N° 148, mars 2018

Hossein Farajiân,
le célèbre forgeron iranien


Manouchehr Moshtagh Khorasani


Hossein Farajiân (Iran) était un célèbre forgeron iranien, né à Zanjan, en Iran, une ville renommée pour ses sabres, épées et couteaux. Il est mort le samedi 26 Esfand 1386 [17 mars 2007]. Ostâd Farajiân, ayant appris son métier du célèbre maître forgeron Yahya Yaghubim, avait atteint une telle renommée que ses épées et poignards ont été exposés au Musée Sanâye Dasti-e Irân (Musée de l’Artisanat) à Téhéran. Nous présentons ici quelques-unes de ses œuvres, en commençant par trois ghameh d’Ostâd Farajiân. Deux des lames de ces épées courtes sont en acier, tandis que la troisième est en bronze.

Ghameh 1

La lame est à double tranchant et porte quatre rainures. La poignée est faite de deux plaques en corne noire. Les plaques sont fixées à la soie de l’épée par trois rivets, sur chacun desquels se trouve une tête en laiton. Le fourreau est fait de deux plaques de bois collées l’une contre l’autre et recouvertes de cuir. Les garnitures du fourreau et de la chape sont en cuivre. La lame est forgée à la main et gravée à l’acide, et porte les inscriptions suivantes :

Sourate 103, Al-‘Asr (Le temps), trois versets : "Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. 1. Par le Temps ! 2. L’homme est certes, en perdition, 3. sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres, s’enjoignent mutuellement la vérité et s’enjoignent mutuellement l’endurance."

Sourate 110, An-Nasr (Le secours), trois versets : "Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. 1. Lorsque vient le secours d’Allah ainsi que la victoire, 2. et que tu vois les gens entrer en foule dans la religion d’Allah, 3. alors, par la louange, célèbre la gloire de ton Seigneur et implore Son pardon. Car c’est Lui le grand Accueillant au repentir".

Sourate 113, Al-Falaq (L’aube naissante), cinq versets : "Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. 1. Dis : « Je cherche protection auprès du Seigneur de l’aube naissante, 2. contre le mal des êtres qu’Il a créés, 3. contre le mal de l’obscurité quand elle s’approfondit, 4. contre le mal de celles qui soufflent [les sorcières] sur les nœuds, 5. et contre le mal de l’envieux quand il envie."

Sourate 114, An-Nâs (Les gens), six versets : "Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. 1. Dis : « Je cherche protection auprès du Seigneur des hommes. 2. Le Souverain des hommes, 3. Dieu des hommes, 4. contre le mal du mauvais conseiller, furtif, 5. qui souffle le mal dans les poitrines des hommes, 6. qu’il (le conseiller) soit un djinn, ou un être humain.

Près de la poignée, des inscriptions révèlent le nom du forgeron, Hossein Farajiân, ainsi que la phrase "Il n’y a pas de main au-dessus de la main de Dieu"."

Ghameh 1 : Longueur totale : 63 cm
Largeur de la lame au fort : 5 cm
Largeur de la lame au milieu : 5 cm
Poids sans fourreau : 771 g
Poids avec fourreau : 1185 g

Ghameh 2

La lame est à double tranchant et porte cinq rainures. La poignée est faite de deux plaques de corne noire. Les plaques sont fixées à la soie de l’épée par trois rivets, sur chacun desquels se trouve une tête en laiton. Le fourreau est fait de deux plaques de bois collées l’une contre l’autre et recouvertes de cuir. Les garnitures du fourreau et de la chape sont en fer. La lame est en bronze et porte les inscriptions ciselées suivantes : "Cette lame est pour chasser le lion céleste. Il est l’épée du Vakil, le roi qui conquiert le pays. Il gardera toujours la clé de la victoire dans sa main. La main qui tient la poignée de cette épée."

Notez que les inscriptions ci-dessus sont les mêmes que celles qui sont incrustées d’or sur les lames d’acier damas des deux sabres de Karim Khân Zand se trouvant l’un au Musée Militaire de Téhéran et l’autre au Musée Pârs à Shirâz (voir Moshtagh Khorasani, 2006 : 492-494, Cat 122, Cat 123).

D’autres inscriptions en persan sur le revers de la lame proviennent du nohekhâni (deuil de l’Imâm Hossein) ou du ta’ziyeh (représentation de la passion de l’Imâm Hossein) pendant le mois de Moharram.

