ville il y a des siècles. La ville de Kâmyârân, située à 65 km au sud de Sanandadj, est dans une région montagneuse embellie par les sources d’eau, les cascades, les vallées, et les villages situés sur le pan des montagnes. Pâlangân est l’un de ces villages, situé à 47 km au nord ouest de Kâmyârân, à proximité d’une rivière qui rejoint le fleuve Sirvân. Les maisons du village sont en pierre. Elles sont construites en escalier, c’est-à-dire que le toit de la maison se trouvant au-dessous constitue la cour de la maison située au-dessus d’elle. L’actuelle ville de Marivân, située à 125 km au nord-ouest de Sanandadj, a été fondée il y a une centaine d’années. Le lac Zarivâr, les forêts des alentours et la beauté des paysages au printemps sont les atouts touristiques de cette ville située près de la frontière Iran-Irak. La création d’un marché frontalier a également contribué à l’essor de cette ville au cours de ces dernières années. La ville de Sarv-Âbâd, à 95 km à l’ouest de Sanandadj, est sur la route qui va de Sanandadj à Marivân. Cette région est réputée pour ses très beaux paysages, surtout au printemps, et ses villages, qui sont les plus typiques de la province ; l’un d’eux est le village d’Ourâmân-takht, situé au sud-ouest de la ville de Sarv-آbâd. La ville de Saghez, située à proximité de l’Azerbaïdjan de l’ouest, existe depuis l’Antiquité. Le site archéologique Ziwieh, à 55 km au sud-est de Saghez, témoigne de ce long passé ; les objets découverts à Ziwieh appartiennent au premier millénaire av. J.-C.

Le fort Ghamtchaghây, Bidjâr

La province du Kurdistan est un pôle d’élevage en Iran, et une région importante quant aux productions agricoles et de miel. L’industrie n’y est pas très développée. Les productions artisanales de la province sont par contre réputées, diversifiées et existent depuis longtemps. On compte parmi elles le tapis, le kilim, et les chaussures en coton que l’on appelle guiveh.

Les montagnes

La province du Kurdistan est une région montagneuse. Les montagnes, couvertes de vastes pâturages ou de forêts, sont entrecoupées par de larges vallées. Les plus hauts sommets sont Shâhou avec 3325 m d’altitude et Kouh-e Pir avec 3250 m d’altitude, situés tous deux au sud de la province, Tchehel Tchechmeh avec 3173 m d’altitude, situé à l’ouest de Divândarreh, Ghareh-dâgh avec 3120 m d’altitude, situé au nord de Bidjâr. Globalement, l’altitude augmente progressivement vers l’est et le sud de la province. La différence d’altitude entre la plus haute et la plus basse région est de 2400 mètres ; le mont Shâhou a en effet plus de 3300 mètres de hauteur, et la région آloute, située près de Bâneh, est à 900 mètres d’altitude. Les collines, les plateaux et les vallées, occupent près de 40% de la surface du Kurdistan. Les collines étaient couvertes autrefois de forêts de chênes. Les plateaux, situés pour la plupart au nord-est de la province, étaient utilisés autrefois comme pâturages ; ils sont actuellement utilisés comme champs agricoles.

Le village de Pâlangân

Plusieurs rivières importantes telles que Sefid-roud, Zarrineh-roud, Khorkhoreh, Ghezel-Owzan, Sirvân, commencent dans les montagnes du Kurdistan. La rivière Sefid-roud s’achemine vers le nord, traverse la province d’Azerbaïdjan et se déverse dans la mer Caspienne. Les rivières Zarrineh-roud et Khorkhoreh commencent dans les montagnes Tchehel Tchechmeh, s’acheminent vers le nord, se rejoignent dans un lieu appelé Goudarz, puis se déversent dans le lac Orumieh. Ghezel-Owzan, l’un des plus grands fleuves du Kurdistan, commence également dans les hauteurs de Tchehel Tchechmeh. Le fleuve Sirvân, qui est formé de toutes les rivières du sud et du sud-ouest de la province, entre dans la province de Kermânshâh dans la région d’Ourâmân, rejoint le fleuve Alvand, arrive ensuite en Irak où il prend le nom du fleuve Dyâleh, et se déverse dans le Tigre. Le bord de ce fleuve est l’une des régions où les animaux sauvages se regroupent pendant l’hiver.

