N° 18, mai 2007

Abdol-Rahmân al-Soufi al-Râzi


Fatemeh Kohandâni


Abdul-Rahmân Al-Sufi Al-Râzi fut un des grands scientifiques iraniens. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dans le domaine des sciences mathématiques, de la géométrie et de l’astronomie. Il a également rédigé le livre Sovar al-kavâkeb (Les corps astraux) dans le domaine astronomique.

Al-Sufi Râzi fut le premier à observer à l’œil nu la galaxie spirale M31 (à 2,9 millions d’années lumières de nous !) et à l’étudier. Les rapports de Al-Sufi sur la galaxie d’Andromède ainsi que sur le Grand Nuage de Magellan sont les preuves les plus anciennes de l’observation de ces corps célestes.

Grâce à de nombreuses observations, il annonça que la couleur de l’étoile du matin (Hesperus) ne changeait pas. Avant lui, certains philosophes grecs comme Sénèque et Ptolémée avaient dit avoir observé cette étoile avec différentes couleurs. Son ouvrage Les corps astraux, qui possède des grilles sur la taille des étoiles, est rédigé avec une grande précision.

En hommage aux précieux services qu’il a rendu à la science, ainsi qu’à ses nombreuses recherches, des cratères sur la lune portent son nom.

Un extrait du livre Sovar al-kavâkeb

Dans l’encyclopédie d’astronomie de l’université d’Oxford (édition 2002), rédigée sous la responsabilité de M. Patrick Moore, il y figure en tant qu’"astronome Arabe (né dans l’actuel Iran), célèbre pour son livre "Sovar al-kavâkeb al-thâbat".

Dans ce livre, il a distingué les étoiles par leur nom arabe et a présenté une grille des tailles précises des étoiles de chaque constellation ainsi que l’aspect de ces constellations. Al-Sufi fut également le premier à rapporter l’observation de deux galaxies lumineuses (visibles à l’œil nu) : la galaxie d’Andromède et le Grand Nuage de Magellan qu’il baptisa "vache blanche".

Al-Sufi vint au monde en Iran et y passa toute son existence. Rédigée en arabe, son œuvre Les corps astraux fut plus tard traduite en persan par Nasir al-Din al-Tusi, (fondateur de l’observatoire de Maragreh, il y a 750 ans).

Dans le livre Histoire de l’astronomie islamique d’Alfonso Nelino traduit par Ahmad Aram, il y a une définition du mot "Arabe".

L’auteur dans ce livre indique que le qualificatif "arabe" sous-entendait à l’époque toutes les personnes qui, dans les pays Islamiques, travaillaient en langue arabe (écrivaient, lisaient, etc.). C’est le cas de Nasir al-Din al-Tusi et de al-Battâni qui, bien qu’il soit originaire d’un lieu qui se trouve actuellement en Turquie, est également connu comme étant un astronome Arabe.


Visites: 1617

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



1 Message