N° 13, décembre 2006

Faune et flore iraniennes

Le safran & le varan du désert


Mortéza Johari


Le Safran

Nom scientifique : Crocus sativus

Le safran est une plante vivace de 10 à 30 centimètres de hauteur. Il est glabre, à bulbes assez gros et ses feuilles, dressées, sont un peu rudes et ciliées aux bords. Ses fleurs sortant d’une spathe bivalve, sont violacées grandes et possèdent des stigmates écarlates ordonnés en massue, entiers ou crénelés. L’importance du safran réside dans son usage médical et surtout gastronomique où ses fleurs séchées sont utilisées pour leur goût, arôme et couleur. Cette plante fleurit en automne. Elle est originaire des régions méditerranéennes, de l’Asie Mineure et surtout, de l’Iran. Autrefois, elle était seulement cultivée à grande échelle en Iran et dans le Cachemire. Aujourd’hui, on la cultive également en Espagne, en Italie et en France et cela en raison de sa valeur marchande. En effet, le safran vaut plus que l’or. Malgré cette rude concurrence, le prix du meilleur safran revient sans aucun doute à l’Iran, dont la terre et le climat conviennent exactement à cette précieuse plante. Et de même, en Iran, le meilleur safran est celui du Khorassan, puis celui de Semnân et enfin celui d’Ispahan. Le safran appartient à la famille des Iridacées. Pour la préparation de 450g de safran alimentaire, 75 000 fleurs de safran sont nécessaires.


Le varan du désert

Nom scientifique : Varanus griseus

Le varan est un lézard brun, jaune ou marron, avec des anneaux bruns sombres autour du corps et la queue. Ses narines sont près de ses yeux, et ses pattes sont courtes.

Il est actif le jour et pond ses œufs dans un terrier. Sa nourriture est composée de petits mammifères, oiseaux, œufs d’oiseaux et petits reptiles. Le varan du désert établit son terrier entre les fissures des rochers ou en creusant un trou dans le sable. Il est parfaitement adapté à la vie dans le désert. Quand il fait trop chaud, il chasse tard le soir et même à la tombée de la nuit. Très vif, rapide, il repère ses proies grâce à sa longue langue pourvue de deux fourches qui lui permettent de détecter les odeurs. Lorsqu’il est en danger, le varan utilise sa queue comme moyen de défense : il la fait claquer comme un fouet et peut alors devenir très agressif. Il gonfle son corps et son cou et attaque gueule ouverte en sifflant. Cependant, sa morsure n’est pas mortelle pour l’homme, et seules ses proies naturelles sont victimes de ses terribles mâchoires. Dans la plupart des cas, il préfère fuir l’homme et, s’il se retrouve face à lui, court se réfugier dans une fissure du sol ou dans son terrier. L’homme apprécie ses œufs, sa chair et sa peau. Localement, la chair est utilisée pour la préparation de différents remèdes. En Iran, on peut le trouver dans les régions désertiques.


Visites: 2109

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



1 Message