Le site archéologique Ziwieh, Saghez

Au Kurdistan, la température est de 22 à 28 °C de mai à octobre. Il y pleut beaucoup pendant les deux premiers mois du printemps, et la nature est très verte à cette époque de l’année. La pluviosité est surtout importante dans les régions occidentales de la province, avec une moyenne de 800 mm par an dans les régions de Bâneh et de Mârivân ; elle diminue dans les régions centrales et orientales de la province, à cause de la barrière montagneuse. Le climat est sec pendant l’été et froid pendant l’hiver. Le nombre de jours par an où la température est au-dessous du zéro est de 160 jours à Bidjâr, 110 jours à Sanandadj et Kâmyârân, 113 jours à Saghez et Divândarreh, 85 jours à Bâneh et Marivân.

Les atouts touristiques

L’un des plus beaux sites naturels du Kurdistan est le lac Zarivâr, situé à 2 km à l’ouest de Marivân, à 1285 mètres d’altitude. Les dimensions de ce lac entouré de forêts varient selon les saisons ; il a en moyenne 4,5 km de longueur, 2 km de largeur et 3 mètres de profondeur. L’eau du lac, qui gèle pendant l’hiver, provient uniquement des sources d’eau douce situées au fond du lac-même.

La région d’Ourâmân

Les forêts du Kurdistan sont parmi les plus importantes d’Iran ; leur étendue les place au deuxième rang national, après celles du bord de la mer Caspienne. Leur superficie est de 185 000 hectares dans la région de Marivân, 50 000 hectares dans la région de Bâneh, 78 000 hectares à l’ouest de Kâmyârân et au sud de Sanandadj, et 7000 hectares dans la région de Saghez. Les forêts de Bâneh et de Marivân ont une grande valeur écologique. On y trouve différentes espèces de chênes, des poiriers et des pommiers sauvages, des noyers, des pistachiers et des pruniers sauvages, ainsi que des amandiers et des griottiers.

Le lac Zarivâr, Marivân

Le parc national de Bidjâr, dont la superficie est de 31 000 hectares, a longtemps été la seule zone protégée de la province. Sa création date de 1971. Depuis une dizaine d’années, l’Organisation de la protection de l’environnement de l’Iran a axé sa politique au Kurdistan sur la protection de l’environnement, qui a subi de grandes détériorations pendant les huit années de guerre Iran-Irak. La zone protégée de Badr et Parishân dans la région de Ghorveh, avec une superficie de 37 000 hectares, la zone protégée de Abdol-Razzâgh à Saghez, avec plus de 40 000 hectares de superficie, et la région de Koussâlân et Shâhou, située entre Kâmyârân, Marivân et Sarv-âbâd, avec plus de 57 000 hectares de superficie, sont les résultats concrets de ces mesures de protection de l’environnement. Ces zones protégées sont le lieu de vie d’animaux spécifiques de la région, tels que les béliers et les brebis arméniens, et d’espèces rares, en danger d’extinction, tels que le cerf jaune iranien. Vivent également dans ces zones des ours bruns, des panthères et des chèvres sauvages, ainsi que des loups, des sangliers, des renards, des hyènes et des chacals. Ces zones protégées sont aussi le lieu de vie de nombreuses espèces d’oiseaux telles que des perdrix, des canards sauvages, des aigles, des faucons, des rossignols, des piverts et des cigognes. Plusieurs espèces d’oiseaux migrateurs y viennent également chaque année.

