N° 104, juillet 2014

Salon International de
l’Innovation et de la Technologie
INOTEX 2014
Téhéran 23-25 mai 2014


Reportage de

Babak Ershadi


Salon International de l’Innovation et de la Technologie, INOTEX-2014, Téhéran, Photos : Babak Ershadi

La 1ère Exposition Internationale de l’Innovation et de la Technologie, INOTEX [1], a été organisée du 23 au 25 mai 2014 au Centre des expositions internationales de Téhéran, à l’initiative du « Parc des technologies Pardis », le plus grand parc technologique du Moyen-Orient, à l’est de la capitale. Cette exposition a été parrainée par la Direction générale des services scientifiques et technologiques de la Présidence. Près de 120 sociétés et instituts de recherches technologiques et industriels iraniens et étrangers ont participé à cette première édition d’INOTEX.

A partir de 2014, INOTEX prend effectivement la place de « l’Exposition internationale des Hautes technologies » qui se tenait chaque année dans la capitale iranienne. L’idée de la tenue de salons des sciences et des technologies s’impose depuis quelques années dans de nombreux pays, vu l’importance de des échanges et des coopérations au niveau international en matière d’innovation.

Il devient aujourd’hui difficile de parler de l’indépendance ou de l’autosuffisance en matière de sciences et de technologies modernes. Même les pays les plus avancés technologiquement savent que pour maintenir leur dynamisme scientifique et technologique, ils doivent garder le contact avec les autres, d’autant plus que les activités innovantes ne font plus l’objet du monopole des grandes entreprises des pays les plus industrialisés. Le processus de mondialisation économique et la révolution de l’information et de la communication encouragent les pays en voie de développement ou émergents à chercher une place sur le marché mondial des technologies, tandis que les petites et moyennes entreprises deviennent à leur tour des acteurs importants en matière d’innovation technologique.

Les organisateurs d’INOTEX 2014 annoncent que leur but était de faciliter le contact entre les sociétés et les instituts de recherche iraniens avec les autres pays du monde, favorisant les échanges, les exportationset le transfert des technologies modernes. M. Mahdi Saffâri-Niâ, président du "Parc des technologies Pardis" a annoncé qu’en marge du salon international de l’Innovation et de la Technologie, plusieurs ateliers spécialisés et réunions scientifiques ont été organisés. Ces réunions étaient axées sur plusieurs thèmes dont l’échange d’idées, la valorisation des innovations technologiques, la commercialisation et le marketing.

En outre, INOTEX a été aussi l’occasion de la conclusion de plusieurs contrats entre les sociétés iraniennes et étrangères pour la vente de produits et le transfert de technologies. Pour encourager les échanges, la Direction générale des services scientifiques et technologiques de la Présidence a également octroyé des facilités financières aux sociétés iraniennes ayant signé des contrats avec les entreprises étrangères pendant les trois jours de la tenue de INOTEX, jusqu’à 70% du prix de chaque contrat.

60 sociétés et centres de recherches étrangers et 58 sociétés iraniennes étaient présents à INOTEX 2014. Parmi les invités étrangers, les Russes et les Indiens avaient une présence plus marquée : 22 entreprises et instituts russes et 18 sociétés indiennes de technologie ont participé au Salon International de l’Innovation et de la Technologie de Téhéran, à côté de plusieurs sociétés venues d’Autriche, d’Allemagne, de Belgique, de Grande-Bretagne, de Chine, de Corée du Sud et de Turquie.

INOTEX 2014 a officiellement été inaugurée par M. Sorenâ Sattâri, vice-président iranien pour les sciences et la technologie, en présence de l’ambassadeur de Russie, Levan Dzhagaryan.

Les sociétés iraniennes et étrangères ont présenté aux visiteurs leurs recherches et leurs produits en matière de :

- Technologies de l’information et de la communication (TIC),

- Equipements industriels de haut niveau technologique,

- Automations industrielles et systèmes intelligents,

- Equipements médicaux, produits biotechniques et pharmaceutiques,

- Nanotechnologie,

- Pétrole, gaz et pétrochimie,

- Energies nouvelles,

- Aérospatial,

- Géologie et nouvelles matières.

Salon International de l’Innovation et de la Technologie, INOTEX-2014, Téhéran, Photos : IRNA

Selon les spécialistes, les sociétés iraniennes et étrangères qui ont participé cette année au Salon international de l’Innovation et de la Technologie de Téhéran étaient plus nombreuses, et la qualité de leurs prestations supérieure aux années précédentes. En ce qui concerne les sociétés iraniennes, elles ont bénéficié pour ce Salon de l’expérience des éditions antérieures et ont pu mieux calibrer leurs offres, en se concentrant sur des domaines qui leur donneraient plus de chance d’affirmer leur présence sur le marché international.