"Le jour de l’Ashourâ, le roi assoiffé [se référant à l’Imâm Hossein] a dit :" Se sacrifier pour son ami n’est pas difficile, [oui] j’ai soif [mais] soif de justice et de liberté, sinon je n’ai pas soif du tout."

Près du fort de la lame, on peut lire les inscriptions suivantes gravées en arabe : "Yadollahi fogho aydahum" (Il n’y a pas de main au-dessus de la main de Dieu). Sur le revers de la lame, on trouve les inscriptions suivantes gravées en persan :

"Hier, Ahmad a brisé les idoles avec l’aide d’Ali, et il a détruit le blasphème pour la justice d’Ali. La personne qui, avec son épée, a fait perdre à Gabriel son bouclier, n’est autre que Ali, l’épée de Dieu… Le monde entier est fait de gouttes d’eau, et Hossein est la mer, toutes les bonnes gens sont ses serviteurs, et Hossein en est le seigneur. J’ai peur qu’il pardonne même à son tueur parce que Hossein est si généreux et miséricordieux."

Près du fort de la lame, on trouve des inscriptions gravées en persan : « Sakht-e Hossein Farajiân Zanjân » (Fait par Hossein Farajiân [à] Zanjân).

Ghameh 2 : Longueur totale : 63,5 cm
Largeur de la lame au fort : 4,4 cm
Largeur de la lame au milieu : 4,4 cm
Poids sans fourreau : 607 g
Poids avec fourreau : 762 g

Ghameh 3

La lame est à double tranchant et porte trois rainures. La poignée est faite de deux plaques en corne noire. Les plaques sont fixées à la soie de l’épée par trois rivets, dont les têtes de chacune sont décorées de filigranes. Le fourreau est fait de deux plaques de bois collées l’une contre l’autre et recouvertes de cuir. Les garnitures du fourreau et de la chape sont en argent filigrane. La lame en acier est forgée à la main et porte les inscriptions suivantes ciselées en or :

Sourate 48, Al-Fath (La victoire éclatante)

  1. Nous t’avons accordé une victoire éclatante,

et Amal-e Hossein Farajiân (travail de Hossein Farajiân). Le tableau à la page suivante montre les dimensions du ghameh.

 

Ghameh 3 : Longueur totale : 44,2 cm
Largeur de la lame au fort : 3,8 cm
Largeur de la lame au milieu : 3,7 cm
Poids sans fourreau : 365 g
Poids avec fourreau : 529 g

Qaddâre

La lame est à un seul tranchant et porte trois rainures. La poignée est faite de deux plaques de corne noire. Les plaques sont fixées à la soie de l’épée par trois rivets, sur chacun desquels se trouve une tête en laiton. Le fourreau est fait de deux plaques de bois collées l’une contre l’autre et recouvertes de cuir. Les garnitures du fourreau et de la chape sont en cuivre. La lame en acier forgée à la main est gravée à l’acide et porte les inscriptions suivantes :

Sourate 23, Al-Mu’minûn (Les croyants) : 115. Pensiez-vous que Nous vous avions créés sans but, et que vous ne seriez pas ramenés vers Nous ?

Sourate 48, Al-Fath (La victoire éclatante) : Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. 1. En vérité Nous t’avons accordé une victoire éclatante

Sourate 61, As-Saff (Le rang), 13. …un secours [venant] d’Allah et une victoire prochaine.

On trouve également sur la lame l’inscription gravée à l’acide "Hossein Farajiân".

Qaddâre : Longueur totale : 71,5 cm
Largeur de la lame au fort : 4,5 cm
Largeur de la lame au milieu : 4,5 cm
Poids sans fourreau : 864 g
Poids avec fourreau : 1318 g