Région située entre Marivân et Saghez
Photo : Ali Majdfar

Les beaux paysages, les forêts, les villages, les sources d’eau minérale et les lacs de la province du Kurdistan sont autant d’atouts pour développer l’écotourisme dans cette région. Chaque année, de nombreux alpinistes viennent au Kurdistan pour escalader les montagnes de cette province. L’abondance de la neige pendant l’hiver permettrait également de créer des pistes de ski et de développer ainsi le tourisme tout au long de l’année. Ceci serait un moyen de donner un essor aux activités économiques de la province.

* Cet article est basé sur les livres et les articles suivants :
- Zâre’i, Mohammad Ebrahim, Simâ-ye mirâs-e farhangui-ye Kordestân (Panorama de l’héritage culturel du Kurdistan), Ed. de l’Organisation de l’héritage culturel, Téhéran, 2002.
- "Tavânmandi-hâyé ostân-e Kordestân dar zamineh-hâye mirâs-e farhangui va gardeshgari" ("Les potentiels de la province du Kurdistan dans le domaine de l’héritage culturel et du tourisme"), article publié sur le site officiel de la préfecture de Kordestân, à l’adresse www.ostan-kd.ir. Site consulté le 18 janvier 2010.
- Le site de l’Organisation de la protection de l’environnement d’Iran, consulté le 20 janvier 2010, dont l’adresse est www.irandoe.org.
- Un article sur la faune et la flore du Kurdistan, disponible sur le site de la Banque Melli Iran, à l’adresse www.bmi.ir. Site consulté le 24 janvier 2010.


Visites: 3630

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



17 Messages

  • Les beaux paysages du Kurdistan* 24 mai 2010 14:06, par JBB

    Dommage que la dictature ne permette pas de rencontrer les habitants de ce beaux pays.
    Je m’y rendrai volontier lorsque la démocratie sera enfin revenue !!!

    repondre message

    • Les beaux paysages du Kurdistan* 25 mai 2010 20:29, par Ali

      La dictature est chez vous en Occident, pas ici en Iran, parce que là-bas c’est une dictature à la fois politique, médiatique et économique. Un énorme abus de pouvoir, en abrutissant les gens, pour que vous puissiez pas voir le vrai visage de votre soi-disant démocratie, dont nous voyons une toute petite manifestation dans vos tueries en Irak, Afganistant, Palestine et ailleurs. Donc gardez-la cette démocratie pour vous. Enfin, moi aussi j’aurais aimer me rendre en Europe si la démocratie s’y installe enfin un jour.

      repondre message

      • Les beaux paysages du Kurdistan* 7 juin 2010 19:50, par Léna

        désolé de vous contredire mais la dictature est partout ...Malheuresement , les gens ne se rendent pas vraiment compte , il ont des oeillère dans les yeux.Chaque continent s’autoproclame comme politiquement démocratique mais c’est un vrai mensonge ...
        Voila , ce sont mes idées et je respecte cela ... bien à vous.

        repondre message

        • Les beaux paysages du Kurdistan* 21 février 2012 22:07, par OVXShtXjRw

          Ah bon ? Je vais aller voir ca tout de suite.Cher Untel, je cpomte beaucoup sur vous pour m’appuyer aupres du Comite du Peuple de mon quartier lorsque le moment sera venu.

          repondre message

      • Les beaux paysages du Kurdistan* 9 juillet 2010 10:54, par iran

        je suis une iranienne.je ai honneur pour habiter en Iran.pour moi ,c est la meilleur pays dans le monde entier pour y vivre.je conseille a tous les occidents de voir y rendre visite.le gouvernement iranien n est pas une dictature .vous avez mal compris.

        repondre message

  • Les beaux paysages du Kurdistan* 21 juillet 2010 20:48, par Michel

    Pourquoi vouloir toujours calquer les institutions nées de l’une ou l’autre culture ? L’Europe a sés défauts, ils sont majeurs lorsqu’ils sont aveuglés par l’argent et l’appât du gain, comme en Irak, en Birmanie ou dans bien d’autres pays. L’Iran est un pays corrompu. Dictature ou pas ? Le problème n’est pas là. L’appareil iranien se meure de sa corruption et signe la fin de son règne. Il n’y a plus de religieux dans le pouvoir iranien, le pays n’a plus d’islamique que le nom. Les vrais fidèles tournent le dos au pouvoir actuel et prient dans leur coin, seuls les opportunistes qui tirent profit de cette corruption continuent de faire semblant d’y croire en se rendant à la mosquée. Mais le vent de l’histoire est en train de souffler...

