N° 176, été 2021

Les manuscrits persans dans les bibliothèques indiennes


Saeid Khânâbâdi


La langue persane fut, durant une période de quatre siècles, la langue officielle de l’Inde. Elle n’est parlée aujourd’hui que par moins de 50 000 individus, dans l’Inde moderne de 1,3 milliard d’habitants. Ce pays, qui était autrefois le foyer de centaines de poètes persanophones comme Amir Khosro, Saeb Tabrizi et Bidel et a offert le style indien à la littérature iranienne, ne connaît plus la langue adoptée par les Grands Mongols (1526-1857) que grâce à une quarantaine de départements de langue persane dans les universités indiennes. Il est regrettable que de nos jours, les Indiens ne puissent plus lire les poèmes en persan écrits sur la façade de leurs grands monuments historiques tels que le Taj Mahal, construit par Shah Jahan (1592-1666) pour honorer Arjmand Banou (1593-1631), sa reine bien-aimée, descendante d’une famille d’origine iranienne.
La langue persane telle qu’elle est parlée aujourd’hui par près de 120 millions de locuteurs en Iran, en Afghanistan, au Tadjikistan, en Ouzbékistan, et dans certains autres pays de la région était autrefois la langue de la diplomatie, de la science, de la culture et de l’art dans une vaste zone qui s’étendait des Balkans jusqu’aux îles indonésiennes. Le grand Saadi se vantait, au XIIIème siècle, du fait que ses poèmes étaient lus et appréciés même au Bengale. Parlé par les classes éduquées, le persan était langue de littérature et de culture, mais aussi de sciences. Tenant compte de cette large expansion du farsi, les scribes traditionnels utilisaient cette langue dans la rédaction de manuscrits scientifiques. De ce fait, de l’Europe de l’Est à l’Asie centrale et au sous-continent indien, les grandes bibliothèques de ces vastes régions se targuaient d’en abriter des exemplaires précieux et très anciens. Parmi les pays où le persan occupait une position de premier plan, l’Inde occupe une place à part du fait de ses ressemblances linguistiques, historiques, artistiques et culturelles avec l’Iran, et en particulier grâce à l’héritage incontestable de l’époque des Grands Mongols de Delhi, ces descendants de Tamerlan qui entretenaient des relations diplomatiques étroites avec les souverains safavides (1501-1736).

