N° 70, septembre 2011

L’art de la poterie et de la céramique à Hamedân


Mahdi Ashouri


Poterie vernie et décorée, Lâlejin

Hamedân est une province iranienne qui couvre une superficie de 19 491 km2, et qui se situe dans une région en altitude, au nord-ouest du pays. Cette province comprend neuf villes et son chef-lieu est la ville qui porte son nom, Hamedân. Elle a comme voisins les villes de Zanjân et de Qazvin au nord, et les provinces du Lorestan au Sud, Markazi à l’est et du Kurdistan à l’ouest. Cette situation géographique particulière explique notamment la diversité des peuples habitant cette province : des Turcs, Kurdes et Lors vivent ainsi dans cette zone montagneuse et verdoyante. Le climat est également différent selon les diverses zones de la province. De manière générale, le climat est continental avec des étés chauds et des hivers relativement froids. La population de Hamedân compte environ 1 703 000 personnes, et possède, comme nous l’avons déjà indiqué, une grande diversité culturelle et linguistique.

L’artisanat de la poterie à Lâlejin

Du point de vue historique, la ville même de Hamedân est une ville antique dont la construction remonte à près de trois mille ans. Capitale des grands rois de la Perse antique, la terre de la ville garde le souvenir de grands moments historiques : les archéologues y ont ainsi découvert un grand nombre d’objets et ornements antiques qui font partie intégrante, à côté de monuments historiques et d’épigraphes d’Assuérus et de Darius, de l’héritage historique de la province.

De plus, Hamedân est connue pour son raisin, ses tapis et surtout pour ses poteries et céramiques. Depuis longtemps en effet, la poterie et la céramique sont l’un des secteurs artisanaux employant le plus de main-d’œuvre de la région. Lâlejin, ville qui est le centre le plus important de cette production, applique les méthodes les plus anciennes de cet artisanat. Cette ville est située au nord de la province, à vingt kilomètres de Hamedân et à neuf kilomètres de Bahâr. La majorité des habitants de Lâlejin, qui a une population de près de 14 000 personnes, sont des artisans-potiers. Selon les habitants de la région, l’histoire de la poterie remonte à près d’un siècle. Aujourd’hui, il existe plus de 900 ateliers dans la ville constituant la majorité de son activité économique.

Rhyton (poterie), oeuvre de Mahmoud Safari Roshan

En outre, la nature contribue également au développement de cet artisanat à Lâlejin : elle lui offre en effet une glaise de bonne qualité qui facilite un travail précis et minutieux. Cette glaise, qui se trouve de façon abondante aux alentours de la ville, a deux particularités qui la distinguent des autres terres : sa plasticité et son aspect collant. Ces particularités permettent d’une part à l’artisan de travailler patiemment sur la terre et de lui donner la forme qu’il souhaite, et d’autre part, elle permet de réaliser des objets solides. Aussi l’œuvre sera-t-elle fine et délicate, mais jamais fragile ni cassante.

Pour réaliser un objet, le potier prend tout d’abord une motte de boue sur le plateau et il commence à le faire tourner en actionnant la pédale avec son pied. Pendant que le plateau tourne, les mains du potier façonnent la glaise pour lui donner une forme harmonieuse. A l’aide des doigts et grâce à son expérience, il donne donc naissance à une forme ; comme un créateur qui souffle de son âme pour donner la vie à une pièce de boue.

Four à poterie, Lâlejin -
Photo : Mehr

Quand le potier n’est pas satisfait de son travail, il recommence, tout simplement. Il mouille un peu la glaise et lui donne une autre forme. D’un grand bol, il fait par exemple une coupe haute et étroite. Le potier continue à faire des essais jusqu’à trouver la forme et la taille exacte de l’objet qu’il souhaite modeler. Le résultat sera un pot, un récipient ou un objet d’ornement. Le potier l’exposera ensuite aux rayons du soleil, et recouvrera sa surface par une légère couche d’émail. Après le vernissage, il placera son œuvre dans un four spécifique afin de la faire cuire. La chaleur extrême du four la rendra plus brillante et la consolidera.

Poteries et céramiques de Lâlejin

De par leur grande qualité, leurs formes et motifs originaux, ainsi que leurs couleurs éclatantes, les poteries et céramiques de Hamedân attirent l’attention de beaucoup d’acheteurs. La célébrité de cet artisanat iranien local a même dépassé les frontières pour trouver des clients en dehors du pays. Ainsi, selon un nombre limité ou à une large échelle, sur commande ou non, ces objets sont exportés à l’étranger. La plupart des exportations sont des objets réalisés à Lâlejin et qui, dès leur sortie, sont bien accueillis par les amateurs ou les collectionneurs d’art persan dans des pays, tels que la Turquie, l’Angleterre, la Hollande, le Canada, le Danemark, etc.

Atelier de poterie et céramique, Lâlejin -
Photo : Mehr

Visites: 871

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.