N° 24, novembre 2007

Le parc national du lac d’Oroumieh : un panorama d’exception


Helena Anguizi


Le parc national du lac d’Oroumieh, vaste territoire dont la richesse biologique, la beauté, et la dimension historico-culturelle valent le détour, est situé au Nord-Ouest du pays et plus précisément au centre du plateau de l’Azerbaïdjan.

Cristal de sel de l’île d’Eslâmî, Oroumieh

Le lac d’Oroumieh est un lac salé qui se trouve donc dans l’Azerbaïdjan iranien. C’est le plus grand lac d’Iran, avec une surface d’environ 5200 km² et le deuxième plus grand lac du monde après la mer morte. Il mesure environ 140 km de long et 55 km de large. Sa profondeur maximale est d’environ 16 m. Ce lac est également le plus grand de l’Asie de l’Ouest. La teneur en sel de l’eau du lac est plus ou moins concentrée selon le niveau des pluies saisonnières. Bien que situé dans une région où les températures restent plutôt froides toute l’année, ce lac ne gèle pas, même en hiver, notamment en raison de la grande quantité de sel qui s’y trouve. En outre, l’eau du lac est trop salée pour que les poissons ou toute autre espèce aquatique puisse y vivre ; seules des algues très résistantes peuvent y survivre. Elles poussent dans les profondeurs et servent de nourriture aux oiseaux et notamment aux canards. Une grande partie du lac est classée en tant que parc national. .

L’île de Moshté Osmân

Le lac est parsemé d’une centaine de petites îles rocheuses, qui constituent un point de halte pour diverses espèces d’oiseaux au cours de leur migration. Au niveau ornithologique, cette région est d’une richesse exceptionnelle : on peut ainsi y admirer le grèbe à cou noir, le tadorne, le flamant rose, le goéland railleur, l’avocette et le goéland d’Arménie ; mais également des mammifères tels que les chèvres, les béliers et le cerf jaune d’Iran. Le recensement annuel montre que ce milieu exceptionnel constitue un habitat parfait durant la saison chaude tout comme la saison froide pour plus de 180 espèces d’oiseaux.

L’île de Kaboudân également appelée Ghouyoun Dâghî (3200 hectares), l’île de Achk (2300 hectares) et Espir (1150 hectares) sont respectivement les trois plus grandes îles, après l’île d’Eslâmî qui est la plus grande de toutes.

La deuxième plus grande île, Kaboudân, est le lieu où est enterré Holâkû Khân, petit fils de Gengis Khân.

L’île d’Eslâmî

La pierre de Kâzem Khân est l’un des grands attraits touristique de la région. Ce site historique se trouve à proximité d’un village nommé Ghourchine, situé à 60 kilomètres au nord d’Oroumieh. La pierre de Kâzem Khân est un rocher qui, comme une sorte de péninsule, se trouve dans la partie la plus profonde du lac. Un très étroit chemin permet d’en atteindre le sommet, qui se trouve à 350 mètres d’altitude. Plus on grimpe et plus la largeur de la route diminue. Au sommet il existe un fort qui ne possède qu’une seule voie d’accès. Aux alentours, on peut admirer d’immenses pierres taillées qui témoignent de la présence, jadis, de bâtiments en ce lieu. La forteresse qui ressemble fort aujourd’hui à une grotte peut facilement contenir 200 personnes. On raconte notamment que durant la Première Guerre mondiale, un dénommé Kâzem Khân fit construire ce fort pour parer aux assauts d’Islmâ’ïl Khân Seminghou.


Visites: 1740

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



1 Message