    repondre message

  • Les beaux paysages du Kurdistan* 18 novembre 2010 15:45, par melinda

    je t’aime mon kurdistan je ne peux pas vivre sans toi ez kurdistanim

    repondre message

  • Les beaux paysages du Kurdistan* 18 novembre 2010 15:52, par melinda

    il y a pas plus beaux au monde que les montagne les region les about touristique du kurdistan si c’etait moije ne perderer pas une segonde pour aller voir le kurdistan ses magnifique ses la bat que tu vois la vrais nature du monde respirer l’aire de toi le kurdistan y a pas plus beaux que sa au monde si il le faut je morrirer pour toi

    repondre message

  • Les beaux paysages du Kurdistan* 18 novembre 2010 15:53, par melinda

    les turque sont jaloux de nous de notre richesse

    repondre message

  • Les beaux paysages du Kurdistan* 18 novembre 2010 15:56, par melinda

    on se battera jusqu’au bout pour toi beaux kurdistan on n’aura bientot notre peuple il faut y croire tu aura bientot ta place en europe beaux kurdistan tu existera

    repondre message

  • Les beaux paysages du Kurdistan* 18 novembre 2010 15:59, par berivan

    les 1 semaine que j’ai passer avec toi etait la 1semaine les plus belle de ma vie

    repondre message

    • Les beaux paysages du Kurdistan* 22 février 2012 07:20, par fBhljlkMYxXeXUDUD

      Je rherceche que les gens sont de plus en plus mefiants par rapport aux discours officiels. On nous a trop manipule pour croire tout ce qu’on nous sert.

      repondre message

    • Les beaux paysages du Kurdistan* 24 février 2012 08:39, par gAmuxDyhdlFVP

      bonjour, je sohtaiue entrer en contct avec le Dr Chaouki, pourriez vous me communiquer son email.je suis medecin pediatre et auteur d’un lvre sur l’histoire de la medecine en Algerie, paru en 2000 a l’ENAL, Alger.merciDr Khiati

      repondre message

  • Les beaux paysages du Kurdistan* 10 février 2015 22:38, par innogwen

    Que de merveilles nous offre notre planète malheureusement si malmenée. Comme le peuple kurde est beau et courageux ! Les Français se plaignent beaucoup et pourtant nous avons la chance de vivre dans un pays libre, riche, magnifique. Je regarde sur Arte un reportage sur les Kurdes. C’est poignant. Je les soutiens par la pensée.

    repondre message

  • Les beaux paysages du Kurdistan* 28 janvier 2016 12:22, par mr simongiovanni

    Bonjour, pourriez vous me dire si il serait possible de chasser en Iran particulièrement au Kurdistan ?
    Cordialement
    Mr Simongiovanni

    repondre message

  • Les beaux paysages du Kurdistan* 7 février 2016 07:52, par Revue de Téhéran

    Boonjour.
    Merci pour l’intérêt que vous avez apporté à ct article.
    La chasse dans les différentes régions iraniennes est soumise à des lois très strictes. Malheureusement, la chasse illégale existe, mais la société et l’opinion publique sont est de plus en sensibilisées envers les dégâts que cela peut produire pour l’environnement naturel.

    repondre message

  • Les beaux paysages du Kurdistan* 31 octobre 2016 10:29, par annedevoti@yahoo.fr

    J’aimerai avoir des précisions sur le Daryan Dam sur la rivière Sirwan, en août 2016 d’énormes travaux, qui m’ont semblé pharaoniques et m’ont fait réfléchir, quelle est l’incidence sur les villages et la vie du peuple dans cette région ?Merci pour votre réponse. AM Devoti

    repondre message