N° 28, mars 2008

Au Journal de Téhéran

Sir Ahmad Ibn Issâ





6 Bahman 1316
26 Janvier 1938

’’Quand donc la Loi de la Justice s’appliquera-elle à l’Univers ?", telle a été la pensée qui a traversé comme un éclair mon esprit en lisant un article de la revue World Petroleum du mois d’octobre, et où cette revue publiée à New-York parlait du pétrole de Bahreïn.

Le World Petroleum donnait des détails sur le pétrole de Bahreïn, son

importance, ses capacités, et sur la raffinerie de pétrole qui a été dernièrement installée.

Dans cet article par lequel l’auteur voulait faire connaître Bahreïn à ses lecteurs, on y relève la phrase suivante :

"Bahreïn est la plus grande des quatorze îles qui se trouvent à l’ouest du Golfe Persique. C’est un pays indépendant qui est gouverné par SIR Sheikh Ahmad Ibn Issa El Khalifeh. Le Sheikh n’a baissé la tête devant personne à la suite de traités conclus ; c’est avec la Grande-Bretagne seulement qu’il a des relations assez rapprochées."

Le Bahreïn a une lourde dette envers l’Angleterre car depuis trois cents ans, soit à partir de l’époque où ce pays a pu se libérer de l’influence du Portugal, Bahreïn a toujours été soutenu par l’Angleterre.

Après avoir lu ces lignes, je me suis mis à rire malgré moi en voyant la situation de l’Univers - un ensemble plein de paroles mais manquant de toute vérité. J’ai ri de cette situation qui fait que le Sheikh Ahmad Ben Issa El Khalifeh a le titre de "Sir" qui lui fut octroyé par le gouvernement anglais et ensuite que la revue américaine lui confrère le titre de "Majesté". Mais le mieux est quand cette revue précise que "Bahreïn s’est libéré de la domination portugaise il y a trois cents ans."

Bahreïn s’est libéré de la domination portugaise ?

Je voudrais bien savoir comment Sheikh du Bahreïn a pu sauver cette île du joug portugais.

Est-ce le sheikh qui a repris Bahreïn au Portugal ou l’Iran qui a obtenu ce résultat ?

A cette époque reculée Bahreïn avait-il un sheikh ?

Certainement, ainsi qu’on le voit d’ailleurs à son titre, le World Petroleum est une publication sur le pétrole et elle puise à d’autres sources les informations pour traiter des problèmes historiques.

Pas plus qu’il y a trois siècles et même qu’il y a cent ans, Bahreïn n’a jamais été indépendant pour pouvoir se libérer avec ses propres moyens de la domination portugaise.

Comme toutes les autres îles du Golfe Persique, Bahreïn faisait partie intégrante de l’Empire de l’Iran. Au cours des trois quarts du siècle dernier, vu leur position géographique et économique, ces terres avaient attiré l’attention et suscité les appétits de ceux qui se présentent sous le couvert de la démocratie à l’Univers entier.

Les ingérences illégales et irrégulières de Bahreïn commencèrent, alors que chaque page de l’Histoire donne un témoignage irréfutable et prouve que Bahreïn a toujours fait partie de l’Iran, garde et doit garder cette classification historique basée sur le passé et les affinités raciales et ethnologiques.

On doit reconnaître avec grand regret que l’actualité internationale n’est pas encore suffisamment préparée pour la sauvegarde des droits et pour limiter ce genre d’agression. Malheureusement, encore aujourd’hui, les masses civilisées sont trompées par de belles apparences, sous le couvert de la démocratie. On porte ainsi atteinte à l’indépendance de certains pays, on enlève des régions dépendantes, on y crée un gouvernement de couverture et on y place un sheikh en carton, puis ce gouvernement est déclaré indépendant et le titre de shâh est conféré à ce sheikh de parade.

Mais tout ceci n’empêche et ne peut empêcher que nous soyons fermement attachés à nos droits et que nous avisions au moment voulu le monde entier de cette pression et de ce dommage qui nous atteint.

Le jour viendra où la justice et la sauvegarde des droits auront une meilleure application dans les sphères sociales et les collectivités humaines, le jour viendra où le monde civilisé lèvera le rideau où l’on cache la vérité, le jour où la sauvegarde des droits sera assurée par l’influence du droit et de la civilisation.

Aujourd’hui, un vol a été commis dans notre pays et personne n’est dupe de ce pillage réalisé sous le couvert de la démocratie. Mais rien de tout cela n’est définitif, et la réalité et la justice se feront jour à l’heure voulue.


Visites: 628

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



1 Message

  • Sir Ahmad Ibn Issâ 21 mars 2012 22:21, par FGoEEoXHidpFtGbap

    Bonsoir, L’Iran pour une fnrcao-iranienne jusqu’alors plus fnrcao qu’Iranienne, c’est le bonheur de de9couvrir e0 20 ans une partie de soi qui s’ignorait. Je m’explique, si mon pe8re est iranien et ma me8re frane7aise (mais ayant ve9cu 8 ans e0 Te9he9ran au moment de la re9volution islamique, et franchement plus iranienne que frane7aise en fait !), j’ai toujours ve9cu en France et on ne m’a ni appris le farsi, ni inculque9 consciemment de sentiment nationaliste ou de culture persane. En conse9quence, mon cf4te9 iranien a toujours plus repre9sente9 une contrainte qu’un atout, surtout au cours de l’adolescence quand on vous explique sans trop de commentaires que vous ne pouvez pas faire comme toutes les autres parce que vous eates la fille d’un Iranien. Et puis viens le temps de l’autonomie, la dimension contraignante d’un pe8re un peu plus fliquard que les autres disparaeet et on re9alise soudain la chance que l’on a de posse9der en soi un tre9sor e0 de9couvrir : une autre culture. Ironie du sort, j’apprends donc ma propre langue en prenant des cours et ce pays me fascine toujours plus. Je n’y suis alle9e qu’une seule fois (en 2004) et bizarrement il me manque, le projet d’y retourner et de parler, parler, parler et encore parler dans cette langue dont je tombe amoureuse est comme un reave. Surprise aussi, c’est par cet apprentissage presque initiatique e0 soi meame que je comprends mille choses sur mon pe8re, ses manies qui m’agae7aient tant et l’e9ducation que j’ai ree7ue. C’est comme un coup de projecteur sur ce qui est e9videmment iranien chez moi et dont je n’avais meame pas conscience. Le voyage tant de9sire9 ne sera pas pour cet e9te9, mais sfbrement le prochain et en attendant je continue e0 chercher, apprendre, comprendre.

    repondre message