N° 73, décembre 2011

Les vêtements traditionnels des femmes kurdes iraniennes


Ghazâleh Ebrâhimiân


L’un des attraits de la province du Kurdistân est constitué de ses richesses culturelles à savoir sa littérature, son artisanat, ses traditions ainsi que son habillement. La beauté de la tenue traditionnelle kurde est admirable et cette esthétique se révèle surtout dans les vêtements de la femme kurde. La tenue kurde a été plusieurs fois primée dans des festivals de vêtements traditionnels iraniens.

Dans cette région montagneuse, l’évolution du costume s’est faite selon la situation géographique. La tenue des femmes kurdes est l’une des rares à avoir très peu changé au cours du temps. Au premier regard, les vêtements kurdes se ressemblent mais en réalité, les modèles et couleurs changent d’une localité à l’autre, tandis que les motifs particuliers de chaque vêtement permettent d’identifier les femmes selon leur localité d’origine. La base commune est la forme ample des vêtements féminins qui recouvrent l’ensemble du corps. Avant l’importation de tissu, les principaux produits textiles étaient fabriqués par des producteurs de certains villages situés près de la montagne de Shâhou.

Jeunes femmes kurdes portant des vêtements traditionnels, Mahâbâd, 1941

En général, la tenue des femmes se compose d’une tunique (tan poush), d’un turban (sar poush) et de guiveh.

Les modèles varient selon les activités, les cérémonies et les régions. Chaque région possède son propre vocabulaire pour désigner les différentes pièces du vêtement. Il est à noter que les accessoires vestimentaires et les ornements confèrent une double beauté à la tenue traditionnelle des femmes kurdes.

Ce costume traditionnel comporte :

Le jâfi : Le jâfi est un pantalon féminin long descendant jusqu’aux chevilles, dont les jambes sont très amples. En général, les villageoises kurdes le mettent pour travailler.

Le kowlanjeh : Le kowlanjeh, qui ressemble au péplum, est une tunique sans manches couvrant le buste, fait de velours ou de soie brochée.

Vêtements des femmes kurdes d’Ilam

Le sowkhmeh : Le sowkhmeh est une grande robe, portée avec le kowlanjeh.

Le shâl : Le shâl, nommé aussi pesht-wen ou encore pesht-ineh, ressemblant a l’obi japonais, se présente sous la forme d’un ruban de tissu de 3 à 10 mètres de long, porté autour de la taille.

Le kolâw : Ou kolâh est une très jolie coiffe de couleur, ornée de brins de paille, de forme cylindrique, qui se porte sous un foulard en velours. Les deux côtés de ce chapeau sont souvent attachés par une corde fine, tordue et dorée, appelée qatâreh.

Le kalâkeh ou dastâr : Le kalâkeh est une étoffe de soie noire et blanche très légère, brodée d’or et d’argent. Ce foulard traditionnel se plie en triangle et est porté dans les cérémonies de mariage ou de deuil à la place du kolâw par les femmes riches.

Le kourâss : Le kourâss est une simple robe de tissu de prix et prestigieux avec une ample et longue jupe descendant jusqu’aux chevilles.

Le keh-wâ ou le koulijeh : Le keh-wâ est un veston de couleur, sans poche, moins court que les vestes des hommes.

Femme kurde portant des vêtements traditionnels, XIXe siècle

Visites: 3175

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.