La neige avait rendu la terre clair-obscur, le ciel pleuvait à l’unisson

Et les rangées de cyprès blancs étaient soumises à l’orgueilleuse armée des nuages sauvages

Toutes choses étaient couleur d’être

Quand tous mes rêves blancs se fondirent dans le froid d’un hiver plein de souvenirs

Comme la blanche et triste froidure seul deuil des vivants du monde

Toute chose sera toujours couleur d’être

Car la couleur d’être est couleur de neige.


Les hommes sans avenir

Klaxonnent, klaxonnent, klaxonnent,

Les chars des Dieux modernes

C’est ainsi qu’hennissent les chevaux libres dernier modèle

Et les fontaines de fumée s’enfoncent dans la gorge du ciel

Le visage de la lune devient noir

Vision de nouvelles constellations dans le zodiaque

La petite ourse perd la grande ourse

Entre les espaces noirs, de nouveaux trous noirs

Le destin de tous se perd dans les horizons lointains

Les hommes sans avenir montent sur les chars des Dieux modernes

Et klaxonnent, klaxonnent, klaxonnent.

Les fouets rouges


Visites: 309

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.