N° 46, septembre 2009

Les symboles de notre pays au Musée National d’Iran*


Djamileh Zia


A l’occasion de la journée mondiale des musées et la semaine de l’héritage culturel, le Musée National d’Iran a organisé du 18 au 24 mai 2009 une exposition intitulée les symboles de notre pays. Plus de 400 objets, découverts lors de fouilles archéologiques entreprises dans toutes les provinces d’Iran au cours de ces quatre dernières années étaient exposés. Les objets datant du 2e et du 3e millénaire av. J.-C. étaient très nombreux, si bien que ceux datant de moins de 3000 ans paraissaient presque récents en comparaison. Cette exposition a permis au visiteur de se sentir proche des gens qui vivaient en Iran il y a des millénaires, et de pouvoir imaginer, du moins en partie, leur mode de vie.

Téhéran, Tappeh Sofâlin, amphores en terre cuite, période arsacide (250 avant-224 après J.-C.)

-La ville de Râmhormoz, située dans la partie est de la province du Khouzestân, a été fondée à l’époque sassanide. Les premières fouilles archéologiques réalisées dans cette ville datent de 1948. Les fouilles entreprises récemment par une équipe d’archéologues iraniens ont permis la découverte accidentelle, en 2007, d’un cimetière datant de l’époque néo-élamite (585-539 av. J.-C.). Ce cimetière est situé près du village de Djoubadji, à 7 km de la ville de Râmhormoz. Les archéologues y ont découvert deux cercueils en bronze. Il y avait à l’intérieur des cercueils les restes des squelettes de deux femmes, avec deux anneaux en or.

Téhéran, Tappeh Pardis, objets en terre cuite, 1500-1300 av. J.-C.

Sur l’un des anneaux était inscrit en écriture néo-élamite « Shutur Nahunteh, fils de Indada ». Il y avait également dans les cercueils les reliquats des vêtements de ces deux femmes, d’un tissage simple, en lin, et un grand nombre de paillettes et de boutons en or. Les autres objets qui se trouvaient dans les cercueils étaient des objets d’ornement en or, dont certains décorés avec des pierres taillées ou sur lesquels figurait un texte en langue sumérienne en écriture cunéiforme, des bracelets et des broches en or incrustés de pierres, des boucles d’oreille. De la poterie, de la vaisselle et des chandeliers en bronze étaient également dans ces cercueils. Les pieds des chandeliers étaient ornés avec des statuettes de chevaux ou de veaux, sculptées avec une grande précision. Les archéologues ont également trouvé dans ces cercueils deux récipients en forme de poêle, sur les manches desquels figurait une statuette de femme dont le bas du corps était en forme de poisson. L’un de ces récipients est en argent, l’autre en bronze. Ces objets découverts témoignent du goût artistique raffiné des habitants de Khouzestân il y a plus de 3000 ans, et du degré d’excellence qu’ils avaient atteint dans la fabrication des sculptures en métal et des ornements en or.

Khouzestan, cimetière Djoubadji, objet découvert dans une tombe de femme, période néo-élamite (585-539 av. J.-C.)

-Les objets découverts lors des fouilles de trois sites archéologiques de la province de Téhéran étaient également exposés. Le site de Tappeh Pardis a été identifié en 2003. Les fouilles y ont débuté en 2004. Les archéologues y ont découvert des fours pour fabriquer de la poterie datant du 5e millénaire av. J.-C. C’est la première fois que des fours pour fabriquer de la poterie datant du 5e millénaire av. J.-C. sont découverts dans la partie nord du plateau central de l’Iran. Cette découverte est importante car elle montre que les habitants de cette région vivaient à cette époque dans une société organisée où le travail était divisé et les tâches étaient spécialisées. Les fouilles effectuées sur deux autres sites, celui de Valirân (un cimetière situé près de la ville de Damâvand) et celui de Tappeh Sofâlin (situé au nord-est de la ville de Pishvâ, à proximité de Varâmin) ont permis la découverte d’amphores en terre cuite, d’objets en bronze, d’empreintes de sceaux, ainsi que des inscriptions datant de la période élamite, écrites sur des tablettes en terre séchée.

-Les objets découverts dans le cimetière Mezrâ, dans la province de Ghazvin, datent du 1er millénaire av. J.-C. Ce sont des ornements en or et en argent, des statues et des objets en bronze, des sceaux taillés sur de la pierre, des colliers. 90% de ce cimetière a été dévasté à cause des fouilles illégales effectuées par des trafiquants. Des poteries datant de 3700 av. J.-C. ont été découvertes lors des fouilles archéologiques effectuées sur le site de Tappeh Ghabrestân, dans la province de Ghazvin.

