N° 73, décembre 2011

Hossein Fakhimi, artiste de la paix


Béatrice Tréhard


Statue de la paix

Sculpteur de renommée internationale, le professeur Hossein Fakhimi est né à Abhar le 15 mai 1945. Il est professeur de dibujo de la faculté des Beaux Arts de Madrid et titulaire de nombreux diplômes professionnels dont un doctorat de l’école des Beaux Arts de Madrid, un certificat en sculpture Juan de Avalos, célèbre sculpteur espagnol, un certificat de degré supérieur de la fabrication de médailles, ainsi qu’un certificat de degré supérieur de gravure de la faculté des Beaux Arts de Madrid. Il a aussi reçu plusieurs prix dont le grand prix des artistes du Conseil d’évaluation des artistes de l’Iran (doctorat des arts), le certificat du doyen exemplaire reçu des mains du président de la République Islamique d’Iran de l’époque.

Hossein Fakhimi à côté de la statue de Omar Khayyâm qu’il a réalisée

Le professeur Hossein Fakhimi est une véritable conscience nationale avec diverses activités spéciales dans de nombreux domaines. Il est enseignant à l’université des arts de l’Iran et à l’université Soureh. Il a également rédigé le code de la commission de l’installation des statues et monuments artistiques, et a coopéré à la fondation de la société des sculpteurs d’Iran en en devenant le premier président en 1999. Il a aussi rédigé des manuels scolaires sur l’art, a traduit certains livres scolaires, et a été l’un des fondateurs de la sauvegarde de la langue persane ainsi que membre du conseil administratif de cette association. En tant que l’un des fondateurs de la faculté des arts du Ministère de la culture et de l’orientation islamique, il a ouvert des ateliers de sculpture sur pierre, bois et médailles. Après la guerre imposée par l’Irak, son pays, l’Iran, étant sous embargo et manquant cruellement de prothèses pour handicapés, il a fondé le département orthopédique du Croissant Rouge et a fabriqué des prothèses de jambes et de mains.

Maquette de la statue ’Urûj (Ascension)

De ses nombreuses activités artistiques, nous pouvons retenir la décoration de ghahveh khâneh, de tentes de nomades. Il est aussi l’auteur de nombreuses sculptures dont des statues pour des musées régionaux et pour orner des bâtiments, monuments et rues de la capitale iranienne, Téhéran, comme la statue inaugurée par le maire de Téhéran en 2006 représentant un bassidj monté sur un cheval que l’on peut voir place bassidj. Il a fabriqué de nombreuses maquettes de statues notamment pour le cimetière de Behesht-e Zahrâ, « La mère du martyr », commandée par le Ministère de l’orientation islamique et « Le soulèvement de l’Imâm Hossein ». Il a été à l’origine de la statue d’Omar Khayyâm pour l’Italie et de la statue du champion de lutte iranien, Takhti. Il ne s’est pas contenté de la pierre ou du bois, mais a aussi réalisé de nombreuses statues de cire pour le musée d’anthropologie de Téhéran. Et la liste n’est pas exhaustive.

Ce qui lui a néanmoins valu une renommée internationale est la statue de la paix qu’il créa en 1985 en pleine guerre de l’Irak contre l’Iran. Il ne la dévoila au monde que le 11 juin 2003, quand l’Unesco la proposa au monde entier comme symbole de paix. Il reçut à cette occasion le prix de la paix remis par le directeur de l’Unesco, son excellence Koichiro Matsuura, comme un signe de sa participation en faveur de la paix dans le monde. Le maire d’Hiroshima, ville martyre du Japon, a suggéré que cette statue de la paix fasse le tour du monde.

Pour Fakhimi, cette statue de la paix représente la douleur résultant du poids de la guerre et de ses conséquences destructrices au sein de la communauté mondiale. Comme il l’explique, « cela m’a amené à évoquer et transmettre via mon œuvre, un message de paix, d’amour et d’amitié à l’intention de tous les hommes.

Bassij monté sur un cheval

Ma statue a été conçue et basée sur les éléments et les points suivants :

1. J’ai choisi deux cygnes pour représenter l’amour, l’amitié, la sérénité, la coexistence pacifique et la fidélité. En effet, cet oiseau est réputé pour exprimer l’amour et sa couleur blanche représente le symbole de la paix.

2. Les deux cygnes, dans une position de stabilité et de calme, expriment l’esthétique et la beauté des gestes en effectuant une danse.

3. La représentation des membres de ces deux oiseaux avec un rythme lent représente la coordination et la concordance.

4. La position des cygnes est de telle sorte que l’oiseau en bas, en supportant le poids de son partenaire sur la tête, offre la possibilité d’une ascension de son pair symbolisant ainsi le dévouement.

5. La position des deux oiseaux permet de dessiner clairement le mot « Paix » en persan, arabe et ordou. Par ailleurs, en observant la statue sous un angle différent, l’on distingue le nom « ’Ali » qui évoque l’une des figures majeures et exemplaires de l’histoire musulmane qui a consacré sa vie entière à lutter contre toutes les formes d’injustices au-delà des races, couleurs de peau et appartenance sociale. »

Maquette représentant une mère de martyr (shahid) réalisée pour le cimetière Behesht Zahrâ

La statue modèle est taillée en pierre blanche artificielle. Il est possible de la fabriquer en utilisant d’autres matériaux tels que le bronze, l’or… dans des dimensions différentes en vue d’être placée dans divers endroits.

Maquette représentant le slogan Hal min nâser yansuruni de l’Imâm Hossein

Visites: 1517

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.