N° 46, septembre 2009

L’Iran du XVIIe siècle à travers le regard de Guillaume-Joseph Grelot


Sarah Mirdâmâdi


Durant plusieurs de ses voyages en Orient, notamment en Turquie et en Iran, Jean Chardin fut accompagné d’un artiste peintre, Guillaume-Joseph Grelot, qu’il chargeait de dessiner les lieux les plus marquants qu’ils découvraient. Peu d’informations nous sont parvenues sur la biographie de ce jeune artiste qui finira, selon certaines notices biographiques succinctes, par se brouiller avec Chardin. Ajoutés au fil des pages de son Journal, ses gravures renforcent l’attractivité de l’œuvre de Chardin tout en lui donnant un caractère encyclopédique ayant fortement contribué à son succès lors de sa publication. Elles n’en constituent pas moins des documents historiques précieux ainsi qu’une riche illustration du regard français sur ce pays il y a plus de trois siècles.

"Tombe des deux derniers roys de Perse", Journal de Chardin, 1686, p. 343
Jardins de cours d’Ispahan
Vue générale de la ville de Tabriz, Ibid., p. 299
"Le caravan-seray de Cachan", Ibid., p. 374
Bas-reliefs du Temple de Persépolis
"Kachan", Ibid., p. 369
Vue de la ville de Qom
"Sépulcre de Sefy Premier", Ibid., p. 353
"Sépulcre de Sefy Premier", Ibid., p. 353
Cérémonie royale perse
"Sultanieh", Ibid., p. 325

Visites: 1029

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.