Khouzestan, cimetière Djoubadji, ornements en or découverts dans les tombes de deux femmes, période néo-élamite (585-539 av. J.-C.)

-Les grottes Ghaleh Bozi, à 25 km au sud-ouest d’Ispahan, sont à 1750-1810 mètres d’altitude. Elles sont situées sur le versant sud de la montagne Ghaleh Bozi. Hassan Soleymâni, l’un des habitants de la région, a découvert il y a quelques années des ossements et des dents d’animaux dans la plus grande grotte. Les fouilles entreprises dans ces grottes à partir de 2005 aboutirent à la découverte d’ustensiles en pierre ainsi les restes de pierres laissées après la fabrication de ces ustensiles. Ces sites archéologiques comportent trois couches. Les archéologues ont trouvé des objets datant de 40 000 à 45 000 ans dans les deux couches inférieures.

Ghazvin, Tappeh Ghabrestân, objets en terre cuite, 3700 av. J.-C.

-Les objets en provenance de la province d’Azerbaïdjan de l’Est ont été découverts sur trois sites archéologiques : Khodâ-âfarin, Masjed-e Kaboud, et Ghaleh Zahhâk. Le site de Khodâ-âfarin comprend plusieurs cimetières. Les archéologues ont étudié une quinzaine de tombes dans le cimetière de Lâridjân, et 6 tombes dans le cimetière de Tou’ali, et ont conclu que ces tombes dataient de plusieurs périodes comprises entre le 3e et le 1er millénaire av. J.-C. La forme de ces tombes, plus grandes et surélevées par rapport aux autres, montrait que la personne inhumée était d’un haut rang social.

Ghazvin, cimetière Mezrâ, colliers, 1er millénaire av. J.-C.

-Les objets provenant de la province du Khorâssân du Nord ont été découverts dans deux sites : le site de Ghaleh Khân, dont la superficie est de 6,3 hectares, est situé à 63 km au nord-ouest de la ville de Bodjnourd. Les objets les plus anciens découverts sur ce site datent de 6000 ans av. J.-C. Les objets découverts dans le site de Shahr-e Belgheys correspondent à différentes périodes islamiques.

Ispahan, Ghaleh Bozi, paléolithique moyen (il y a 45000 à 40000 ans)

-Les objets qui provenaient de la province de Lorestan ont été découverts sur deux sites archéologiques. Le site de Sangtarâshân, situé à 52 km au sud-est de la ville de Khorramâbâd, est inscrit au patrimoine national depuis 2004. Les fouilles y ont été entreprises par une équipe d’archéologues iraniens à partir de 2005. Lors des trois saisons de fouilles entreprises jusqu’en 2006, les archéologues n’ont pas découvert de cimetière ni de structures architecturales, mais ils ont découvert un très grand nombre d’objets en bronze placés les uns à côté des autres et rangés par groupes de dix objets. Ce site, qui date des dernières années de l’âge de fer (environ 850-550 av. J.-C.), est un trésor de bronzes de Lorestan. Le cimetière Bâbâjilân est un site archéologique situé à 45 km de la ville de Nourâbâd. Les objets de ce site ont été volés en 2005 par des trafiquants, et plus de 80% du site a été dévasté. Ce site a été inscrit au patrimoine national en 2007. Les fouilles effectuées en 2007 ont permis la découverte de très beaux objets de valeur en bronze et en fer, ainsi que des grains de collier en agate et en bronze, des pointes de flèches et des pointes de lances en bronze, et des poteries. Lors des fouilles effectuées en 2008, neuf tombes ont été découvertes. Des objets en bronze et en fer, des objets en terre cuite, ainsi que des grains de collier en agate, en nacre et en os étaient placés à côté des dépouilles, dans les tombes. Les objets en bronze découverts lors des fouilles archéologiques dans la province de Lorestan montrent eux aussi la finesse du travail des sculpteurs qui vivaient en Iran il y a plus de trois mille ans.

Azerbaïdjan de l’Est, Khodâ-âfarin, objet en terre cuite, 3e millénaire av. J.-C.

