N° 119, octobre 2015

Le Parc national du Golestân :
Une réserve de biosphère mondiale


Babak Ershadi


Distribution des réserves de biosphère en Iran

La « réserve de biosphère » est un nouveau concept de la protection et de la gestion des régions naturelles précieuses, utilisé dans le monde sous diverses formes. Il inclut notamment les parcs nationaux, les refuges fauniques, les aires protégées ou des sites naturels.

La réserve de biosphère est une expression reconnue par l’UNESCO, dont le but est de protéger la biodiversité tout en essayant de régler les conflits susceptibles de survenir entre le développement humain et la nature.

Aujourd’hui, les réserves de biosphère sont connues comme le modèle le plus performant de la protection de la biodiversité dans le cadre du développement durable. L’Iran a été parmi les pays pionniers de la création des réserves de biodiversité, dans le cadre d’une coopération permanente avec l’UNESCO depuis 1976, date de la création du Parc national du Golestân. Dans ce cadre, l’Iran a créé, au fur et à mesure, neuf régions protégées, en collaboration avec le projet « L’homme et la biosphère » de l’UNESCO qui couvre actuellement 482 réserves de biosphère dans 102 pays.

Les forêts semi-tropicales du sud de la mer Caspienne

Caractéristiques principales

Le Parc national du Golestân est une zone caractérisée par une situation topographique et géographique très variée. Son altitude par rapport au niveau de la mer varie de 450 à 2411 mètres. Cette variété topographique est aussi renforcée par l’existence de roches calcaires élevées, de collines avec de hautes pentes, de vastes pâturages, des champs, des hautes plaines, et des zones montagneuses. Les zones montagneuses du parc sont principalement situées dans les parties nord et ouest, et plus on se déplace vers l’est, plus l’altitude se réduit.

L’une des plus anciennes et des plus célèbres réserves de biosphère en Iran et dans le monde, le Parc national du Golestân, est un système mixte de montagnes avec un zonage complexe étant donné les spécificités géographiques et climatiques des territoires situés au sud de la mer Caspienne. Le Parc fait partie du système des précipitations atmosphériques des forêts semi-tropicales et plantations des régions du littoral sud de la mer Caspienne.

Ce système climatique se caractérise par un climat froid en hiver, une forte humidité en été, une densité de brumes et une végétation touffue plus herbacée que boisée. Compte tenu de l’importance de ces forêts du point de vue de la biodiversité, le Parc national du Golestân constitue une réserve de biosphère exceptionnelle. Cependant, ces forêts sont de nos jours menacées par divers problèmes dont les exploitations commerciales.

Le Parc national du Golestân est partagé entre trois provinces

Localisation géographique :

Le Parc national du Golestân est une région montagneuse située à l’extrémité est des forêts du nord de l’Iran. Le parc est situé à 37°-37°16’34’’ de latitude nord et à 55°-56°17’45’’ de longitude est. Il se trouve à 55 km à l’est de la ville de Gonbad-e Kâvous, et à 115 km à l’ouest de la ville de Bojnourd. Il s’étend entre les trois provinces du Golestân, du Khorâssân du Nord et de Semnân. Près du tiers de sa superficie se situe dans le domaine de la province à laquelle il a donné son nom.

Les environs du Parc national du Golestân sont habités, et de nombreux villages y existent. L’agriculture et l’élevage sont les principaux moyens de subsistance des communautés locales. Les villages de l’ouest et d’une partie du nord-ouest du parc sont principalement situés sur des terres forestières et sont turkmènes. Les villages à l’est et à l’ouest sont situés dans des parties de montagnes forestières, et leurs habitants ne sont pas turkmènes. Les villages au sud-est et au sud se situent près de la route qui traverse le Parc national du Golestân. Ils sont, pour la plupart, situés dans des zones de plaine, et leurs habitants vivent de l’agriculture.

