N° 19, juin 2007

Seconde biennale internationale de l’affiche du monde musulman au Centre culturel et artistique Sabâ


Sarah Mirdâmâdi


Du 23 avril au 18 mai 2007 [1], le Centre culturel et artistique Sabâ organise la seconde Biennale internationale de l’affiche du monde musulman.

Des centaines d’affiches réalisées par des artistes venant essentiellement du Proche et Moyen Orient et abordant des domaines aussi variés que l’art, la musique, le cinéma, la politique internationale, l’environnement, ou la religion seront exposées pendant près d’un mois. En parallèle, plusieurs séminaires et conférences consacrés au rôle culturel du graphisme ou encore à l’évolution de cet art au cours des dernières décennies sont organisés. Les dernières œuvres ainsi que de nombreuses affiches consacrées à la mémoire du célèbre graphiste Morteza Momayez, qui avait pour la première fois lancé l’idée d’organiser une exposition rassemblant les œuvres graphiques d’artistes venant de l’ensemble des pays musulmans, occupent une place de choix dans cette biennale. Son rôle en tant que père du graphisme moderne en Iran a été salué par M. Habibollah Sâdeghi, directeur du Musée des Arts Modernes de Téhéran, lors de la cérémonie d’ouverture de la biennale.

Cette deuxième édition a vu une forte augmentation de pays participants, qui atteint cette année le nombre de 38 pour un total de 400 œuvres exposées (sur un total de 2024 reçues) réalisées par des artistes turcs, jordaniens, afghans, palestiniens... Les artistes iraniens figurent également en bonne place dans cette exposition, où l’on pourra notamment admirer les travaux d’Ebrâhim Haghighi, Farshid Mesghâli ou encore de Ghobâd Shivâ, ainsi que de graphistes de la nouvelle génération tels que Dâriush Mokhtâri, Amrollah Farahâni, Farzâd Adibi…

Bibi Shahrbânoui, Seyyed Navid, Paix

Le patrimoine et la vitalité artistique de l’Iran est largement souligné avec l’exposition de nombreuses affiches de festivals - celui de Fajr, ou ceux, moins connus, des peintures d’enfants du monde musulman ou du congrès destiné aux études persanes -, d’expositions artistiques diverses - dont celle de la bande dessinée à Qom -, de films - dont certains longs métrages occidentaux tels que les films du décalogue de Krzyztof Kieslowski pour lesquels des affiches ont été spécialement recréées en Iran -, de musique - on apprend ainsi la présence de concerts communs entre l’orchestre iranien Shams et l’orchestre philharmonique d’Ukraine - ou encore à l’occasion de l’année internationale consacrée à Molânâ. Des grandes figures mystiques du monde musulman telles que Farâbi, Ibn ’Arabi ou encore Avicenne et Averroès sont également à l’honneur.

Mehdi Mahdiân, L’héritage safavide

De nombreuses affiches abordant certains événements politiques marquants de ces dernières années offrent une véritable invitation à la méditation et à la réflexion, comme cette affiche intitulée "Irakian night" où une pluie de bombes semble se confondre avec les "stars and stripes" américains. La guerre contre la terreur et ses débordements au nom d’une sécurité érigée en nouvelle idéologie, la nécessité d’un retour des réfugiés afghans, ou la critique des interventions de l’ONU dans des pays africains comme le Ghana sont également évoqués. La paix manquée et l’incapacité globale des Nations Unies à résoudre les différentes crises internationales et à édifier une diplomatie du dialogue est également un sujet abordé par de nombreux artistes. Des sujets propres à l’Iran, tel que le droit au nucléaire civil, sont également évoqués. En outre, plusieurs salles ont été spécialement consacrées aux thèmes de la Palestine, du Prophète Mohammad, ainsi qu’à divers sujets sociaux et culturels qui ont marqués l’actualité du monde musulman au cours de ces dernières années.

Hamid Farid, Mowlavi

Les affiches consacrées aux différentes expositions internationales d’art ou congrès académiques et scientifiques panislamiques rappellent le foisonnement des échanges ayant eu lieu entre ces différents pays au cours des dernières années. En outre, la variété et la diversité des affiches soulignent la créativité foisonnante des artistes et graphistes des différents pays du Moyen Orient qui, en abordant des questions sous un angle souvent très personnel et éloignée des représentations traditionnelles diffusées par les médias occidentaux, invite le spectateur à élargir son horizon et à aborder certains problèmes contemporains sous un autre angle. Au-delà de la diversité des styles et des angles d’approche s’esquisse également une certaine unité de point de vue sur certaines questions, notamment concernant l’intervention américaine en Irak et l’évolution du conflit israélo-palestinien.

Omid Hosseininiâ Motlagh, Pause terror

Enfin, cette biennale se situe dans le prolongement de cette nouvelle année iranienne, déclarée celle de "l’unité nationale et de la solidarité islamique". Elle vise dans ce sens à favoriser la mise en place d’un dialogue et d’un échange d’idées entre les différents artistes participants au travers de l’organisation parallèle de plusieurs tables rondes et débats concernant l’art mais aussi les différents problèmes politiques, sociaux et culturels rencontrés par les pays musulmans en ce début de siècle.

Shâpour Hâtami, Mowlavi
Touraj Sâberivand, Les Nations Unies en Palestine et au Liban
Tahmtan Aminiân, L’Afghanistan attend le retour des réfugiés
Mohammed Sâber Sheikhrezâï, Pierre, papier, ciseaux
Naghmeh Flourzahibi, La météo de l’ONU
Rezâ Monjazi, Les Nations Unies
Mehrâb Asadkhâni, Nuit irakienne

Deuxième biennale internationale de l’affiche du monde musulman
Centre culturel et artistique Sabâ
Avenue Taleghâni
Place Felestine
53, rue Shahid Barâdarân Mozaffar
Tel : 6649 4508-11
Email : artacademy@honar.ac.ir

Notes

[1sous réserve de prolongation.


Visites: 1358

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.