A 7 km de Shâhroud, dans la province de Semnân, au sud du massif de l’Alborz, se trouve la petite ville de Bastâm, qui compte moins de 8000 habitants et borde l’ancienne Route de la soie. Elle se flatte et regrette à la fois sa splendeur d’hier. Même aujourd’hui, l’autoroute qui mène de Téhéran à cette région traverse les collines sèches, basses et rudes qui autrefois étaient parcourues par les caravanes à l’horizon blanc du Lac du sel. En nous retrouvant au milieu de ces collines rondes et ridées par le soleil et le vent désertique, nous éprouvons de la compassion pour les caravaniers terrorisés de temps à autre par des bandits et rebelles qui se cachaient derrière ces sphinx du Dasht-e Kavir.

Complexe historique Bâyazid Bastâmi

La géographie et le climat de Bastâm

Malgré sa situation géographique quasi-désertique, Bastâm possède un microclimat relativement agréable, surtout en été, bien que ses hivers soient durs et froids. Elle doit son aspect d’oasis aux divers Qanâts et aux nombreuses sources naturelles qui arrosent ses terres fertiles. De là, Bastâm est entourée par près de 2000 hectares de vergers, en particulier par des abricotiers mais aussi des vignobles. Dans les bazars de fruits, le raisin de Bastâm, que l’on appelle le raisin shâhroudi, est réputé comme étant de haute qualité. La fabrication du vin, courante avant la Révolution, est aujourd’hui complètement abandonnée. L’économie agricole de Bastâm est actuellement et malheureusement mise en danger par la fouille abusive des puits profonds qui menacent les eaux souterraines de cette région.

L’histoire de Bastâm

Dans son Shâhnâmeh (Livre des rois), Ferdowsi considère Bastâm, sous le règne de Manoutchehr, le roi mythologique Pishdâdi, contemporain du prophète Moïse, comme la frontière entre deux régions : Tabarestân et Ghoumess (Dâmghân). Bastâm est également citée en tant que capitale de la région de Ghoumess. A partir de l’époque qâdjâre, l’importance de Bastâm s’estompe au profit de Shâhroud. ہ l’époque pahlavi, à la suite des divisions administratives, la ville de Semnân est reconnue par le gouvernement en tant que centre de la province Ghoumess, appelée désormais "province de Semnân". Il semble que le mot bastâm vienne étymologiquement du mot avestique vistakhma signifiant « très ancien et éternel ». Selon une autre explication, Vastâm, l’un des oncles du roi sassanide Khosrô Parviz, s’installa dans cette région pendant quelques temps et donna son nom à cette ville. Les seules recherches scientifiques et archéologiques effectuées sur l’histoire antique de cette ville ont été réalisées par le professeur Masuda de l’Université de Tokyo, dans les collines de Sang-e Tchakhmâkh (silex). D’après ces études, l’histoire de Bastâm remonte jusqu’au Ve millénaire av. J.-C. Malheureusement, les fouilles des Japonais n’ont pas été poursuivies par les archéologues iraniens.

Couloir Uljayto, Bastâm

Hécatompyles, l’une des capitales arsacides dont les ruines existent encore, fut fondée près de l’actuel Dâmghân, à proximité de Bastâm. Bizarrement, aucune trace attestant la présence des Parthes n’a été retrouvée sur le sol de l’actuelle Bastâm. Nous n’avons pas plus d’informations sur la Bastâm sassanide. Durant l’invasion arabe, Bastâm fit partie des villes iraniennes qui furent conquises après la bataille de Nahâvand en 642.

Dans tous les cas, l’âge d’or de Bastâm, comme les autres villes de cette région, coïncide avec celui de la Route de la soie. Mais comme plusieurs autres villes, Bastâm perdit sa prospérité ancienne à la suite de catastrophes naturelles comme le grand tremblement de terre en 855 ; ou d’événements historiques comme l’invasion mongole en 1227. Ainsi, Bastâm aurait dû être complètement oubliée si elle n’avait pas abrité le mausolée de l’un des plus grands mystiques iraniens qui attire chaque année des milliers de pèlerins et de visiteurs.

