N° 44, juillet 2009

Le wax : un classique dans cinq Etats d’Afrique de l’Ouest


Odile Puren


Le wax encore appelé « tissu africain » est un tissu en coton imprimé de qualité supérieure servant à la confection de vêtements d’une grande renommée. Son origine remonte à l’époque de l’arrivée des premiers Européens en Afrique de l’Ouest.

Les Hollandais, qui entretiennent des rapports commerciaux avec l’Indonésie depuis 1602, prennent Malacca aux Portugais en 1641.

De 1663 à1674, ils s’installent à Sumatra, Macassar, Java au moment où des guerres de succession affaiblissent les sultanats.

En 1799, la Hollande possède plusieurs colonies en Indonésie.

Au XIXe siècle, les révoltes incessantes qui s’y déroulent, décidèrent les Hollandais à recruter et à former des mercenaires sur les côtes d’Afrique de l’Ouest où ils possédaient déjà quelques comptoirs commerciaux. C’est ainsi que les hommes du royaume ashanti, situé en Côte de l’or, l’actuel Ghana [1], partirent combattre à Bornéo et à Sumatra. Après avoir rendu de loyaux services à leurs employeurs, ils retournèrent dans leur pays les malles remplies de jolis batiks indonésiens. Ces tissus eurent un succès foudroyant aussi bien auprès de l’aristocratie qu’auprès de tout le peuple ashanti. Le pagne batik allait bientôt acquérir la même valeur que l’or dans toute l’Afrique de l’Ouest et notamment dans ce « royaume de l’or ».

JPEG - 20.8 ko
Wax hollandais à gauche, védomè à droite

Les Hollandais, en commerçants avisés, s’aperçurent rapidement du profit qu’ils pouvaient tirer de cet engouement. C’est ainsi qu’ils installèrent chez eux, en Hollande, des usines dont le seul but était d’inonder l’Afrique de l’Ouest de pagnes inspirés du modèle indonésien et fabriqués selon la technique de la cire perdue. Ces pagnes sont nommés des wax, mot qui signifie cire en anglais. Le pagne wax venait donc de naître. Des commerçantes de ces étoffes apparaissent un peu partout dans les grandes villes de l’ouest africain. Une classe de femmes riches vient de voir le jour. Au Togo [2], on les appelle les « Mamans Benz » parce qu’elles ne se déplacent qu’en voiture de luxe Mercedes-Benz et possèdent souvent plusieurs hôtels dans différents pays africains. Au départ, toutes les femmes allaient se ravitailler au Ghana. Puis quelques années plus tard, elles ont commencé à acheter directement leurs marchandises chez les Hollandais.

JPEG - 26 ko
Tissus sénégalais

Le pagne n’est plus seulement un vêtement, mais une valeur de référence, un signe de reconnaissance sociale, un symbole reconnu et admis par tous. Les grands événements de la vie : fiançailles, mariage, cérémonie de baptême, de confirmation, cérémonie de fin d’apprentissage, anniversaire du débarquement des premiers missionnaires, funérailles, fêtes nationales… sont marqués par la « sortie » d’un nouveau modèle dont on garde précieusement un échantillon en souvenir. Un modèle marque l’appel du 18 juin 1940, un autre, l’accession du Dahomey (l’actuel Bénin [3]) à l’indépendance, tous les autres pays de l’Afrique de l’Ouest passent la même commande, un autre encore, la visite du Général de Gaulle en Afrique. En Côte d’Ivoire [4], un modèle marque aussi la victoire de l’équipe de football d’Abidjan à la finale de la coupe nationale…

JPEG - 19.7 ko
Wax ivoirien

Vu le succès sans cesse croissant de ces pagnes, plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest installent des usines de fabrication de wax dans leur capitale ou à proximité, pour rivaliser avec le wax hollandais. Celle du Dahomey s’appelait SODATEX (Société Dahoméenne de textile) devenue aujourd’hui SOBETEX (Société Béninoise de Textile), celle de la Côte d’Ivoire s’appelle UNIWAX, celle du Sénégal [5] se nomme SOTIBA SIMPAFRIC…De nombreux lycéens prennent des cours de dessins afin de proposer de nouveaux motifs aux sociétés de textile. Ces dernières en sortent plusieurs par mois.