Akenakes

Il existe différents types d’akenakes, mot qui désigne une courte épée achéménide à double tranchant. Certains akenakes en or étaient des cadeaux royaux du roi à ses satrapes et à ses hauts commandants militaires (voir Moshtagh Khorasani, 2006 : 406-407, fig. 49). Cependant, la majorité d’entre eux avaient des lames en fer (voir Moshtagh Khorasani, 2006 : 408, fig. 50). Toutefois, il existe encore des exemplaires en bronze. Basé sur les prototypes en or, il nous a été possible de dessiner le modèle d’un akenakes sur du papier. Puis nous avons copié les inscriptions royales du roi Xerxès à Persépolis et collé les phrases sur le modèle d’akenakes en papier. Ensuite, nous avons envoyé ce modèle à Haj Hossein Farajiân. La fabrication de la lame fut un processus difficile. Cependant, Ostâd Farajiân a réussi à couler la lame du akenakes en bronze, et le résultat final est impressionnant. Le ciselage de la lame fut également un processus laborieux, car les inscriptions devaient être écrites en cunéiforme. Les inscriptions en vieux persan en cunéiforme se lisent ainsi :

[1-6] Ahuramazda est un grand dieu, qui a créé cette terre, qui a créé le ciel, qui a créé l’homme, qui a créé le bonheur pour l’homme, qui a fait de Xerxès le roi, roi de nombreux rois, commandant de nombreux commandants.

[6-11] Je suis Xerxès, le grand roi, le roi des rois, le roi de tous les pays et de nombreux hommes, le roi de cette grande terre, le fils de Darius, un Achéménide.

[11-17] Le roi Xerxès dit : "Par la faveur d’Ahuramazda, j’ai construit cette porte de toutes les nations. Beaucoup d’autres choses magnifiques ont été construites dans cette Persépolis (Pârsâ), que j’ai construite et que mon père avait construite. Tout ce qui a été construit et semble beau - tout ce que nous avons construit par la faveur d’Ahuramazda".

[17-20] Le roi Xerxès dit : "Qu’Ahuramazda me garde, mon royaume, ce qui a été construit par moi, et ce qui a été construit par mon père. Cela, en effet, Ahuramazda peut le préserver".

Les plaques sont fixées à la soie de l’épée par trois rivets. Le fourreau est fait de deux plaques de bois d’érable collées l’une contre l’autre. La garniture du fourreau et la chape sont ciselées d’images de Persépolis et d’Apadana. La surface du fourreau de bois est sculptée et plus tard incrustée de figures de bouquetins faites d’un bois de couleur claire. Ces images de bouquetins sont également basées sur les reliefs de Persépolis.

Akenakes : Longueur totale : 66 cm
Largeur de la lame au fort : 6 cm
Largeur de la lame au milieu : 5 cm
Poids sans fourreau : 1300 g
Poids avec fourreau : 1900 g

Shamshir 1

Le pommeau et la croisière sont en bronze émaillé. La poignée est faite de deux plaques de corne noire. Les plaques sont fixées à la soie de l’épée par trois rivets. Le fourreau est fait de deux plaques de bois collées l’une contre l’autre et recouvertes de cuir marron. Les garnitures du fourreau et de la chape sont en bronze émaillé. La lame est courbée et à un tranchant, elle est en acier à motifs en chevrons. Au centre de la lame se trouvent sept encoches rectangulaires portant plusieurs roulements en acier. De même, on retrouve deux encoches avec des roulements sur le fort de la lame. La décoration sur la lame est composée d’un médaillon à invocation religieuse, portant le nom du souverain Shâh Abbâs Bandeh-ye Shâh-e Velâyat Abbâs (Le serviteur du Roi de droit divin, Abbâs) et de la signature du forgeron Amal-e Hossein Farajiân (travail de Hossein Farajiân) tous deux incrustés d’or.

 

Shamshir 2

Le pommeau et la croisière sont en laiton. La poignée est faite de deux plaques de corne noire. Les plaques sont fixées à la soie de l’épée par trois rivets. Le fourreau est fait de deux plaques de bois collées l’une contre l’autre et recouvertes de cuir marron. Les garnitures du fourreau et de la chape sont en bronze. La lame est courbée et à un tranchant. La lame est en acier. La décoration sur la lame est composée d’un médaillon portant le verset 13 de sourate 61 As-Saff (Le rang) "Secours [venant] d’Allah et une victoire prochaine" et de la signature du forgeron Amal-e Hossein Farajiân (travail de Hossein Farajiân), tous deux incrustés d’or.

