"Je te hais…"
Paroles de Zeus à Arès
Homère, l’Iliade, V. 872-873

"Y a d’la joie
Bonjour bonjour les hirondelles…"
Charles Trenet

Mars, Arès, Thor, Huitzilopochtli, Dieu de la guerre, de la violence et du carnage, "fléau des humains", "souillé de sang" ; Dieu de la jeunesse, de la fertilité ; Dieu des beaux jours qui reviennent, Dieu du printemps… tant de noms, d’attributs, de grands mots consacrés à votre Déité. Une fois de plus notre terre a tourné. Notre hiver en partant, vers nous vous a mené, avec armes (épée, casque, pique, bouclier, fléau ? Javelot ?) fanfares d’animaux (le loup et le pic-vert, le vautour, oiseau de mort, oiseau de guerre ?). D’aucuns, poètes pour beaucoup, s’en viennent taquiner, en hiver les coquins, et les muses au printemps. Pourtant ils vous vénèrent, tandis que je m’amuse. Si peu taquin (au vrai ?), Fidèle, si peu païen (vraiment), souffrez, votre Pléthore, ma vantardise, mon culot, mon irrespect. Qui aime bien, châtie (drôlement) bien… c’est dire si je vous aime.

Selon la tradition, vous êtes multiples (polyvalents ?). "C’est vrai…" me dit mon voisin de gauche (Au réfectoire ? Dans le taxi ?). "Il fait la guerre tout en aimant…" qu’il ajoute. Je sais tout ça. La culture, c’est mon métier (hé hé !). Je sais que Mars est aujourd’hui caramélisé ; qu’Arès est une figure mièvrement télévisée ; que Thor est médecin dans une bande dessinée ; quant à Hui…ptch…poltch…tli… qu’il a choisi un nom moins…compliqué. Un aigle à quatre têtes, voilà ce que vous êtes. Et c’est bien suffisant. Je sais qu’en farfouillant, j’en dénicherais d’autres, tous autant bellicistes que votre quatuor améro-nordo-gréco-romain. Vous faites un beau mélange, foi de Pan. Je m’en vais flûte au bec, en dicter la recette :

PRINTEMPS
Par Michel Levy

Huitzi…machinchose, ou votre premier quart. On dit de sa forme animale que c’est un aigle. "On"…est bien ignorant. Pour ma part j’ai cherché, sur les quais, dans les boutiques, dans les bibliothèques, au P.I.A.D (Palais de l’Image Archaïque et Dépassée) et jusqu’en Amérique, une gravure à votre effigie. J’ai cherché l’aigle majestueux qu’on appelle Huitz…bidule. Au Mexique, un vieillard aquilin m’a montré l’Oiseau-mouche, le Colibri multicolore. C’était vous, ô Grand (en l’occurrence minuscule) Ovipare. Pas un aigle, pas même une crécerelle, ni même une farlouse. Pour vous représenter, en guise d’oiseau de proie, un oiselet de printemps, vous, le Dieu aztèque de la guerre au cri perçant, à qui l’on consacra tant d’esclaves, immolés sur la pierre… et comme j’ai rigolé, "jeune soleil de printemps", Votre Grâce, à vous imaginer en petit emplumé. Vous n’aviez rien d’un grand guerrier.

Thor, ou votre second quart. De lui (de cette part de vous) j’ai fort à dire, donc, j’en dirai très peu. Casque à plumes et visage d’airain, cheveux de feu, cotte de cuir maillé, bracelets de force, ceinture de force… tant de biceps, tellement d’hormones à votre actif, que j’hésite à plaisanter. Dieu de la guerre encore, fort comme un bœuf. Permettez-moi, Altesse, de vous nommer (et sans sous-entendu) le Dieu-marteau, maître du divin Mjolnir, le mythique maillet. "Par le divin marteau de Thor" vous ai-je souvent vu dire, sur les planches dessinées de la Marvel, sous la plume de Kirby et de John Buscema. Il m’arrive encore de parcourir, la nuit venue, certaines de vos aventures, et puis de m’endormir. Et c’est un arc-en-ciel richement coloré qui relie ma demeure à la vôtre, ma Midgard (notre terre) à votre fier Asgard (je salue au passage, Odin, votre père). Et qui dit arc-en-ciel, évoque le tonnerre ; et le tonnerre, l’orage ; et l’orage, la pluie ; et la pluie, le beau temps… et Thor Dieu de la guerre, est le Dieu du printemps…

Mars, ou votre tierce quart. Fils de Jupiter et de Junon (de Minerve selon les mauvaises langues). Pour Rome vous fûtes le "brave", encore, Dieu des conflits, Mars Ultor le vengeur, père de Romulus et de Remus, vrai père de Rome en somme. Vous fréquentâtes Vénus. De vos amours naquirent la Crainte et la Terreur (Phobos et Deimos). Mais fort heureusement, si Rome célébra en vous, l’élève de Priape (garant de la robustesse de votre corps) il reconnut aussi le Dieu des champs et des cultures, protecteur des bourgeons, génie de la jeunesse. Un vrai sentimental, voilà ce que vous êtes (fleur bleue, je dirais même). Eh oui, mon cher Gravidus (cf. ci-devant), chez vous "(qui) avancez à grandes enjambées", je dis qu’il y a du bon.

Arès est votre quart final. Celui-là me fait rire (jaune) tellement il me fait peur. Cette part de vous porte la mort en elle. Rien d’autre que la mort. Vous êtes "Dieu des larmes" (dixit Eschyle) "tueur" invétéré. A Sparte on vous aima. Pour vous, on érigea le fameux sanctuaire d’Arès Théritas (Arès le sauvage). On vous nomme également, le "Garant des serments" ("on" dit n’importe quoi). Alors voilà ! Quelqu’un donne une parole… qu’il a intérêt à tenir !!! Sinon gare à qui ? A Brutus Théritas. Ben voyons. Bref, vous terrorisâtes les Grecs qui joliment vous le rendirent. Vous souvient-il du "Je te hais…" craché par Zeus à votre face (Iliade, V. 872-873). Eh bien moi c’est pareil ! Parmi les divinités suprêmes de la guerre, vous êtes assurément la mieux représentée, autrement dit la pire. C’est vous le pire (et dire qu’Homère vous glorifia !)…

Bon. Cela étant posé, ne parlons plus de guerre. A présent, revenons au printemps. Je disais donc…


Visites: 833

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



2 Messages

  • Lettre au printemps 12 septembre 2010 18:49

    Super conseil, je viens de twitter votre billet. D’habitude je ne commente jamais les blogs, même si leur contenu est excellent, mais là le vôtre méritait vraiment mes éloges !
    Paola
    Poker

    repondre message

  • Lettre au printemps 8 octobre 2010 02:29, par Denise

    Bonjour, C’est vrai que pour faire de bon exposé sur le monde Grec, c’est pas gagné... Trouver de bonnes infos et des photos digne de ce nom est vraiment pas aisée.

    Merci pour vos infos. Un véritable intérêt ;)

    Denise de actuvirus.com

    repondre message