N° 26, janvier 2008

Au Journal de Téhéran

De Neyshâbour à Touss





14 Janvier 1938
24 Dey 1316

Neychâbour, l’une des plus anciennes et des plus célèbres villes de cette partie de l’Asie, bâtie et rebâtie par les Sassanides, les Arabes, Mahmoud le Ghaznavide, les Seldjoukides, rasée par les séismes et des invasions, n’est plus qu’une bourgade sur le lieu de sa légendaire splendeur. Celle qui fut appelée Irânshahr, et dont les merveilles allaient autrefois par douze et par multiples de douze, douze mines turquoises, de cuivre, de marbre, douze cours d’eau tombant des montagnes, douze cents collèges, douze cents villages, douze mille qanâts alimentés par douze mille sources, n’est plus pour le passant qu’une étendue désertique, quelques monticules et les tombeaux de quelques uns de ses hommes illustres, Farîd al-Dîn ’Attâr, l’Imâmzâdeh Mahruk, ’Omar Khayyâm.

"Le château dans lequel Bahrâm levait sa coupe.

Les renards y ont fait leurs petits et leurs gazelles y vivent en paix".

Après avoir passé Ghadam Gâh où nous signalons un sanctuaire safavide auprès d’une source miraculeuse et de beaux arbres, nous atteignons Mashhad, capitale du Khorâssân.

Le tombeau de Ferdowsî à Tûs

Elle n’était encore qu’un village du canton de Tûs et s’appelait Sanabâd quant Haroun al-Rashîd y mourut, en 193 H. (809), et lorsque, dix ans plus tard, en 203 H. (818), ’Alî Ibn Moussa al-Rezâ, huitième Imam, y fut enterré. Mais au cours des siècles, la petite bourgade, devenue le lieu de repos d’un Imam profondément vénéré, se développa jusqu’aux dimensions considérables de la ville qui prit le nom de Mashhad, ou plus exactement de Mashhad-o-Rezâ, ou encore Mashhad-e moghaddas (le tombeau sanctifié).

A la suite de la destruction de Tûs par Mirân Shâh en 791 H. (1389), Mashhad devint la ville principale de la région et, comme telle, eût beaucoup à souffrir des troubles et des invasions qui ne cessèrent de désoler le Khorâssân.

Cependant le Haram (mausolée), semble avoir été à peu près épargné. Ses bâtiments renferment des œuvres d’art d’une valeur inestimable et une bibliothèque plus précieuse encore.

Quittant Mashhad, nous ne tardons pas à gagner Tûs.

Tûs était au départ le nom d’un canton du Khorâssân qui possédait deux villes. L’une, Tabarân, prospéra et devint un faubourg d’une grande cité connue surtout sous le nom de Tûs.

Tûs fut complètement détruite par Mirân Shâh en 791 H (1389). L’autre, Nawkan, était voisine du village de Sanabâd qui devint Mashhad.

Mashhad empiéta peu à peu sur Nawkân dont le nom disparut vers 1330.

Tûs est situé à 27 kilomètres environ au Nord de Mashhad. Les ruines de ses anciennes murailles, qui comportaient 100 tours et 9 portes, sont encore visibles.

C’est non loin de l’une de ces portes, la porte de Rizân, près du mur Nord-Est à l’intérieur de la ville, qu’a été construit le monument destiné à marquer dignement le lieu de la sépulture de l’auteur du Shâhnâmeh.

En cet endroit et jusque vers 1810, a toujours été admiré le tombeau de Ferdowsî.

Nezâmî-e Aroudî, qui le visita en 510 H. (1116), le situe dans un jardin qui avait appartenu au poète "à l’intérieur de la porte de Rizân".

Dowlat Shâh en 892 H. (1487) dit qu’il se trouve à côté du Mazâr-e Abbâsiyeh qui est un lieu de pèlerinage. Kadî Nour Allah, à la fin du Xe siècle H. (XVIème) affirme l’avoir visité personnellement. Il ajoute que son emplacement est "bien fixé et apparent".

On y voyait encore d’après Fraser, en 1822, un petit édifice surmonté d’une coupole ornée de faïence. Un peu plus tard, en 1833, cette construction s’étant écroulée, le vâlî (l’émir) du Khorâssân, Asaf-o-Dowleh, en fit enlever les débris, fit couvrir la tombe de briques et l’entoura d’un mur de terre. A l’intérieur de l’enceinte de Tûs se trouvent aussi les ruines d’un monument appelé Gombâd-e Harouniyeh. Il servit peut-être de modèle au tombeau du Sultân Ouldjâyto Khodâbandeh, à Soltânieh (près de Zandjân), et fut vraisemblablement construit à la fin de l’époque seldjoukide par un architecte qui avait vu le tombeau du Sultân Sandjar à Marv.


Visites: 750

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.