 

Shamshir 1 : Longueur totale : 93 cm
Largeur de la lame au fort : 5 cm
Largeur de la lame au milieu : 4,5 cm
Poids sans fourreau : 1300 g
Poids avec fourreau : 1800 g

Shamshir 3

Le pommeau et la croisière sont en acier. La croisière est incrustée d’or et porte les inscriptions "Livre du Roi" d’un côté et "Simorgh" sur l’autre côté. La poignée est faite de deux plaques en corne noire. Les plaques sont fixées à la soie de l’épée par trois rivets. On trouve une pièce de monnaie de la période qâdjâre sur chaque rivet, dans l’ensemble six pièces. Le fourreau est fait de deux plaques de bois collées l’une contre l’autre et recouvertes de cuir marron. Les garnitures du fourreau et de la chape sont en acier. La lame en acier est courbée et à un tranchant. Sur le côté avant de la lame, on peut lire les inscriptions incrustées d’or du chapitre de "Rostam et Sohrâb" du Shâhnâmeh (Livre des Rois) de Ferdowsi :

 

"Il l’a jeté comme un lion. Il savait même qu’il ne pourrait pas résister.

Il sortit sa lame légère du milieu de sa ceinture et déchira le ventre du lion éveillé.

Il se tordit de douleur et soupira ensuite. Il pensa au bien et au mal pendant un court instant.

Il lui a dit : "Mon ennemi, c’est ma faute, je t’ai donné la clé en me donnant du temps".

Ce n’est pas votre faute car ce destin m’a tiré dessus et m’a tué"

(Khaleqi Motlag, vol 2, pp. 185-186, versets 853-857)

 

Shamshir 2 : Longueur totale : 93 cm
Largeur de la lame au fort : 3,5 cm
Largeur de la lame au milieu : 3,1 cm
Poids sans fourreau : 900 g
Poids avec fourreau : 400 g

Au bord du tranchant de la lame, de ses deux côtés, on peut lire des inscriptions gravées à l’acide et extraites du chapitre de "Rostam et Esfandiyar" du Livre des Rois de Ferdowsi, d’un côté :

"Il a tiré une flèche sur le casque de Rostam comme si c’était la méthode des archers à cheval [c’est un verset qui est seulement attribué à Ferdowsi].

Le champion a placé une flèche dans son arc immédiatement pendant que le Simorgh lui avait dit comment tirer sur un homme.

Il a tiré la flèche dans l’œil d’Esfandiyar et le monde est devenu noir devant les yeux de cet homme célèbre.

Il plia la tête de ce grand cyprès pour que toute connaissance et toute grandeur le quittent.

(Khaleqi Motlag, vol. 5, pp. 1381-1383, verset 412).

 

Sur le même côté de la lame, sur le fort, on trouve les inscriptions :

Amal-e Hossein Farajiân (travail de Hossein Farajiân) et Saheb Manouchehr (propriétaire Manouchehr).

Sur l’autre côté de la lame, se trouvent les inscriptions incrustées d’or du chapitre de "La grande guerre de Keykhosrow" du Shâhnâmeh de Ferdowsi :

"Le conquérant du monde est venu avec une lame tranchante avec sa tête pleine de rancœur et son cœur plein d’animosité

L’Afrasiyab ignorant a dit : "J’ai rêvé de ce jour"

Il a répondu : "Oh, faiseur de mal qui mérite le reproche et la réprimande".

Je parle du sang de ton frère d’abord".

(Khaleqi Motlag, vol. 4, p. 321, versets 2351-2353)

Sur ce même côté de la lame, celle-ci est gravée à l’acide et porte les inscriptions du chapitre de "Zahhâk" du Shâhnâmeh de Ferdowsi :

"Le tablier en cuir, que les forgerons portent pendant le martelage

Il l’a mis au-dessus de la lance et a provoqué une mutinerie dans le bazar

Il est devenu excité avec la lance dans sa main, en disant : "Ô croyants célèbres en Dieu

Toute personne qui est pour Fereydun devrait échapper à l’esclavage de Zahhâk".

(Khaleqi Motlag, vol. 1, p. 69, versets 228-231)

 

Sur le côté revers de la lame, sur le fort, on peut lire les inscriptions :

Sâm, Zâl, Rostam, Sohrâb.

Shamshir 3 : Longueur totale : 94,5 cm
Largeur de la lame au fort : 4 cm
Largeur de la lame au milieu : 3,8 cm
Poids sans fourreau : 1100 g
Poids avec fourreau : 2100 g

Visites: 109

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.