Les forêts boisées du parc national du Golestân

Climat :

Bien que le Parc national du Golestân soit situé à l’extrémité ouest des forêts hyrcaniennes, son climat est strictement sous l’influence de l’humidité de la mer Caspienne. Les vents d’ouest, ainsi que les pluies orographiques apportent beaucoup d’humidité dans la région. Le Parc national du Golestân est situé entre les trois zones d’Atrak, du désert Dasht-e Kavir et de la plaine de Gorgân.

Trois stations météorologiques enregistrent pendant toute l’année le nombre des jours pluvieux et le taux des précipitations atmosphériques : la station de Gonabâd (150 mètres au-dessus du niveau de la mer et avec une pluviosité annuelle de 503 mm), la station de Minou-Dasht (170 mètres au-dessus du niveau de la mer et une pluviosité annuelle de 547 mm), et enfin la station de Kâlpoush (1010 mètres au-dessus du niveau de la mer, et 142 mm de pluie par an). Les résultats présentent les zones semi-sèches tempérées, semi-humides tempérées, froides et sèches. Les études concernant l’érosion des sols jouent un rôle important dans le processus de la préparation d’un plan global pour la protection du Parc national du Golestân.

Ce Parc national est une zone protégée depuis plus de 40 ans. Par conséquent, le rôle des facteurs humains a été très faible dans l’érosion des sols. En fait, la plupart des activités humaines sont limitées aux villages voisins, et des changements considérables peuvent être observés aux alentours du parc en raison de la présence humaine.

Parc national du Golestân

Grâce à sa situation géographique particulière, le Parc national du Golestân couvre l’extrémité ouest des forêts hyrcaniennes, dans la chaîne de montagnes Alborz oriental. Il comprend plusieurs ceintures d’altitude, des plaines (450 mètres) aux montagnes hautes de 2400 mètres au-dessus du niveau de la mer. Ainsi, la situation climatique de cette région est fortement variable de l’ouest à l’est. La réserve contient diverses conditions climatiques allant du sec au semi-humide.

Les conditions topographiques et la variété des formes des terres ont favorisé la formation des microclimats locaux. Ces facteurs ont entraîné un développement considérable dans la variété de la biodiversité et des habitats. Diverses conditions climatiques, édaphiques, hydrologiques et physiographiques du parc interagissent efficacement à la conservation de la biodiversité.

Photos : zones protégées du parc national du Golestân

Zone forestière :

Les forêts boisées se concentrent dans la moitié ouest du parc. Sur la base de la variation des altitudes, de la pluie et de la situation géomorphologique, différentes végétations existent dans le Parc national du Golestân. Ces forêts appartiennent au groupe des forêts hyrcaniennes touffues. Dans la partie ouest du parc, divers arbres comme le chêne (Quercus Castaneifolia), le charme (Carpinus Betulus), le charme d’Orient (Carpinus Orientalis), le chêne d’Iran (Quersus Macranthera), l’érable (Acer Velutinum), l’érable plane (Acer Platanoides), le frêne (Fraxinus Excelsior), l’alisier (Torminalis Sorbus), le tilleul (Tillia Caucasi) et l’orme (Ulmus Mineures) forment des forêts à une altitude de 1000 à 2000 mètres au-dessus du niveau de la mer. Ces forêts sont pour la plupart touffues et créent une bonne couverture, jusqu’à 100%.

Outre diverses espèces d’arbres, d’arbustes et d’autres végétations, les zones forestières fournissent un habitat parfait pour un nombre considérable de vertébrés et d’invertébrés.Ces forêts offrent des quantités élevées de matières organiques qui créent un environnement propice au développement de différents champignons et bactéries. Malheureusement, peu d’informations sont disponibles à propos des bactéries terrestres du parc. Le nombre de champignons connus du parc atteint 70, dont certains sont terrestres, d’autres boisés et parasites.

Photos : zones protégées du parc national du Golestân

Les invertébrés sont généralement herbivores et appartiennent au premier groupe de consommateurs de la chaîne alimentaire. Une variété d’escargots, de scorpions, de mille-pattes, de papillons, et d’autres insectes comme des fourmis, des termites, des perce-oreilles et surtout des coléoptères vivent dans les forêts. Les troncs des arbres et leurs branches sont aussi un habitat convenable pour un groupe d’insectes et d’araignées.

