N° 20, juillet 2007

" Les pèlerins de la lumière "


Hossein Kohandani


Un groupe de 80 athlètes iraniens représentant différentes disciplines sportives (judo - karaté - taekwondo - athlétisme, etc.) sous la direction de l’organisation Bassidj (volontaires) du sport de l’Iran, a fait récemment un voyage de trois jours sur le front de la guerre Iran-Iraq (appelé en persan Râhiyân-e nour ou "les pèlerins de la lumière") qui eut lieu de 1980 à 1988.

Pendant ces trois jours, les athlètes ont pu constater le courage et les sacrifices des combattants iraniens pendant ces huit années de guerre afin de repousser l’ennemi irakien.

Fakkeh : le premier jour, les athlètes ont visité la région de Fakkeh, là où les batailles de "Wal Fadjr Préparative" et "Wal Fadjr 1" eurent lieu. Pendant ces batailles, deux grands commandants de l’armée des gardiens de la Révolution, Madjid Baghâei et Hassan Bâgheri tombèrent en martyr. Cette région fut un des axes principaux de l’agression des Irakiens au début de la guerre. Mortezâ Avini, un grand reporter de la télévision iranienne, y trouva lui aussi la mort en 1993, lors d’une visite sur le front de la guerre.

Dehlavieh : un village à l’ouest de Soussanguerd, tombé sous l’occupation des Irakiens aux premiers jours de la guerre mais libéré grâce au courage et aux sacrifices des combattants iraniens notamment de Shahid Mostafâ Tchamrân, un grand combattant intellectuel qui avait fait ses études supérieures en Amérique et qui ensuite avait vécu au Liban.

Les sportifs devant le mausolée construit en mémoire de Shahid Chamrân

Howeizeh : une région stratégique occupée dès le début de la guerre par les Irakiens. Cependant, en janvier 1981, une partie des gardiens de la révolution de Howeizeh, Soussanguerd et Ahwâz avec certains étudiants de la ligne de l’Imam Khomeiny réussirent à pénétrer au sud de Karkhe Nour et à faire prisonniers 800 Irakiens au cours d’une opération audacieuse. Shahid Hossein Alâmolhodâ, le commandant des gardiens de la révolution de Howeizeh ainsi que plus d’une centaine de ces gardiens y sont tombés en martyr.

Talâieh : le deuxième jour, les athlètes se sont rendus au Sud-Ouest de la province du Khouzestân, tombée sous l’occupation des Irakiens aux premiers jours de la guerre et restée sous occupation jusqu’à la fin de la guerre. Plusieurs tentatives pour repousser les Irakiens eurent lieu dont la bataille de Kheibar dans laquelle Shahid Hemmat a pu avec son armée détruire les positions des Irakiens. Ce grand commandant a participé et dirigé plusieurs batailles comme Fathol-Mobine, Wal Fadjr Préparative, Wal Fadjr 1, Beitolmoghaddass, Ramadan et Kheibar. Il est tombé en martyr lors de cette dernière bataille.

Shahid Bâkeri, le grand commandant de la division du "31 Ashourâ", ingénieur en mécanique a participé dans les batailles de Ramadân, Moslem Ebn Aghil, Wal Fadjr Préparative, Wal Fadjr 1, 2 et 4 et Kheibar. Blessé à quatre reprises, il est tombé en martyr à la bataille de Badr.

Shalamche : une région frontalière, à 12 kilomètres de Khorramshahr, était un des axes de l’agression des Irakiens, mais les combattants iraniens libérèrent cette région le 9 janvier 1986, pendant la bataille de Karbala 5. Hâdj Hossein Kharâzi, le commandant de la division 14 de l’Imam Hossein et l’un des combattants héroïques de la guerre, y est tombé en martyr le 27 février 1986.

Arwand Rod : le troisième jour, les athlètes se rendirent au bord d’un des plus grands fleuves du monde, réunion de deux autres fleuves le Tigre et l’Euphrate et qui est rejoint dans la région de Khorramshahr par la rivière Karoun. Pendant les 8 années de guerre, le régime baasiste irakien voulait dominer entièrement ce fleuve mais il n’a pu réaliser son rêve grâce au courage et aux sacrifices des combattants iraniens. Pendant le mois de février 1985, des hommes-grenouille ont traversé ce fleuve et ont préparé la conquête de Fawo. Cette victoire est une brillante page de l’histoire de la guerre imposée qui eut lieu pendant la bataille de Wal Fadjr 8.

La grande mosquée de Khorramshahr : cette grande mosquée est le symbole de la résistance du peuple combattant de cette ville pendant les premiers jours de la guerre. Pendant 35 jours, cette mosquée fut transformée en ةtat-major de la force populaire pour commander, échanger des informations, soigner les blessés, etc. Le jour de la libération de Khorramshahr (24 mai 1982), cette mosquée fut le centre de réunion des combattants qui fêtèrent cette grande victoire.

Les dunes de Shazzâbeh : les dunes de Shazzâbeh se trouvent au Nord-Ouest de Bostân. Au premier jour de la guerre, ces dunes furent occupées par les armées irakiennes puis ces dernières pénétrèrent dans Bostân. Pendant la bataille de Tarigholghodss, le 29 novembre 1981, ces dunes furent libérées puis reprises par les irakiens le 6 février 1982. Mais après 14 jours de bataille acharnée, le 20 février 1982, le commandant Shahid Bâgheri lança une opération au nom de code "Imam ’Ali" et son armée put les reprendre.

Pendant ces trois jours de visites sur le front de la guerre, les athlètes ont pu être les témoins de la dureté, de l’ardeur d’une guerre imposée pendant 8 ans à une jeune république islamique qui voulait garantir son indépendance tant à l’ouest qu’à l’est de ses frontières.

Pendant ces trois jours, ils ont pu marcher sur les terres saintes, le plus souvent pieds nus par respect pour les milliers de soldats, de Bassidjis (volontaires), d’étudiants, de lycéens, d’ouvriers, d’intellectuels, etc., qui y trouvèrent la mort ; là où leurs familles viennent toujours pour essayer de retrouver les traces de leurs proches disparus et se recueillir sur ces lieux de mémoire.


Visites: 851

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.