Les entreprises du secteur privé étaient également plus nombreuses et plus dynamiques que les années précédentes, ainsi que les centres de recherche universitaires de Téhéran et des provinces d’une part, et de l’autre des organes publics ou des ministères prêts à offrir leur assistance et soutien aux entreprises iraniennes pour la signature de contrats de coopération ou de projets communs avec des partenaires étrangers. Plusieurs stands, parmi les plus grands du Salon international de l’Innovation et de la Technologie de Téhéran étaient occupés par les parcs technologiques iraniens, parmi lesquels « Pardis » (organisateur du salon), et les parcs scientifiques et technologiques des provinces d’Ispahan, du Kurdistan, du Khorâssân ou de l’Azerbaïdjan oriental. Ces parcs scientifiques et technologiques se développent en Iran depuis plus de dix ans.

D’après la définition présentée par l’IASP (International Association of Science Parks), un parc scientifique est un organisme spécialisé dans la promotion de la culture de l’innovation ainsi que de la compétitivité des entreprises et institutions qui y trouvent leur siège. Pour ce faire, un parc scientifique doit stimuler et régir le transfert des connaissances et technologies parmi les universités, les institutions, les entreprises et les marchés.

Vers le début des années 2000, les premiers parcs technologiques et d’innovation ont été fondés en Iran à l’initiative du gouvernement pour accélérer le mouvement national de la production des sciences, faciliter la croissance et la rentabilité des entreprises innovantes, et favoriser leurs activités communes et interdisciplinaires grâce à leur présence dans les parcs technologiques qui doivent se transformer, selon les projets de développement national, en des pôles d’invention des connaissances et des savoir-faire.

INOTEX 2014 était aussi l’occasion de rencontres, de négociations et de signatures de plusieurs contrats entre les sociétés iraniennes et étrangères. Au dernier jour de l’exposition, plusieurs contrats ont été signés lors des cérémonies que les organisateurs avaient prévues à cette occasion. Le site du Marché iranien des technologies (Techmart) [2] a publié la liste des contrats signés à INOTEX 2014 :

- La société turque « Demirer » et l’Iranienne « Opal Machine » ont signé un contrat de transfert du savoir-faire technique pour la production des systèmes de contrôle des pompes de puits de pétrole.

- L’Allemande « Inmatech » et l’Iranienne « Faraz Compressor » ont signé le transfert en Iran de la technologie des générateurs d’oxygène et de nitrogène utilisés dans les secteurs du pétrole et du gaz, mais aussi dans les établissements médicaux et hospitaliers.

- Un contrat pour la fabrication en Iran des appareils spiromètres a été signé entre une société sud-coréenne (Bionet) et une entreprise iranienne (AAT Alborz). Le spiromètre est l’appareil le plus couramment utilisé pour des tests de contrôle de la fonction pulmonaire.

- La société russe « Syntol » et l’entreprise iranienne « Kimia Sehat Pasargad » se sont mises d’accord sur le transfert de la technologie et du savoir-faire technique pour la fabrication en Iran des analyseurs génétiques. Cette technologie génétique largement utilisée dans l’étude de tout type d’organisme, sert aussi, chez les humains, à faire des analyses dans un cadre médical ou juridique (enquête criminelle ou test de parenté).

- La société « Pars Gaz Ima » a signé deux contrats avec ses partenaires étrangers pour transférer en Iran la technologie de la production des transmetteurs de pression microélectroniques.

En raison de la présence marquée des entreprises russes et indiennes au Salon International de l’Innovation et de la Technologie de Téhéran, les organisateurs ont baptisé la deuxième journée de l’exposition « Journée de la technologie russe », et la troisième « Journée de la technologie indienne », occasions de faire une présentation spéciale d’une dizaine d’innovations technologiques de chacun de ces deux pays.

Le Parc des Technologies Pardis :

Pardis est le plus grand parc technologique du Moyen-Orient, fondé en 2001 sur 38 hectares dans la nouvelle ville de Pardis, à 20 kilomètres au nord-est de Téhéran, et à 95 kilomètres de l’aéroport international Imam Khomeiny. La proximité avec la capitale, l’existence des infrastructures nécessaires dans la nouvelle ville de Pardis, et le climat agréable de la région ont contribué au choix de cet emplacement du « Parc des technologies Pardis ».

Ce parc technologique a été créé par la Direction générale des services scientifiques et technologiques de la Présidence, et il est dirigé par un Conseil d’administration présidé par le premier vice-président. Le Conseil d’administration est composé de représentants des ministères, des centres et des établissements universitaires et de personnalités scientifiques.

Le « Parc des technologies Pardis » se trouve au carrefour des pôles politiques et économiques du pays, du réseau des établissements universitaires et des centres de recherche, et du réseau principal des voies routières, ferroviaires et aéroportuaires qui relient l’Iran à l’Europe, aux pays de l’Asie centrale, du Caucase, du sous-continent indien et les pays du sud du golfe Persique. Grâce à sa situation privilégiée, Pardis a su attirer très vite l’attention des entreprises et des investisseurs iraniens et étrangers, en raison des conditions favorables qu’il a créées pour renforcer la compétitivité des activités dans le domaine des hautes technologies et des sciences.

Notes

[1En anglais : International Innovation and Technology Exhibition


Visites: 399

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.