N° 55, juin 2010

Une halte dans l’instant


Sohrâb Sepehri
traduit du persan par

Sylvie M. Miller


Si vous venez me chercher :
J’habite
Plus loin que Nulle part

Plus loin que Nulle part est un lieu

On y voit
des courants d’airs porteurs d’akènes de pissenlits
messagers de la nouvelle fleur

née du dernier buisson
sur terre

On y trouve, dans le sable, la trace faite par le sabot
des chevaux dont les cavaliers
graciles
sont montés à l’aube
sur la colline d’où s’envole l’ascension des coquelicots

L’ombrelle des requêtes y reste
ouverte pour laisser la brise
courir au pétiole assoiffé
d’une feuille

On y entend la pluie tinter.
L’homme y est seul
et dans ce noir
un orme, pour l’éternité,
étend son ombre

Si vous venez m’y chercher
faites le avec précaution, sans faire de bruit,
Dieu ne fasse que se fêle la fine porcelaine de
ma solitude.


Visites: 304

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.