N° 58, septembre 2010

Un rhyton en forme de zébu : un trésor archéologique de Mârlik


Bahrâm Ahmadi


Les fouilles faites à Mârlik, un site archéologique situé au nord de l’Iran près de Roudbâr, et les découvertes des trésors de ce site ont fait de Guilân l’une des provinces les plus riches de l’Iran en matière de fouilles. [1] Le site de Mârlik est estimé dater du XIVe siècle av. J.-C. Le site a livré un véritable trésor constitué de plusieurs centaines d’objets avec, entre autres, une étonnante série de poteries en terre représentant des animaux très stylisés datant environ du XIIIe siècle av. J.-C. L’ensemble est d’une exceptionnelle qualité artistique et technique. Les poteries et autres objets en terre découverts à Mârlik sont esthétiquement remarquables. Parmi ces objets, on peut citer des rhytons en forme de zébu. Ces sculptures ont une caractéristique que l’on retrouve dans l’art contemporain, et que nous allons étudier plus en détail.

Figure 1. Zébu de la région de Sefidroud, fin du 2ème au début 1er millénaire av. J.-C., d’une hauteur de 7 pouces (inches)

L’un des exemples de la culture Mârlik (figure 1) [2] est un rhyton en forme de zébu, de la région de Sefidroud, du même type que ceux trouvés par Negahbân. Des zébus similaires ont également été trouvés ailleurs, à savoir à Garmâbak, région qui s’étend du nord de Téhéran à la mer Caspienne, en longeant la route de Tchâlous. Un raport consacré à un zébu mazandaranien a été publié (en persan) par H. Samadi du Service archéologique de l’Iran en 1956, plusieurs années avant les découvertes de Negahbân. [3]

Des dizaines d’animaux similaires furent ensuite trouvés et figurent dans des collections internationales. La comparaison du zébu de poterie avec les zébus réels de l’Iran (figure 2) [4] montre clairement que la bosse est exagérée. [5]

Il est clair que « l’artiste » a usé de symbolisme et de stylisation pour la création des rhytons en forme de zébu. Mais que désignent exactement ces deux termes ?

Bien que le terme de "stylisation", dont l’usage reste souvent vague, ait désigné à l’origine le caractère incisif et précis de la forme imprimée par le stylet, pour les historiens de l’art, le terme de "stylisation" a été opposé au terme "naturalisme". Les historiens de l’art emploient fréquemment le mot pour désigner assez indistinctement toute démarche réductrice ou simplificatrice de la forme, en fonction de critères variables : tantôt le traitement simplificateur est imposé par le formalisme conceptuel de l’idéogramme ou du schéma, tantôt il est le résultat d’une recherche esthétique de type linéaire [6] qui consiste à minimiser la forme d’un objet [7].

Les deux aspects de la stylisation en sont les formes extrêmes. Entre elles se déploient toutes les variations de la représentation qui font de l’histoire de l’art une histoire réduisant progressivement les redondances au profit de la suggestion, de l’élision, en un mot d’une économie. L’essentiel est là : tout usage du terme de "stylisation" renvoie à une conception économique de l’esthétique, à une évaluation quantitative des stimuli employés. [8]

Du point de vue de la pratique, le terme de "stylisation" signifie que styliser une forme, c’est la simplifier au maximum sans que cela dénature le sujet représenté ; c’est-à-dire qu’on garde tout ce qui le définit le mieux. Mais cette définition est incomplète : elle ne tient pas compte de la symbolisation, qui est la stylisation poussée à son maximum. On épure au maximum pour ne garder que l’idée générale qui transmet l’information.

L’observation des zébus réels indique clairement que, dans les poteries trouvées, la bosse est exagérée, probablement pour produire un effet d’énormité. Cette explication est acceptable si l’on prend en compte l’importance du zébu dans les économies antiques. [9] Il est clair que « l’artiste » a tiré profit du symbolisme pour indiquer l’importance du zébu. Les bovins ou les zébus étaient principalement élevés pour le labour, le transport et la guerre. A Mârlik, des objets représentant des bovins attelés à la charrue ont été découverts, ce qui prouve l’existence de la charrue et du labourage à cette époque. En ce qui concerne le transport, une sculpture de charrette prouve l’utilisation du bovin pour cette activité. Mais aucune découverte n’est venue confirmer l’hypothèse de la guerre. [10]

Figure 2. Zébu iranien. Gravure sur bois, d’après Jane Dieulafoy, La Perse, la Chaldée, et la Susiane, (Paris, 1887). Bibliothèque du Metropolitan Museum

