N° 35, octobre 2008

Tourisme dans le désert*


Djamileh Zia


Les attraits touristiques de l’Iran sont très nombreux. Les paysages de l’Iran, d’une rare beauté, en constituent l’un des principaux [1]. Les régions désertiques et semi-désertiques de l’Iran, qui occupent près d’un tiers de la superficie du pays, sont de plus en plus visitées par les touristes (iraniens et étrangers) qui cherchent une échappatoire à la vie citadine moderne et apprécient l’authenticité et le silence de ces lieux.

Kalout, désert de Lout
Photos : irandeserts

Le Dacht-e Kavir

Le Dacht-e Kavir est le désert salé de l’Iran. Il s’étend du sud-est des montagnes de l’Alborz jusqu’au centre de l’Iran.

Deux parcs nationaux importants, tant du point de vue de la superficie que de la biodiversité, y sont situés. Il s’agit du Parc National du Kavir et du Parc National de Tourân (ou Khâr-Tourân), classés tous deux Réserves de Biosphère par l’Unesco. [2]

Le Parc National du Kavir est situé dans la partie ouest du Dacht-e Kavir, à l’est du Lac de Sel, à 50 km au sud-est de Téhéran. Les villes limitrophes sont Qom, Kâchân, Semnân et Ispahan.

Parc National du Kavir, caravansérail “Shâh Abbâssi” (Qasr-e Bahrâm), au sud de Varâmine.
Photo : Morteza Johari

Le Parc National de Tourân est situé dans la partie Est de la province de Semnân. Ce parc est la deuxième réserve de biosphère du monde du point de vue de la superficie, après la réserve de Serengeti en Tanzanie.

Ces deux parcs nationaux sont le lieu de vie de quelques espèces animales et végétales que l’on ne trouve qu’en Iran, telles que l’engoulevent du désert, un lézard herbivore et quelques scorpions spécifiques des déserts de l’Iran. Certaines de ces espèces - le guépard asiatique et le zèbre iranien par exemple - sont malheureusement en voie d’extinction et font l’objet de mesures de protection internationales.

Le Dacht-e Lout (ou Lût)

Le Désert de Lout, qui s’étend sur des centaines de kilomètres dans la partie nord-est de la province de Kermân, fait partie du Patrimoine Mondial de l’Unesco.

Les études sur le terrain de M. Parviz Kardovâni, chercheur et professeur de géographie à l’Université de Téhéran, ont montré que le centre de ce désert est le lieu le plus chaud du globe terrestre : 70 degrés Celsius à l’ombre, et peut-être même 100 degrés au soleil ; aucune forme de vie n’existe dans cette partie du désert, même la vie bactérienne, d’où le fait qu’un animal mort dans cette zone ne se décompose pas mais se dessèche au soleil (le cadavre d’une vache découvert après quelques années en est une preuve).

Aire de repos “Shahdâd”, désert de Lout

Cette partie du Désert de Lout - qui signifie "nu" en persan - est un endroit "dénudé", sans aucune plante.

Il existe dans ce désert un phénomène naturel exceptionnel et unique, nommé kalout.

"Kalout" est un mot formé par l’adjonction du mot "kal" (qui signifie "ville" en langue baloutchi) au mot "lout". Les habitants de cette région ont nommé ainsi les couloirs profonds qui se sont creusés, au fil du temps, du fait de l’action érosive du vent et de la pluie. Le vent, qui souffle environ 120 jours par an dans cette région, emporte et déplace la terre sablonneuse.

La pluie (qui est rare, mais abondante quand elle survient) transforme le sable en une pâte relativement épaisse ; le vent y creuse des gorges qui évoquent les ruelles d’une ville inhabitée avec des maisons construites en briques d’argile séchées au soleil. Cette ville fantomatique, formée de couloirs parallèles les uns aux autres qui s’étirent du nord-ouest au sud-est et qui sont d’une longueur de 160 km et d’une largeur de 200 à 500 mètres environ, est située à une quarantaine de kilomètres de la ville de Shâhdâd, c’est-à-dire dans la bordure ouest du Désert de Lout.

Kalout, désert de Lout

Les kalouts sont visibles sur les photos prises par les satellites, sous forme de rayures de couleur noire.