Dans l’ensemble des terres forestières du Parc national du Golestân, de nombreux habitats existent pour une variété importante d’animaux. Mais les animaux les plus célèbres du parc sont sans doute ses mouflons sauvages (urials). Ils ont besoin d’un environnement composé de grands arbres âgés, d’habitats forestiers et de prairies ouvertes. D’autres espèces de mammifères tels que le renard, l’ours brun, le sanglier, le léopard, le loup, la gazelle, le cerf Maral, et de nombreux oiseaux y vivent aussi.

Zone steppique :

Une steppe s’étend à l’est du Parc national du Golestân. Cette steppe est principalement couverte d’arbustes touffus, à feuilles persistantes et végétation annuelle. L’armoise est l’une des principales espèces endémiques de cette zone qui est chaude et sèche en été, et froide en hiver. Le taux de pluies annuelles est inférieur à 400 mm. Cette partie du parc constitue l’habitat d’animaux tels que la gazelle, le cerf Maral, et de nombreux rongeurs et reptiles. Cette zone steppique a une différence majeure avec les forêts semi-tropicales du Parc national du Golestân, tant sur le plan climatique que du point de vue de la faune et de la flore. Les collines de cette zone steppique sont l’habitat préféré des urials (mouflons sauvages). Les loups, les renards y sont également nombreux.

Diverses plantes à feuilles persistantes telles que le genévrier peuvent y être observées. Cette végétation crée un abri naturel pour les urials. Les léopards n’ont pas le même succès que les loups pour y chasser ces mouflons sauvages. Par conséquent, ils sont naturellement obligés de se déplacer fréquemment à leur recherche. La biodiversité de cette région est aussi très élevée. Il y vit une variété de reptiles, d’oiseaux et de mammifères plus élevée par rapport à la zone forestière du Parc national du Golestân, ce qui explique la complexité de la chaîne alimentaire dans cette zone steppique.

Zones montagneuses :

Les hautes montagnes du Parc national du Golestân ont une altitude de plus de 2000 mètres par rapport au niveau de la mer. Ces montagnes sont situées dans la moitié orientale du parc. La végétation montagneuse du parc est composée d’herbes à feuilles persistantes, dont les fétuques (Festuca). Dans ces montagnes vivent des chèvres sauvages (Capra). Ce type d’habitat est approprié pour les espèces d’oiseaux rares comme le vautour barbu. Une variété de reptiles vit aussi dans ces montagnes.

Biodiversité :

La biodiversité remarquable du Parc national du Golestân est le résultat de la variété de ses zones climatiques. Ce parc abrite des représentants d’un huitième des espèces végétales, un tiers des espèces d’oiseaux et plus de la moitié des espèces mammifères de l’Iran. Ainsi, le Parc national du Golestân est le symbole d’environ 50% de la biodiversité de l’Iran. L’existence de cette diversité exceptionnelle fait de cette région un patrimoine de l’humanité, et explique la décision de l’UNESCO d’intégrer ce parc dans sa liste des réserves mondiales de biosphère. Ce parc, dont la superficie n’est que d’environ 900 km², représente une diversité de faune et de flore supérieure à celle de nombreux pays du monde. 1350 espèces végétales, 302 espèces animales dont 69 espèces de mammifères et 149 espèces d’oiseaux y vivent.

Nombre de réserves de biosphère par pays

Impacts humains :

Les principaux impacts humains sur le Parc national du Golestân sont visibles dans les périmètres où les habitants des villages utilisent les terres et les ressources naturelles de la réserve pour leur subsistance. Les inondations, qui ont porté de sérieux préjudices au parc pendant ces dernières années, sont en grande partie le résultat des activités humaines et de l’utilisation non-durable des ressources naturelles de la réserve. Ces activités accélèrent la déforestation et l’érosion rapide, dont les inondations sont les symptômes.


Visites: 630

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.