La tour Kâshânieh

Les monuments historiques de Bastâm

Aujourd’hui, les monuments historiques de Bastâm témoignent de la présence de diverses dynasties de l’époque islamique, notamment les Seldjoukides, les Khorezmiens, les Ilkhanides, les Timourides, les Ghourides et les Qâdjârs. Ces monuments sont concentrés autour du complexe historique de Bâyazid Bastâmi. Ce complexe compte plusieurs sites, dont le tombeau de Bâyazid Bastâmi près du mausolée de l’Imâmzâdeh Mohammad. Dans son testament, Bâyazid a exprimé le vœu de ne pas être enterré dans un monument funéraire ayant un toit. Sa tombe, qui se compose juste d’une pierre de marbre, se situe dans l’esprit de la simplicité soufie. ہ côté du tombeau de Bâyazid se trouve la minuscule cellule dans laquelle il logeait. La mosquée de Bâyazid, bâtie au temps des Seldjoukides et ornée par des moulures sous le règne des Qâdjârs, possède un beau mihrab. Elle constitue un autre trésor de ce complexe. Au sous-sol de cette mosquée se trouvent des petits espaces, probablement réservés aux disciples de Bâyazid. Le minaret en brique de la mosquée disparue fut aussi construit à l’époque seldjoukide. Ghâzân Khân ilkhanide a fait ajouter à ce complexe un dôme conique. Son travail fut poursuivi par son frère Uljayto (Sultan Mohammad Khodâbandeh), avec la construction d’une galerie d’entrée, un portique (iwan) de 14 mètres de haut et un dôme (encore conique) sur le tombeau de l’Imâmzâdeh Mohammad (dans le but de créer une symétrie avec le dôme de Ghâzân Khan). ہ l’est du complexe est bâtie l’école religieuse Shâhrokhyeh, construite par le roi timouride Shâhrokh sur deux étages, avec 28 petites chambres ou hodjreh. Près du complexe de Bâyazid se dresse au sud-est de la grande mosquée de Bastâm la tour Kâshânieh, bâtie sous le règne de Ghâzân Khân, comportant 60 angles. On considère que ces 60 angles ont une relation avec la numération des Grecs. Bastâm fut le berceau de grandes figures de la sphère littéraire et scientifique comme les poètes Foroughi Bastâmi et Zoghi Bastâmi ou le Cadi Zâhir-od-Din Bastâmi. Mais chez les Iraniens d’aujourd’hui, cette ville est connue grâce à Bâyazid Bastâmi, l’une des figures éminentes du mysticisme iranien.

Tour datant de l’époque seldjoukide, Bastâm

Bâyazid Bastâmi

Abou Yazid Tayfour ibn Issâ ibn Sorushân (804-874), le Sultan des mystiques, est né dans le quartier zoroastrien de Bastâm. Son grand-père, Soroushân, était un mage converti à l’islam. Pour cette raison, on le considère comme l’héritier du mysticisme préislamique de la Perse et celui qui l’a concilié avec le mysticisme Islamique. Une influence hindoue est également perceptible chez lui. Nous ignorons cependant qui fut son maître. La doctrine à laquelle il se rattachait était celle de l’annihilation en Dieu (fanâ’ fi Allah) et de la subsistance par Dieu (baqâ’ bi Allah). Bâyazid est considéré comme étant un disciple direct selon certains, et indirect selon d’autres, des Imâms chiites. Dans sa jeunesse, Bâyazid fit un long voyage dans les diverses villes d’Iraq, de la grande Syrie et d’Arabie. Il est donc fort possible qu’il se soit entretenu directement avec les Imâms chiites. Son successeur fut l’un de ses disciples érudits, Abu al-Hassan Kherghâni, dont le mausolée se trouve sur une colline dans un petit village près de Bastâm. Le mausolée de Bâyazid est la Kaaba de ses disciples ou morid et de ses pèlerins de différentes cultures : Turkmènes, Kurdes, Persans, Afghans, Pakistanais et Indiens. N’était-ce pas lui qui dit un jour :

« J’ai vu la Kaaba tournant autour de moi… »

Bibliographie :
- Shâhnamâ Hassan, Jâzebeh-hâye gardeshgari-e Shâhroud (Les attractions touristiques de Shâhroud), ةdition de l’Université industrielle de Shâhroud, 2001
- Shafi’i Mohammad Ali, Târikh-e jâme’-e Shâhroud (L’Histoire exhaustive de Shâhroud), ةdition de Shâhroud, 2000
- Rahimi Modjtabâ, traduit en anglais par Râstgou Ali, Shâhroud, ghâreh-i koutchak (Shâhroud, un petit continent), ةdition Mir Dashti, 2005
- Ringgenberg Patrick, Guide culturel de l’Iran, ةdition Rowzaneh, Téhéran, 2006
- Semnân, Heritor of Ancient Glory, Brochures publiées par l’Organisation du patrimoine culturel de la province Semnân, 2010


Visites: 634

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



2 Messages