Tout ceci montre l’importance de cet animal. Il ne faut pas non plus oublier la sacralité du bovin dans cette civilisation. Un exemple très connu de cette sacralité est l’image célèbre du taureau ailé qui décore la Coupe d’Or de Mârlik (jâm-e talâi-ye mârlik) et qui représente visiblement un être vivant et sacré. De plus, selon la croyance antique, la poursuite de la vie dépendait de la force de travail des bovins, de l’arbre qui est symbole de la vie et de l’énergie du soleil qui est à sa source. [11]

Symbolisme, stylisation et abstraction : le lien entre art ancien et art moderne

Dans le processus de création artistique, le symbolisme, la stylisation et l’abstraction vont dans le même sens. Quelles sont leurs similitudes ? Le terme "abstrait" a été opposé au terme naturaliste. Quelles sont la signification et les implications de ce terme ?

L’art abstrait a deux tendances distinctes et partiellement différentes :

1-La conversion des apparences naturelles en formes simplifiées.

2-La construction de l’œuvre avec des éléments éloignés de l’apparence naturelle. Il s’agit d’une création complète et non d’abstraction, bien que ces œuvres soient également qualifiées d’abstraites.

Quant à la première tendance, celle qui simplifie des formes, on peut la diviser en deux catégories. L’une consiste à retirer les aspects accidentels et non essentiels, et l’autre vise à sélectionner l’indicateur de l’apparence des choses et des scènes naturelles. [12] C’est également de cette manière que les objets "sculptés" trouvés à Mârlik se rapprochent de la sculpture moderne et contemporaine abstraite. Les sculptures modernes de Constantin Brancusi en sont un exemple.

Constantin Brancusi, comme beaucoup d’artistes modernes, a été attiré par l’art primitif et influencé par l’art populaire de son pays natal, la Roumanie, ainsi que par l’art oriental. [13] Il est l’un des premiers artistes à avoir expérimenté l’abstraction en sculpture [14] et l’un des sculpteurs les plus influents du début du XXe siècle. Il est considéré comme ayant poussé l’abstraction sculpturale jusqu’à un stade jamais atteint dans la tradition moderniste. [15]

Il fut influencé par le grand sculpteur de l’époque, Auguste Rodin, mais son style s’est transformé pour aller au-delà de la représentation naturaliste et adopter des formes stylisées. Ainsi, en 1907, exécute-t-il un Baiser en totale opposition avec l’art naturaliste de Rodin.

Constantin Brancusi. Danaïde, Bronze sur base de calcaire, environ 1918,

Notes

[1Ezzatollâh Negahbân a dirigé de nombreuses fouilles scientifiques à Mârlik.

[2Voir : Charles K. Wilkinson, “Art of the Mârlik Culture” The Metropolitan Museum of Art Bulletin, New Series, Vol. 24, No. 3 (Nov., 1965) p. 102.

[3Charles K. Wilkinson, “Art of the Mârlik Culture” p. 103.

[4Ibid., p.103.

[5Charles K. Wilkinson, “Art of the Mârlik Culture” The Metropolitan Museum of Art Bulletin, New Series, Vol. 24, No. 3 (Nov., 1965)p. 102.

[6Le terme de stylisation, dont l’usage reste souvent fort vague, désignait à l’origine le caractère incisif et précis de la forme imprimée par le stylet. Voir Encyclopédie Universalis France (http://www.universalis.fr/encyclopedie/stylisation-art/)

[7Egalement dessin linéaire, c’est-à-dire dessin reproduisant les seuls contours d’un objet sans en figurer les différentes valeurs.

[9Charles K. Wilkinson, "Art of the Mârlik Culture", p. 102.

[10Rahim Tcherâghi, "Tchahâr hezâr sâl zendegui, negâhi gozarâ be moshtarakât-e zendegui dar Mârlik bâstân va emrouz" (Quatre mille ans de vie, aperçu sur les analogies de la vie dans le Mârlik antique et aujourd’hui), Chista, N. 61. mehr-e 1368 / 1998. p. 108.

[11Ibid. p. 109.

[12Voir Rou’in Pakbâz, Daérat ol-ma’âref-e honar (Encyclopédie de l’art), p.653.

[13Ibid. p. 80.

[14Ses sculptures sont devenues progressivement plus lisses et moins figuratives, jusqu’à ce que ne subsiste plus que seul le contour le plus nu du sujet original.

[15Constantin Brancusi est une des grandes figures de la sculpture abstraite. Il a ainsi ouvert la voie à la sculpture surréaliste et au courant minimaliste des années 60. Voire Alex Potts, The Sculptural Imagination : Figurative, Modernist, Minimalist, pp.127-139.


Visites: 1831

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



1 Message