-Les objets découverts sur le site de Tappeh Nour, dans la province de Zandjân, datent du 5e millénaire av. J.-C. Deux objets, un bol en terre cuite et un petit bol en verre, ont été découverts lors des fouilles d’un autre site archéologique, appelé Dossarân. Ils datent du 1er millénaire av. J.-C. En voyant le bol en verre, on comprend que les habitants de cette région maîtrisaient parfaitement la fabrication d’objets en verre il y a trois mille ans.

Ghazvin, objets en terre cuite. Les trois objets placés en arrière proviennent du cimetière Mezrâ (1er millénaire av. J.-C.), les trois objets placés en avant proviennent du Tappeh Ghabrestan (3700 av. J.-C.)

-Le site de Gholi Darvish, situé au sud de la ville de Qom, était un lieu habité entre la deuxième moitié du 4e millénaire et la fin du 2e millénaire av. J.-C. Les fouilles effectuées sur ce site entre 2003 et 2006 montrent que les habitants de cette région formaient une communauté développée sur le plan social et culturel à cette époque : les tâches étaient divisées et il y avait des directeurs spécialisés dans différents domaines tels que le commerce, l’armée, l’artisanat.

Khorâssân du Nord, Shahr-e Belgheys, cruche en terre cuite, XIe ou XIIe siècle

-Les fouilles effectuées en 2008 dans le Cimetière Zagros, site archéologique situé en pleine ville de Sanandadj dans la province du Kordestân, ont montré la diversité de la forme architecturale des tombes et la diversité des formes d’inhumation des corps, et ont permis la découverte d’un grand nombre d’objets en métal et en terre cuite, des ornements en agate, des pointes de flèche, des sceaux cylindriques sur lesquels étaient gravés des dessins variés. Les archéologues estiment que ces objets datent du 3e et du 1er millénaire av. J.-C.

Khorâssân du Nord, Ghaleh Khân, bol en terre cuite, 5e ou 4e millénaire av. J.-C.

-Le site de Guilavân est un cimetière antique situé à proximité de la ville de Khalkhâl, dans la province d’Ardébil. Les archéologues y ont découvert seize tombes datant de l’âge de bronze et de l’âge de fer.

-Le site de Kharand, situé à 51 km au nord de la ville de Semnân, était un lieu habité vers la fin du 2e millénaire et le début du 1er millénaire av. J.-C. L’étude des vingt quatre tombes qui y ont été découvertes a montré que les habitants de cette région étaient des artisans très habiles et connaissaient l’utilisation de différents métaux tels que le fer, l’argent et l’or.

Lorestan, Sangtarâshân, 1er millénaire av. J.-C.

-Shahr-e Soukhteh est un important site archéologique, situé à 56 km de la ville de Zâbol, dans la province du Sistân et Baloutchestân. Ce site correspond à l’une des plus grandes villes qui existaient sur le plateau iranien entre le 4e et le 2e millénaire av. J.-C., en bordure du fleuve Hirmand et de son delta. Les fouilles archéologiques, reprises depuis 1997 par une équipe d’archéologues iraniens ont permis au cours de 22 saisons de fouilles la découverte de très nombreux objets en terre cuite, des statuettes (en argile ou en terre cuite ou en pierre) représentant un être humain ou un animal, des objets en bois ou en jonc, des ustensiles de tissage, du tissu et des ficelles. La découverte d’un œil artificiel placé dans un crâne datant de plus de 5000 ans a fait grand bruit dans les milieux académiques, car il est une preuve que les habitants de Shahr-e Soukhteh avaient atteint un haut degré de connaissance en sciences médicales et chirurgicales il y a 5000 ans, au point d’avoir été capables d’opérer l’œil d’un malade et de le remplacer par un œil artificiel. Cet œil artificiel a été montré au public pour la première fois au cours de cette exposition.

Lorestan, Sangtarâshân, récipient en bronze (pour infusions probablement), 1er millénaire av. J.-C.

-Une grande civilisation ancienne, aussi importante que celles de la Mésopotamie, a été découverte en l’an 2000 sur les bords de la rivière Halil Roud, près de la ville de Djiroft, dans la province de Kermân. Plus de 700 sites archéologiques ont été identifiés jusqu’à aujourd’hui dans cette région. Les études ont montré que ces sites correspondent à des périodes différentes, du 6e millénaire av. J.-C. jusqu’aux périodes islamiques. Les fouilles entreprises jusqu’à aujourd’hui ont été concentrées sur deux sites, situés près du village de Konâr-Sandal et du cimetière Mahtoutâbâd. Ces fouilles ont permis de découvrir des structures architecturales correspondant à des lieux d’habitation et des lieux de cérémonies, des fours pour faire fondre le fer, de nombreuses empreintes de sceaux, de la poterie, des échantillons d’une écriture gravée sur des morceaux de terre cuite. [1]

Lorestan, Sangtarâshân, 1er millénaire av. J.-C.

