N° 131, octobre 2016

Ârash Tanhâï, tête de file d’une nouvelle génération d’affichistes iraniens


Samirâ Fâzel


é le 14 janvier 1982 à Téhéran, Ârash Tanhâï est un graphiste et affichiste iranien. Il est considéré comme une figure importante de la cinquième génération des graphistes iraniens. Dès son enfance, il démontre un intérêt marqué pour les mythes persans. A 14 ans, il se découvre une passion pour le graphisme en visitant une exposition de peinture. Il décide donc de poursuivre ses études à l’école des Beaux-arts de Mâlek Ashtar. Une fois diplômé, Tanhâï met sur pied en collaboration avec ses amis Farshid Pârsikiâ et Mehdi Fâtehi le groupe artistique Passage. Il y approfondit son expérience dans le domaine du graphisme. Il organise ensuite plusieurs expositions de peinture et de graphisme entre 1998 et 2004. En parallèle, il s’initie progressivement au travail des grandes figures du graphisme telles que Roman Cieslewicz, Jan Lenica et Malcolm Irving Glaze. Il s’inspire tout particulièrement du travail de Lenica dans ses réalisations d’affiches pour des pièces de théâtre. Après son service militaire, il décide de poursuivre des études supérieures, et est accepté à l’Ecole des Beaux-arts de Téhéran en 2008.

Ârash Tanhâï

Il y découvre le monde du spectacle, tandis que son intérêt pour les affiches de théâtre se renforce. Il réalise alors de nombreuses affiches culturelles et celles de théâtres estudiantins. À 23 ans, au deuxième étage d’une vieille maison, il ouvre un atelier de graphisme avec un ami, Meysam Maqsoudi. Son atelier réussit à acquérir rapidement une grande notoriété dans les milieux artistiques et à attirer une clientèle nombreuse. Il publie aussi de nombreux articles sur le graphisme persan, ainsi que sur les graphistes et affichistes pionniers ou oubliés de l’Iran dans le magazine Tandis. Il a également publié plusieurs ouvrages dont la biographie de Mortezâ Momayez et de Kâmrân Kâtouziân, deux grands graphistes iraniens. En 2012, il publie Trente ans de solitude, un recueil de ses affiches et de ses articles. Il organise peu après une exposition de ses affiches à la Maison des Artistes d’Iran. Il devient aussi lauréat du 26e Festival du Théâtre de Fajr en remportant le premier prix de création d’affiches.

Photos : œuvres d’Ârash Tanhâï

Tanhâï continue de travailler dans son atelier à Téhéran où il dessine des affiches ainsi que des couvertures de livres pour différentes maisons d’édition et des revues. Il enseigne aussi et continue à écrire des articles sur le graphisme iranien. Selon certains critiques d’art, les posters d’Ârash Tanhâï représentent les médias contemporains selon différentes lectures et illustrent une passion pour l’expression claire et concise ; autrement dit, il va au-delà de l’esthétique historique et classique. Il se veut le défenseur des grandes valeurs humaines, et se distingue par son travail de recherche et ses efforts visant à présenter le travail des générations qui l’ont précédé.

 Il se présente lui-même en ces termes : "Je suis Ârash Tanhâï. J’ai commencé à parler alors que je n’avais que 4 mois ! À l’âge de 4 ans, j’ai pu lire grâce à ma sœur. Quand j’avais 14 ans, j’avais l’ambition de devenir un jour président. Deux ans après, j’ai su pourquoi Van Gogh s’était coupé l’oreille ! J’ai toujours eu beaucoup de passion ; j’ai beaucoup voyagé mais je n’ai finalement qu’un brin d’expérience. J’ai connu un tas de montagnes, de rivières, de plaines, de plantes, d’arbres et… de regrets ! J’ai appris différents métiers, je les ai pratiqués, mais j’ai toujours essayé d’être moi-même. J’essaie de profiter de chaque instant de la vie pour créer des œuvres…"


Visites: 188

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.