Excursions dans les déserts d’Iran [3]

Voyager dans le désert comporte des dangers. Le désert est un milieu inhospitalier pour l’être humain non préparé à y séjourner. En plus de la chaleur torride pendant le jour et du manque d’eau (on ne survit que 48 heures au maximum sans eau dans le désert) ainsi que le froid impressionnant pendant la nuit, le voyageur pourrait être confronté à des reptiles venimeux (scorpions, serpents et un lézard venimeux qui n’existe qu’en Iran), à d’autres animaux sauvages, à des vents qui se lèvent parfois brusquement et qui font perdre le chemin, sans compter le fait que certaines régions désertiques au sud-est de l’Iran sont actuellement des zones aux mains des trafiquants de drogue internationaux, qui ont pris des touristes en otage à plusieurs reprises.

Kalout, désert de Lout

Il est donc plus prudent de voyager avec des organismes et des guides qui connaissent le désert et savent comment parer aux imprévus.

Un autre aspect dont il faudrait tenir compte lors des excursions dans ces régions désertiques (comme dans tous les voyages qui ont trait à la Nature) est la protection des écosystèmes, qui sont forcément perturbés par la fréquentation des touristes.

Pour protéger la Nature en Iran (et permettre ainsi que les voyages touristiques pour visiter ces lieux perdurent), il est nécessaire que les organismes responsables du tourisme et les agences de voyage collaborent avec le Département de la Protection de l’Environnement, et respectent les restrictions mises en place par ce département.

Il faudrait également faire prendre conscience aux touristes qu’ils ont une responsabilité à l’égard des lieux qu’ils visitent.

Souhaitons voir bientôt le jour où plus aucun voyageur dans le désert n’y déversera de l’huile de moteur ou des déchets en plastique, n’arrachera aucune plante et ne capturera aucun animal pour l’emporter avec soi en guise de souvenir ou à d’autres fins.

Souhaitons également que toutes les agences de voyage s’engagent dans la voie du "tourisme responsable".

Spécimens de la faune désertique iranienne : boa Eryx jaculus, scorpion Odontobuthus doriae, agama Trapelus agilis.

* Les informations concernant les déserts de l’Iran ont été puisées dans des articles du site www.irandeserts.com

Notes

[1Le cahier du mois d’avril 2007 de la Revue de Téhéran comporte plusieurs articles sur ce sujet.

[2Pour plus d’information sur les Réserves de Biosphère, voir le site officiel de l’Unesco.

[3Pour visiter les parcs nationaux de Kavir et de Tourân, il faut théoriquement avoir une autorisation délivrée par le Département de la Protection de l’Environnement de la province de Semnân. L’Organisation de l’Héritage Culturel et du Tourisme de la province de Kermân organise des excursions de quelques jours dans le Désert de Lout.


Visites: 8310

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



5 Messages

  • Tourisme dans le désert* 18 juillet 2015 10:00, par jean yves

    Hâte de découvrir ce pays dont je rêve depuis longtemps, à l’écart des séjours touristiques "habituels"
    Merci

    repondre message

  • Tourisme dans le désert* 17 décembre 2015 22:10

    Y a t il des voyagistes Francais qui proposent des excursions dans le désert de Lout ?
    Merci de votre réponse
    V Tourne

    repondre message

  • Tourisme dans le désert* 1er janvier 2016 09:04, par yacapa

    Bonjour,
    Je souhaite visiter l’Iran très prochainement et en particulier passer quelques jours dans le desert.
    Est ce possible et si oui pouvez m’indiquer des guides ou agences spécialisés ?
    Merci !

    repondre message

  • Tourisme dans le désert* 9 janvier 2016 08:02, par Revue de Téhéran

    Bjr. Pour plus d’information, nous vous proposons de consulter les sites touristiques, souvent en englais, qui pourront vous donner plus d’information.
    Bon voyage.

    repondre message

  • Tourisme dans le désert* 9 avril 2017 18:03

    Bonjour
    je suis un guide francophone .
    je suis spécialiste des voyages culturels et d’ecotourismes en Iran .
    je vous remercierai de transmettre mes coordonnées au cas de besoin.
    cordialement
    Hossein

    repondre message