Les quelques objets exposés provenant de ces sites dataient du 3e millénaire av. J.-C., dont une très belle gravure représentant un homme-scorpion, taillée sur un morceau de chlorite, typique des objets découverts depuis l’an 2000 dans cette région. En voyant cette gravure d’une grande beauté, on comprend que les artistes de cette région d’Iran avaient atteint, il y a 5000 ans, un style artistique tout à fait spécifique et un haut degré de finesse dans leurs créations. Le site de Tall-e آtashi, situé près de la ville de Bam, a permis la découverte d’objets datant de la période néolithique. Les études archéologiques ont montré que le site de Tall-e آtashi était un lieu important, puisqu’on y fabriquait des objets en métal. La découverte de nombreux sceaux métalliques avec des dessins en relief et d’un four pour la fabrication de poteries montre également l’importance de ce site.

Zandjân, le bol en verre et le récipient en terre cuite placé en arrière proviennent du site Dossarân (1er millénaire av. J.-C.), le bol en terre cuite placé au milieu provient du site Tappeh Nour (5e millénaire av. J.-C.)

-Des objets datant du début du 1er millénaire av. J.-C. en provenance de la province de Guilân étaient également exposés. Les fouilles effectuées de 2004 à 2008 dans les régions situées à l’ouest de la rivière Sefid-roud ont abouti à la découverte d’habitations en terre séchée et en terre cuite datant de cette période, avec un couloir d’entrée, plusieurs pièces d’habitation dont le sol était couvert de briques de 7×35×35 cm, avec des fours pour faire cuire le pain, et des lieux spécifiques pour les poubelles.

Kordestân, cimetière Zagros, récipient en terre cuite, 1er millénaire av. J.-C.

-Les fouilles effectuées sur le site de Gohar Tappeh, situé dans la région Est de la province du Mâzandarân, ont montré que ce site était un lieu d’habitation entre le milieu du 4e millénaire et la fin du 1er millénaire av. J.-C. Des structures architecturales correspondant à des lieux d’habitation de l’âge de bronze et de l’âge de fer, des fours pour faire cuire de la poterie et des fours pour fabriquer des objets en métal, des objets divers dont des sceaux, des statuettes et des ornements en nacre ont été découverts sur ce site.

Ardébil, Guilavân, 2e millénaire av. J.-C.

-Des objets repris aux trafiquants étaient également exposés, dont deux très belles pièces en lapis-lazuli datant du 3e millénaire av. J.-C., qui provenaient de la province d’Hormozgân.


* Cet article est basé sur le texte (écrit en persan) du catalogue officiel de l’exposition Les symboles de notre pays.


Semnân, Kharand, statuette en bronze, 1er millénaire av. J.-C.
Semnân, Kharand, récipient en terre cuite, 1er millénaire av. J.-C.
Semnân, Kharand, objets en terre cuite, 1er millénaire av. J.-C.
Sistân et Baloutchestân, Shahr-e Soukhteh, œil artificiel en bitume naturel, 3e millénaire av. J.-C.
Sistân et Baloutchestân, Shahr-e Soukhteh, œil artificiel en bitume naturel, 3e millénaire av. J.-C.
Sistân et Baloutchestan, Shahr-e Soukhteh, objets en terre cuite, 3e millénaire av. J.-C.
Kerman, Konâr-Sandal, gravure effectuée sur du chlorite (représentant un homme-scorpion), 3e millénaire av. J.C.
Hormozgan, gravure effectuée sur du lapis-lazuli (objet repris des trafiquants), 3e millénaire av. J.-C.
Mâzandarân, Gohar Tappeh, cruche en terre cuite, 1er millénaire av. J.-C.
Mâzandarân, Gohar Tappeh, récipient en terre cuite, 1er millénaire av. J.-C.

Notes

[1D’après les experts, cette écriture, qui n’est pas encore déchiffrée, est antérieure aux plus anciennes écritures trouvées en Mésopotamie.


Visites: 2224

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.