L’usine du Bénin sort trois qualités de tissu : le wax, le védomè et le chivi. Le premier possède les mêmes qualités que le wax hollandais on l’appelle aussi chigan. Le deuxième est d’une qualité intermédiaire, le dernier est moins épais et déteint considérablement au lavage.

En Côte d’Ivoire, UNIWAX fabrique du wax et du print, tissu de qualité inférieure au wax. Les prix diffèrent selon la qualité du tissu.

Le wax a toujours de très belles couleurs. C’est un tissu d’une épaisseur normale. Il ne déteint pas. Il est agréable à porter.

JPEG - 16.4 ko
Wax hollandais "fleur d’hibiscus", création de la styliste Gisèle Gomez

Divers noms sont donnés aux modèles sortis, toute provenance confondue : « Tu sors, je sors », sur ce modèle, on voit un oiseau sortir d’un nid et un autre prêt à le suivre ; « Feuilles de piment », le motif est d’un fond jaune avec des feuilles ; « Mon mari est capable », « Ton pied mon pied », « Fleur d’hibiscus » « Quand femme passe les hommes trépassent », « L’œil de ma rivale », « Z’yeux voient, bouche parle pas »… Les femmes élégantes du Togo, du Bénin, d’Abidjan… rivalisent d’imagination pour baptiser le dernier modèle qu’elles convoitent, et d’ingéniosité pour être la première à le porter.

De nombreuses jeunes filles embrassent le métier de couturière. Celles de parents aisés vont dans des écoles de couture en Europe. Certains hommes font de même. Des salons de haute couture s’ouvrent un peu partout dans les capitales des différents pays d’Afrique de l’Ouest. Les stylistes font preuve de créativité.

« Soleil levant », « Six étoiles », « Diamant rose », « Mamiwata », « Emeraude »… ce sont des surnoms de femmes. Ces grandes dames de Cotonou et de Lomé possèdent leur styliste. Le tissu, une fois acheté, est remis discrètement à cette dernière qui doit impérativement proposer à sa cliente un nouveau modèle de vêtement. S’il ne lui plaît pas, elle doit en proposer d’autres jusqu’à ce qu’elle soit satisfaite. Ces femmes n’hésitent pas à injurier l’imprudent qui s’aventure à insinuer que le modèle qu’elles portent a déjà été porté avant elles.

Malgré ce succès foudroyant, le pagne wax connaît un léger déclin dans les années quatre vingt.

Les jeans et les tee-shirts « made in China » ont commencé à envahir le marché ouest africain. Petit à petit, les jeunes et certains adultes se détournent du pagne wax qui coûte excessivement cher. La concurrence étrangère envahit le marché bien souvent grâce à la complicité des services de douane.

JPEG - 25.1 ko
Tissu gamaphone : wax hollandais

Les usines battent de l’aile mais ne ferment pas.

C’est à cette époque qu’une styliste béninoise, installée en Côte d’Ivoire aura une idée sensationnelle : redéfinir la mode.

Jusqu’aux années quatre vingt, seule la communauté africaine étrangère portait du wax en Côte d’Ivoire. Les Ivoiriens s’habillaient comme les Européens. Ce n’est qu’après 1980 que la styliste béninoise appelée Gisèle Gomez va lancer la mode du wax en créant un grand nombre de vêtements à partir de ce tissu. La nouvelle se propage dans toutes les capitales des pays ouest africains. Les femmes riches se rendent régulièrement à Abidjan pour se faire coudre le dernier modèle sorti. Les Ivoiriens aussi se mettent à la mode du wax.

Au début des années quatre vingt dix, le bazin et le super-bazin vont faire leur apparition. Ce sont des tissus unis avec ou sans dessins. Le premier est rêche et fin, le deuxième est très rêche et plus épais. Les vêtements en bazin ou super-bazin sont le plus souvent brodés.

Malgré cette dernière nouveauté, et un engouement pour le tissu traditionnel africain en coton tissé à la main et pour le lessi (tissu tout en dentelle, très apprécié des Nigérians), le wax garde la première place de pagne porté en Afrique de l’Ouest.

L’actuel président ivoirien, Monsieur Gbagbo et son épouse portent du wax dans toutes leurs apparitions publiques, alors les Ivoiriens redécouvrent ce pagne et le wax est revenu en force dans les habitudes vestimentaires du pays.