Le professeur Fathollah Mojtabaei, une grande figure des études indiennes en Iran, a confié à un journaliste du magazine Hekmat o Ma’refat dans le cadre d’un numéro spécial dédié à la littérature gnostique persane en Inde, qu’il existait de nombreux exemplaires de manuscrits philosophiques, théosophiques et gnostiques persans dans les bibliothèques indiennes.
Selon Monsieur Mohammad Ali Rabbani, conseiller culturel de l’ambassade d’Iran à New Delhi, le nombre de ces manuscrits atteindrait un million d’exemplaires archivés dans 39 universités et centres scientifiques dans diverses villes indiennes. Au cours de nos recherches, nous avons découvert plusieurs catalogues présentant les titres de manuscrits persans se retrouvant dans des bibliothèques indiennes. Un article de Batoul Keykha, publié dans le journal Études sur le Sous-continent, a énuméré 135 catalogues en langue persane contenant le titre de ces manuscrits. Mais à cette liste, il faut également ajouter les catalogues rédigés en anglais. À titre d’exemple, nous pouvons citer l’ouvrage exhaustif Catalogue of Persian manuscripts in the Library of the India Office rédigé en 1937 par Hermann Ethe et mis en ligne sur le site Internet du ministère indien de la Culture (www.indianculture.gov.in). Parmi les bibliothèques indiennes qui abritent ces manuscrits et les ouvrages lithographiques persans, nous pouvons mentionner en particulier :
- La bibliothèque Maulana Azad, université islamique d’Aligarh
- La bibliothèque de Dargah Pir Mohammad Shah à Ahmedabad dans le Gujarat
- La bibliothèque Dargah Aliyah Cheshtiya à Ahmedabad dans le Gujarat
- La bibliothèque Mozammel-Allah Khan Shervani à Aligarh
- La bibliothèque Asséfiyah de Hyderabad
- La bibliothèque de l’université de Hamdard à New Delhi
- La bibliothèque de Khangah Shah Abolkhayr à New Delhi
- La bibliothèque Dargah Aliyeh Mahdaviyah à Palampur
- La bibliothèque du Musée Salar Jung à Hyderabad
- La bibliothèque de l’école Sultaniyeh à Lucknow
- La bibliothèque de l’école Alvaezine à Lucknow
- La bibliothèque Raja Mahmoud Abad à Lucknow (qui a effectué une donation au Mausolée de l’Imâm Rezâ à Mashhad)
- La bibliothèque Dar-ol-Oloum Nadwat-ol-Olama (Séminaire religieux de la Maison des Sciences) à Lucknow
- La bibliothèque Zaker Hossein de l’université nationale islamique (Jamia Millia Islamia) de New Delhi
- La bibliothèque Tagore, université de Lucknow
Outre ces bibliothèques, nous pouvons également mentionner le nom de musées, centres de recherche et institutions publiques indiennes qui abritent des manuscrits persans. Parmi ces centres, nous pouvons citer entre autres :
- The National Archives of India (New Delhi)
- The National Mission for Manuscripts
- The Asiatic Society (Calcutta)
- Calcutta University
- The Bhandarkar Oriental Research Institute (Pune)
- The Orissa State Museum (Bhubaneswar)
- The Khuda Bakhsh Oriental Public Library (Patna)
- Oriental Research Institute (Mysore)
- Sri Pratap Singh Museum (Srinagar) Kashmir
- Le centre des études sur l’Asie centrale, université de Srinagar du Kashmir
Certains centres iraniens se sont également impliqués dans le domaine de la protection des manuscrits persans conservés en Inde. Sur le site des Archives nationales de l’Inde, nous pouvons lire que cette institution étatique indienne coopère avec le Noor Microfilm International Centre, une structure liée au centre Iran Culture House de New Delhi. La Bibliothèque Nationale d’Iran, qui a par le passé signé un accord avec les Archives nationales, a pareillement annoncé que des experts iraniens étaient prêts à coopérer avec les responsables indiens en vue de mener à bien des projets de restauration, de maintenance, et de numérisation des manuscrits iraniens. Parmi les exemples les plus médiatisés des coopérations bibliothécaires entre l’Iran et l’Inde, nous pouvons mentionner le projet de la restauration du Coran historique de la Mosquée de Baroda à Gujarat réalisé en 2021 par des experts iraniens.

Le projet de la restauration du Coran historique de la Mosquée de Baroda à Gujarat

Dans tous les cas, l’existence d’un volume considérable de manuscrits persanophones dans divers domaines scientifiques dans les bibliothèques indiennes crée de vastes opportunités pour les chercheurs et les académiciens iraniens. Cela nécessite néanmoins que les services culturels de l’Ambassade et des consulats d’Iran en Inde soient plus attentifs à l’égard de ces trésors uniques dont l’immense majorité est malheureusement demeurée dans l’oubli. Notons que ces manuscrits se trou-vent parfois dans un état critique et sont parfois même menacés de disparition. Il y a certes de nombreux exemplaires qui ne sont pas encore identifiés par les spécialistes et sont gravement menacés du fait de l’absence de protection. Pour cette raison, il apparaît nécessaire de mettre en place de façon urgente un projet de numérisation de ces documents historiques en vue de conserver ces trésors culturels qui incarnent un aspect du riche passé de la langue et de la culture iraniennes dans le sous-continent indien.

Sources :
- Batoul Keykha, « Fehrestnameh-hâye Nossakh-e khatti-ye Farsi dar Hend » (Catalogues des manuscrits persans en Indes), Trimestriel des Études sur le Sous-continent, université du Sistan et Baloutchistan, Zahedan, Année 6, Automne 2014, Numéro 20.
- Sahar Vafâei Tajkhâtooni, Sara Sadidi, « Le style indien : l’effet d’acculturation ou de transculturation ? », Plume (Revue semestrielle de l’Association iranienne de langue et littérature françaises), Téhéran, volume 17, Éditions 33, Été et Automne 2021.
- Journal en langue anglaise et urdu, spécialisé dans le domaine de la langue persane en Inde, publié par Dabeer Hasan Memorial Library à Lucknow, www.dabeerpersian.com
- https://www.himalmag.com/people-home-aligarh
- The National Mission for Manuscripts, ministère indien de la Culture, www.namami.gov.in 
- Persian Manuscripts in India : Collections, Collector & their future, Library Of Congress, “Summary of Professor Chander Shekhar about Persian manuscript tradition from India”, July 11, 2017, Video available ; www.loc.gov


Visites: 164

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.