N° 73, décembre 2011

Leyli, c’est partir


Erfân Nazar Ahâri
Traduit par

Nedâ Atash Vahidi


Dieu dit : "Leyli est une aventure ; une aventure emplie de Moi. Une aventure que tu dois créer."

Le diable dit : "Elle n’est qu’un accident. Attends qu’il arrive."

Ceux qui crurent le diable attendirent.

Et l’accident de Leyli ne survint jamais.

Mais Madjnoun se leva et alla former Leyli.

Dieu dit : "Leyli est la douleur. La douleur d’une renaissance, une naissance de soi."

Le diable dit : "Elle est la tranquillité, un beau rêve."

Dieu dit : "Leyli est partir. Traverser et franchir."

Le diable dit : "Leyli est "rester". Se replier sur soi."

Dieu dit : "Leyli est la recherche. Leyli, c’est ne pas arriver et pardonner."

Le diable dit : "Leyli, c’est vouloir, prendre et posséder."

Dieu dit : "Leyli est dure, tardive et lointaine."

Le diable dit : "Leyli est simple, proche et à portée de main."

Et le monde s’emplit de Leyli vite faites. De Leyli simples et à portée de main. Des Leyli instantanées et proches.

Dieu dit : "Leyli est la vie. Vivre autrement."

Leyli devint éternité et le diable disparut.

Madjnoun choisit de vivre autrement, et il savait que Leyli était éternelle.

L’évanouissement de Leili et Madjnoun, page enluminée illustrant une scène de la célèbre histoire de Leili et Madjnoun, Troisième livre de Khamsah de Nezâmi, Iran, XVIe siècle, 12,2 x 16,7 cm

Visites: 336

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.