Les Sénégalais qui avaient un penchant pour le super-bazin se mettent à s’habiller en wax.

Les Ghanéens, quant à eux, ne se sont vraiment jamais détournés du wax.

De nos jours au Bénin, ce n’est plus un modèle de wax que l’on choisit pour un enterrement, mais trois différents :

- Celui que porteront les enfants du défunt ou de la défunte.

- Celui que mettront les petits enfants.

- Et enfin celui dont se vêtiront les amis de la famille et les autres personnes présentes.

Aujourd’hui, le wax est devenu un tissu classique en Afrique de l’Ouest.

On distingue actuellement sur le marché africain :

- Le wax hollandais.

- Le wax africain.

- Et le wax anglais.

La renommée du wax dépasse les frontières de l’Afrique, et ce pagne se rencontre non seulement dans tous les pays africains mais aussi en Europe, notamment à Barbès à Paris où plusieurs boutiques proposent des modèles européens et africains.

L’été, on voit dans la ville de Paris, de plus en plus d’Européens habillés en wax.

Notes

[1Le Ghana est l’un des Etats anglophones de l’Afrique de l’ouest. Sa superficie est de 238537 km2 et sa population de plus de 19 734 000 habitants. Il est limité au nord par le Burkina Faso, au sud par le Golfe de Guinée, à l’est par le Togo et à l’ouest par la Côte d’Ivoire. Accra, sa capitale est située sur la côte. C’est le premier territoire d’Afrique noire ayant accédé à l’indépendance le 6 mars 1957. L’anglais (officiel), le gha, le twi, le éwé et le fante y sont principalement parlés. Le cacao est son premier produit d’exportation. Le Ghana exporte aussi du manganèse, de la bauxite, du diamant, de l’or et de l’électricité.

[2Le Togo est limité au nord par le Burkina Faso au sud par le Golfe de Guinée, à l’est par le Bénin et à l’ouest par le Ghana. Sa superficie est de 56785 km2. Plus de 4 657 000 Togolais vivent sur le territoire. Les langues principales sont : le français (officiel), l’éwé et le kabyé. Lomé, sa capitale, est une ville cosmopolite. L’indépendance du Togo remonte au 27 avril 1960. Le Togo exporte du coton, du phosphate, du pétrole, de l’électricité, du marbre et du manganèse.

[3La République du Bénin (ancien Dahomey jusqu’en 1975) est indépendante depuis le 1er août 1960. Elle a une superficie de 112 622 km2 et une population de plus de 6 446 000 habitants. Elle est limitée au nord par le Niger et le Burkina Faso, au sud par le Golfe du Bénin, à l’est par le Nigéria et à l’ouest par le Togo. Cotonou est sa capitale économique et Porto-Novo, sa capitale administrative. Au Bénin, on parle principalement le français(officiel), le fon, le goun, le mina, le yorouba, le dendi et le bariba. C’est un pays essentiellement agricole. Il exporte du coton. Les ressources minières du Bénin sont : le pétrole, le marbre l’or et la pierre à chaux.

[4La république de Côte d’Ivoire est un Etat indépendant depuis le 7 août 1960. Sa superficie est de 322 462 km2 et sa population de plus de 16 349 000 habitants. Elle est limitée au nord par le Mali et le Burkina Faso, au sud par le Golfe de Guinée, à l’est par le Ghana et à l’ouest par la Guinée et le Libéria. Yamoussoukro, sa capitale est située à l’intérieur du pays. Les langues principales sont : le français (officiel), l’agni-baoulé, le dioula, le bété et le senoufo. La Côte d’Ivoire est le 1er exportateur de cacao au monde. Elle possède des gisements de pétrole, de gaz naturel (non exploités), de diamants, d’or et des réserves modestes de fer, de bauxite, de nickel et de manganèse.

[5Le Sénégal a eu son indépendance le 4 avril 1960. Il est limité au nord par la Mauritanie, au sud par la Guinée Bissau et la Guinée, à l’est par le Mali et à l’ouest par l’Océan Atlantique. Sa superficie est de 196 722 km2 et sa population de plus de 9 662 000 habitants.

Le français (officiel), le wolof, le peul-toucouleur, le serer et le diola y sont les principales langues parlées. Le Sénégal exporte du poisson, des arachides et du phosphate.


Visites: 57231

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



53 Messages